Accusé de détournement de fonds publics, Kirill Serebrennikov est assigné à résidence

Mercredi 23 août, le tribunal Basmanny à Moscou a placé le célèbre metteur en scène russe Kirill Serebrennikov en résidence surveillée jusqu’au 19 octobre, en attente de son procès.

Accusé d’avoir détourné plus de 68 millions de roubles de fonds publics, Kirill Serebrennikov encourt jusqu’à dix ans de prison.

Plusieurs centaines de personnes, dont de nombreuses personnalités russes, étaient venues soutenir le réalisateur devant le tribunal.

Le réalisateur, metteur en scène et directeur du théâtre moscovite Centre Gogol Kirill Serebrennikov a été arrêté, mardi 22 août, alors qu’il se trouvait en plein tournage à Saint-Pétersbourg.

Le 23 mai, Kirill Serebrennikov, lauréat du Prix spécial du festival de Cannes en 2016 pour son Disciple, avait déjà subi une perquisition à son domicile et au centre Gogol, à Moscou, dans le cadre d’une enquête pour détournement de fonds publics attribués à l’organisation Studio-7 pour la mise en scène du projet Platforma. Serebrennikov était alors entendu comme témoin, tandis qu’étaient accusés de détournement l’ex-producteur général du Studio-7, Alexeï Malobrodski et l’ancienne comptable de l’organisation, Nina Masliaeva.

L’enfant terrible du cinéma russe

Le centre Gogol a été ouvert en 2012 par Kirill Serebrennikov à la place de l’ancien théâtre Gogol, démantelé.

Conçu comme un laboratoire de la scène contemporaine, le lieu produit des spectacles de metteurs en scène russes et européens, projette des films interdits en Russie et organise des rencontres, expositions et débats sans tabous. Kirill Serebrennikov décrit lui-même le centre Gogol comme un authentique « espace de liberté ».

Selon un fonctionnement unique en Russie, le théâtre accueille quatre collectifs résidents, qui présentent chacun leurs projets, ainsi que des créations communes, pouvant être intégrés ensuite au répertoire.

Kirill Serebrennikov parvient ainsi à lancer une douzaine de premières chaque année et à organiser des spectacles sur d’autres scènes en Russie, y compris au Bolchoï, et à l’étranger. Ses mises en scène des Idiots et des Âmes mortes ont été présentées au festival d’Avignon en 2015 et 2016.

Il fait partie des rares réalisateurs russes connus à l’étranger, et notamment en France, où il a remporté le Prix spécial du festival de Cannes 2016 pour son film Le Disciple, adaptation de sa propre création au centre Gogol, d’après la pièce de Marius von Mayenburg. En 2015, son dernier film, Trahison, a été nommé au Grand prix du jury de la Mostra de Venise.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *