Copenhague se dote d’un bâtiment innovant grâce à une imprimante russe 3D

Le 12 septembre, l’entreprise danoise 3D Printhuset a annoncé le lancement, à Copenhague, de la construction d’un bâtiment par impression 3D. L’imprimante utilisée provient de Iaroslavl, en Russie. Les fondations sont en place, et les murs, en cours d’impression ; la construction devrait être achevée fin septembre.

Représentation du bâtiment qui sera réalisé par une imprimante 3D russe à Copenhague. Crédits : 3D Printhuset.
Représentation du bâtiment qui sera réalisé par une imprimante 3D russe à Copenhague. Crédits : 3D Printhuset.

« Les représentants de 3D Printhuset cherchaient depuis 2016 des fournisseurs d’équipement pour la construction par impression 3D dans le monde entier. Mais la Chine et la Russie sont les seules à en fabriquer. Et il se trouve que nos conditions leur convenaient mieux », a expliqué au Courrier de Russie Evgueni Tarbeev, directeur adjoint de l’entreprise russe Spetsavia, productrice de l’imprimante.

Si l’entreprise de Iaroslavl ne dévoile pas le montant du contrat passé avec les Danois, on sait que ces derniers ont eu recours à une imprimante S-6044 Long, dont le coût commence à 1,32 million de roubles (environ 20 000 euros). Sachant que l’équipement a été modifié de façon à pouvoir construire un bâtiment de superficie et de hauteur importantes, on peut supposer que le prix final de l’imprimante a été augmenté.

Evgueni Tarbeev précise que son équipe d’ingénieurs a passé une semaine sur le chantier de Copenhague en août dernier, afin de procéder au montage, à la mise en route et aux réglages de l’équipement, puis à un test d’impression. Pourtant, note le directeur adjoint du groupe russe, les Danois préfèrent éviter de mentionner publiquement cette collaboration avec la Russie.

Ce futur immeuble de bureaux s’étendra sur une superficie de 50 m2, dans le quartier portuaire de Nordhavn, à proximité des quais d’amarrage pour les yachts et les bateaux de croisière. Les touristes pourront ainsi admirer à loisir cette première construction 3D répondant à l’ensemble des normes et standards européens environnementaux en la matière, particulièrement stricts.

Alors que 3D Printhuset n’a pas répondu aux demandes de précisions du Courrier de Russie, Evgueni Tarbeev rapporte que la représentation commerciale russe au Danemark s’est contentée, de façon officieuse, d’évoquer des « raisons politiques » au fait que l’entreprise danoise préfère taire cette collaboration.

Spetsavia fabrique depuis 2009 de l’équipement et des matériaux destinés à la construction par impression 3D. C’est en 2015 que la ville de Iaroslavl s’est dotée de la première maison construite grâce à cet équipement.

En France, la première expérience de construction par impression 3D est aussi très récente : il s’agit d’un logement social de 95m2 érigé à Nantes, mi-septembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *