Alexandre Liebeskind : « Le Kremlin doit maintenir un dialogue étroit avec les musulmans de Russie »

Alexandre Liebeskind, directeur régional du centre Henry Dunant pour le dialogue humanitaire à Nairobi, donnera le 24 janvier, dans le cadre des Mardis, une conférence sur le thème « De la révolution russe à la révolution islamiste ». Rencontre.

mosquée Makhatchkala russie
Un homme prie dans la Grande mosquée de Makhatchkala, dans le Caucase, en Russie. Crédits : Thomas Gras/LCDR

Le Courrier de Russie : Qu’est-ce que l’ « islam politique » ?

Alexandre Liebeskind : L’islam politique définit ce magma de mouvements qui militent pour l’adoption de la charia, le droit coranique, comme loi suprême. Mais cela recouvre des réalités très différentes allant des internationalistes, comme Al-Qaïda ou Daesh, aux nationalistes, tels les Talibans ou les Frères musulmans. Ces mouvements expriment avant tout un rejet de l’universalité des valeurs occidentales (laïcité, égalité des sexes) et un repli identitaire face à la globalisation. Comme les mouvements populistes occidentaux, ils promettent un monde plus juste et un retour aux sources salvateur.

LCDR : Quels sont les principaux facteurs conduisant à la radicalisation et au djihadisme ?

A.L. : La radicalisation est avant tout une démarche religieuse, pouvant être motivée par une quête spirituelle ou identitaire et répondant à un désir de retour aux sources, de purification et d’élévation morale. Ce n’est pas un phénomène différent de celui qui anime, par exemple, les évangélistes chrétiens aux États-Unis.

Les écoles coraniques, financées par les pétromonarchies, constituent aussi un facteur majeur de radicalisation, car elles offrent des perspectives d’élévation sociale aux plus pauvres.

Enfin, si l’immense majorité des musulmans radicalisés rejette les groupes armés djihadistes et en contestent la légitimité, ces derniers exercent une forte attraction sur une jeunesse en mal d’identité, marginalisée et sans avenir, qui a soif de vengeance et d’aventure. Qu’on le veuille ou non, c’est la seule idéologie révolutionnaire disponible sur le marché.

LCDR : Vous établissez un parallèle entre la montée de l’islamisme et l’avènement du communisme. Quelles sont leurs caractéristiques communes ?

A.L. : En premier lieu, la promesse d’un monde nouveau nécessitant une révolution radicale, mais aussi la puissance du marketing politique et la nature globale de ces mouvements. Il y a ensuite l’exploitation de la misère, des inégalités et de la corruption des élites – phénomènes aussi aigus aujourd’hui qu’en 1917.

Qu’on le veuille ou non, c’est la seule idéologie révolutionnaire disponible sur le marché.

LCDR : Pensez-vous qu’une révolution islamique peut se produire en Russie, notamment dans les régions à forte majorité musulmane ?

A.L. : Je doute que la révolution ait lieu, mais l’islam politique est certainement en marche au sein des communautés musulmanes de Russie. Après tout, leur identité religieuse a été gommée pendant les années soviétiques, et ces personnes assistent avec le reste du monde à la guerre en Syrie. Par conséquent, il est important que le Kremlin maintienne un dialogue étroit avec les musulmans de Russie, avant que d’autres ne s’en chargent.

Alexandre LiebeskindAlexandre Liebeskind est directeur régional du centre Henry Dunant pour le dialogue humanitaire à Nairobi depuis 2014. Au cours de ses diverses missions de médiation au sein du centre, et autrefois pour le Comité international de la Croix-Rouge, Alexandre Liebeskind a travaillé en Israël et Palestine, République démocratique du Congo, Colombie, au Liberia, Népal, en Irak, au Soudan, en Somalie, au Mali, Sénégal et Burundi. Il est également vice-président du centre opérationnel de Médecins sans frontières à Bruxelles.

La conférence d’Alexandre Liebeskind s’inscrit dans le cadre des Mardis. Un mardi par mois, Le Courrier de Russie organise une conférence avec des spécialistes abordant des thèmes aussi variés que les crises politiques, l’histoire, l’art ou la littérature.

Le programme complet des Mardis est à retrouver ici.

La conférence, qui se tiendra en langue française dans les locaux du journal, sera suivie d’une séance de questions-réponses et d’un verre.

Pour toute information complémentaire, contactez-nous à l’adresse conferences.lcdr@gmail.com.

Un événement organisé en partenariat avec l’agence de voyages Tsar Voyages.

Lieu : Le Courrier de Russie – Moscou, rue Milioutinski 10/1 (métro Loubianka ou Tchistye Proudy).

Rejoignez l’événement Facebook ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *