François Léotard : « Notre rôle est de mieux comprendre les aspirations du peuple russe »

Le 14 mars, François Léotard, écrivain, ancien ministre français de la culture et de la défense, donnera dans le cadre des Mardis une conférence sur le thème : « L’amitié franco-russe est-elle morte ? ». Rencontre.

Hollande Poutine
Rencontre entre Vladimir Poutine et François Hollande à Paris, en octobre 2015. Crédits : kremlin.ru

Le Courrier de Russie : Pourquoi parlez-vous de la mort de l’amitié franco-russe ?

François Léotard : Les difficultés du dialogue entre les Occidentaux et la Russie sont à mon avis moins considérables pour la France que pour d’autres pays . Si j’évoque « la mort » de ces relations c’est justement parce qu’elles furent extrêmement vivantes à plusieurs reprises dans notre histoire et que je tiens à les faire revivre comme au moment où c’était une évidence diplomatique et culturelle.

LCDR : Les relations franco-russes politiques et culturelles sont-elles menacées, selon vous ?

F.L. : Ces relations ne seraient menacées que si une certaine incompréhension de la Russie, de son rôle et de ses aspirations légitimes se développait.

LCDR : Qu’est-ce qui compromet les échanges entre les deux pays ?

F.L. : Je pense que la Russie est une grande puissance à la fois militaire et culturelle. Elle le restera pour longtemps et notre rôle est de mieux comprendre les aspirations du peuple russe. Nous pouvons, nous Français, y contribuer.

François Léotard Après avoir été député du Var et maire de Fréjus pendant près de vingt ans, ministre de la culture et de la communication de 1986 à 1988, ministre de la défense de 1993 à 1995, François Léotard quitte l’action politique et les responsabilités publiques, afin de poursuivre sa quête de sens à travers la littérature. Il a publié À mots découverts : conversations (Grasset, 1987), Culture : les chemins de printemps (Albin Michel, 1988), Pendant la crise le spectacle continue (Belfond, 1989), Adresse au président des Républiques françaises (Quai Voltaire, 1991), Place de la République (Robert Laffont, 1992), Ma liberté (Plon, 1995), Pour l’honneur (Grasset, 1997), Je vous hais tous avec douceur (Grasset, 2000), La Couleur des femmes, (Grasset, 2002), À mon frère qui n’est pas mort (Grasset, 2003), La Vie mélancolique des méduses (Grasset, 2005), Le Silence (Grasset, 2007), Habitare Secum (Sudarènes éditions, 2011), Attention à la fermeture des portes (L’Inventaire, 2017).

La conférence de François Léotard s’inscrit dans le cadre des Mardis. Un mardi par mois, Le Courrier de Russie organise une conférence avec des spécialistes abordant des thèmes aussi variés que les crises politiques, l’histoire, l’art ou la littérature.

Le programme complet des Mardis est à retrouver ici.

La conférence, qui se tiendra en langue française dans les locaux du journal, sera suivie d’une séance de questions-réponses et d’un verre.

Pour toute information complémentaire, contactez-nous à l’adresse conferences.lcdr@gmail.com.

Un événement organisé en partenariat avec l’agence de voyages Tsar Voyages.

Lieu : Le Courrier de Russie – Moscou, rue Milioutinski 10/1 (métro Loubianka ou Tchistye Proudy).

Rejoignez l’événement Facebook ici.

1 commentaire

  1. Il serait intéressant de demander à François Léotard son avis sur l’article de l’humanité : http://www.humanite.fr/node/97258 et sur ceux du canard enchaîné http://tourtour.village.free.fr/?Tourtour-le-mystere-de-la-mort-des
    Le procureur Philippe Guemas qui s’est occupé de l’affaire des frères Saincené il y a 20 ans s’est montré toujours aussi vigoureux dans l’affaire actuelle d’une organisation de forfaitures et de crimes où tout a été publié par des lanceurs d’alerte mais reste néanmoins caché : http://www.youtube.com/watch?v=hkkazbXldqo. Ce réseau semble servir à l’interprotection des membres de l’égrégore des pouvoirs : Gendarmes officiers de police judiciaire, magistrats de Draguignan et d’Aix en Provence, Cour de Cassation et une quantité de membres d’un réseau qui semble énorme…, avec une décision finale attendue à Aix en Provence en mai prochain. L’affaire avec ses preuves irréfragables de « dysfonctionnements » de la Justice est lisible sur le site d’un lanceur d’alerte qui a été très très ennuyé : http://www.amidlisa.org Cette affaire est encore appelée l’affaire du Var ou l’apocalypse d’AMIDLISA (pseudonyme du lanceur d’alerte qui se dit femme gendarme qui a dénoncé l’affaire publiée sur le site FNCV). L’affaire touche aussi les EtatUnis avec la petite Maggy Mac Kein qui aurait été livrée à Toulon d’après l’association Innocence en danger d’Homeyra Sellier, en pointe pour obtenir la fin des massacres d’enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *