Qualité du milieu urbain 2017 : le top-10 des villes russes

Quelles sont les villes russes les plus agréables à vivre ? C’est la question que s’est posée le cabinet d’architecture et d’urbanisme Strelka, célèbre pour s’être chargé de la vaste reconstruction du centre-ville de Moscou. Strelka a mené l’enquête ; Le Courrier de Russie fait le point.

Saint-Pétersbourg ville
La perspective Nevski à Saint-Pétersbourg, deuxième ville du classement. Crédits : Ninara/Flickr

En tout, le cabinet d’architecture et d’urbanisme a analysé et noté 90 villes russes à la lumière d’une trentaine de critères, portant notamment sur l’état des logements, leur niveau de confort et de sécurité, celui des infrastructures urbaines, des espaces verts et des cours d’eau, celui des lieux de travail et de divertissement, mais aussi la qualité de l’air.

Parmi les grandes villes, sans surprise, les premières places du classement reviennent aux deux capitales, Moscou (12,3 millions d’habitants) et Saint-Pétersbourg (5,2 millions), qui récoltent, respectivement, 221 et 196 points sur les 300 possibles au total.

Parmi les villes de moyenne taille, c’est Tambov (288 400 habitants), célèbre notamment comme lieu de séjour et de création du compositeur Sergueï Rachmaninov, qui se classe première avec 198 points.

Cathédrale de Tambov au centre de la ville. Crédits : livejournal.com - Pavel Laboutine
Cathédrale de Tambov au centre de la ville. Crédits : livejournal.com – Pavel Laboutine

En deuxième position, on retrouve ensuite Kostroma (277 600 habitants). Cette ville de l’Anneau d’or, dont les premières mentions historiques remontent au XIIè siècle, a récolté 186 points sur 300.

Monastère Ipatiev de Kostroma. Crédits : Tsar Voyages.
Monastère Ipatiev de Kostroma. Crédits : Tsar Voyages.

La troisième place échoit à Smolensk (329 900 habitants). Cette cité parmi les plus anciennes de Russie, conquise par Napoléon en 1812, a recueilli un total de 183 points.

Cathédrale Uspenski de Smolensk, en hiver. Crédits : Wikimedia.
Cathédrale Uspenski de Smolensk, en hiver. Crédits : Wikimedia.

La quatrième place revient, ex aequo, aux villes de Balachikha (428 400 habitants), en région de Moscou, et Tver (416 400 habitants), cité historique fondée en 1135, avec un total de 180 points chacune.

En cinquième place, avec 179 points, arrive Belgorod (387 100 habitants). Cette ville du sud de la Russie européenne s’est déjà retrouvée plusieurs fois en tête de divers classements portant sur la qualité de l’air et de l’urbanisme des villes russes. Elle le doit en grande partie à l’action de son gouverneur, Evgueni Savtchenko, en poste depuis 1993.

Vue sur Belgorod. Crédits : Flickr - Alexxx Malev.
Vue sur Belgorod. Crédits : Flickr – Alexxx Malev.

La sixième position revient à Sterlitamak (279 700 habitants), deuxième plus grande ville de la république russe de Bachkirie, avec 178 points.

A la septième place, avec 177 points, on trouve la ville d’Orel (319 600 habitants), située sur les berges de l’Oka, à 368 km au sud-ouest de Moscou. En octobre 2016, la mairie y a érigé, en plein centre, une statue d’Ivan le Terrible, l’un des dirigeants les plus controversés de Russie, provoquant de vifs débats au sein de la société.

Ivan terrible Orel
De nombreux passants viennent se photographier avec Ivan le Terrible à Orel. Crédits : Thomas Gras/LCDR

A la huitième place, on trouve Iochkar-Ola (265 000 habitants, 176 points), capitale de la république des Maris, célèbre notamment pour son quai de Bruges et ses bâtiments de style flamand, érigés par l’ex-gouverneur Leonid Markelov afin, pour le citer, de « dissiper la grisaille du milieu urbain soviétique ».

La neuvième position revient à Taganrog (251 100 habitants et 174 points), cette ville des berges de la mer d’Azov ayant vu naître l’écrivain Anton Tchekhov.

Monument à Pierre Ier dans le centre de Taganrog. Crédits : bestmaps.ru
Monument à Pierre Ier dans le centre de Taganrog. Crédits : bestmaps.ru

A la dixième place, enfin, on retrouve Tomsk (569 300 habitants), en Sibérie, qui prend la tête des huit plus grandes villes de la région, avec 173 points.

Ce classement a été élaboré dans le cadre du Programme de développement du milieu urbain, réalisé avec la participation du ministère russe de la construction.

Strelka précise que l’objectif, au-delà de noter les villes, est de comprendre ce qui ne va pas dans chacune d’elles, et pourquoi. Cette étude, poursuit le cabinet d’urbanisme, pourrait être comparée à une sorte de diagnostic médical express, visant à mettre en lumière les grands problèmes de développement de chaque ville. L’analyse se base sur les données du service fédéral de statistique publique, les sources internet et les clichés satellites.

1 commentaire

  1. Selon vos chiffres etsauf erreur de ma part, Tambov arriverait seconde avec 198 points devant St Petersbourg avec196 points.

Les commentaires sont fermés.