L’Ermitage vient de remonter une horloge arrêtée il y a cent ans par les bolchéviques

Dans la nuit du 25 au 26 octobre, le directeur du musée pétersbourgeois de l’Ermitage, Mikhaïl Piotrovski, a remonté l’horloge au rhinocéros, arrêtée il y a cent ans par les bolchéviques.

L'horloge au rhinocéros et une plaque commémorative. Crédits : Musée de l'Ermitage
L’horloge au rhinocéros et une plaque commémorative. Crédits : Musée de l’Ermitage

Dans la nuit du 25 au 26 octobre 1917, après une longue déambulation dans les salles obscures du Palais d’hiver, une douzaine de révolutionnaires armés trouvaient l’entrée de la Petite salle à manger – où siégeaient, dans un décor blanc de marbre et de velours, les trente membres du gouvernement provisoire. À 2h10, les bolchéviques, dirigés par Vladimir Antonov-Ovseenko, ont frappé à la porte, puis sont entrés dans la salle et ont interpellé les présents. Avant de les emmener à la forteresse Pierre et Paul, Antonov-Ovseenko a arrêté l’horloge au rhinocéros, qui ornait la cheminée, en adressant à ses prisonniers, dit-on, la phrase suivante : « Votre temps est terminé, c’est le nôtre qui commence. »

En 1920, l’horloge, qui avait appartenu à la famille impériale, fut déplacée par les bolchéviques au musée de la Révolution, puis, en 1925, rendue à l’Ermitage, transformé entre-temps en musée. Une plaque de marbre a été installée à côté de l’objet, portant l’inscription suivante : « Dans cette salle, la nuit du 25 au 26 octobre (du 7 au 8 novembre) 1917, la Garde rouge, les soldats et les matelots ayant pris d’assaut le Palais d’hiver ont arrêté le Gouvernement provisoire bourgeois et contre-révolutionnaire ».

L'Ermitage suite à l'assaut des bolcheviks. Crédits : Musée de l'Ermitage
L’Ermitage suite à l’assaut des bolcheviks. Crédits : Musée de l’Ermitage

Pourtant, depuis le 26 octobre 2017, voilà que l’horloge au rhinocéros fonctionne de nouveau, remontée par le directeur de l’Ermitage. Par cet acte symbolique, Mikhaïl Piotrovski a ouvert une grande exposition consacrée au centenaire de la révolution russe. « Vous serez tous touchés et impressionnés par ce que vous allez voir. Le palais va parler avec vous », a-t-il promis aux visiteurs.

L'Ermitage a remonté la fameuse horloge. Crédits : Musée de l'Ermitage
L’Ermitage a remonté la fameuse horloge. Crédits : Musée de l’Ermitage

L’exposition, qui se tient dans toutes les grandes salles du musée, rassemble plus de 250 pièces des collections de l’Ermitage et de plusieurs autres musées de Saint-Pétersbourg. Elle retrace l’histoire du Palais et de ses habitants du début du XXè siècle à la révolution, présentant notamment des clichés de l’Ermitage dévasté et pillé par les bolchéviques, de nombreux objets brisés ou encore un portrait du tsar Alexandre II portant les traces des baïonnettes des gardes rouges. Jusqu’au 4 avril 2018.