Crash de Smolensk : La Pologne dénonce des difficultés pour accéder au lieu de l’accident

Le ministère polonais des affaires étrangères a remis une note diplomatique à l’ambassade russe à Varsovie afin d’exprimer son mécontentement face aux difficultés d’accès à l’endroit où s’est écrasé, en avril 2010, l’avion du président polonais Lech Kaczyński, près de Smolensk, dans le nord-ouest de la Russie, rapporte l’agence TASS mardi 29 août.

Lieu du crash de l'avion présidentiel polonais en 2010, près de Smolensk. Crédits : Wikimedia.
Lieu du crash de l’avion présidentiel polonais en 2010, près de Smolensk. Crédits : Wikimedia.

« Le vice-ministre polonais des affaires étrangères, Bartosz Cichocki, a remis une note diplomatique à l’ambassadeur de Russie, Sergueï Andreev. Il s’y dit profondément préoccupé par les obstacles qu’il rencontre pour accéder au site de la catastrophe, près de Smolensk », indique le communiqué du ministère polonais des affaires étrangères.

« La Pologne considère que les engagements précédents sont toujours d’actualité et s’attend à ce que la partie russe s’abstienne de toute action susceptible d’entraver l’accès à l’endroit de l’accident », poursuit la note officielle.

Comme le rapporte l’agence TASS, au cours de leur rencontre, le vice-ministre polonais des affaires étrangères et l’ambassadeur russe ont également évoqué la construction d’un monument à l’endroit de du crash. La partie polonaise s’est dite « prête à négocier sur ce sujet », indique TASS.

Le 6 août dernier, le ministre polonais des affaires étrangères, Witold Waszczykowski, avait déjà regretté le manque de coopération des autorités russes dans l’enquête sur l’accident de l’avion présidentiel. « Voilà sept ans que nous ne parvenons à obtenir aucune information de la part de la Russie – ni document, ni fragment d’avion », avait-il déploré dans une interview à RIA Novosti, soulignant que cette attitude de la Russie était à l’origine de la relation bilatérale problématique entre Moscou et Varsovie.

Le 10 avril 2010, un Tupolev Tu-154 transportant le président polonais Lech Kaczyński et son épouse Maria s’est écrasé alors qu’il tentait d’atterrir à l’aéroport de Smolensk-nord, ne laissant aucun survivant parmi les 96 personnes qui se trouvaient à bord, dont 88 membres de la délégation polonaise.

Les enquêtes les plus récentes des experts russes attribuent le crash à des erreurs de pilotage. Si plusieurs commissions interétatiques ont travaillé sur le sujet, la Russie a toujours refusé, depuis la catastrophe, de restituer à la Pologne les boîtes noires et les débris du Tupolev, jetant le doute sur le déroulement de l’enquête et alimentant les théories du complot.

En avril dernier, le parquet polonais a inculpé les aiguilleurs russes de l’aéroport de Smolensk, leur reprochant d’avoir « volontairement » contribué à l’accident.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *