Rio : La Biélorussie arbore le drapeau russe aux Jeux paralympiques

Lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux paralympiques à Rio, le 7 septembre, la délégation biélorusse a porté le drapeau russe. Un geste de soutien face à la décision du CIO d’exclure les sportifs russes, ont assuré les athlètes.

Rio Jeux paralympiques biélorussie Russie drapeau
Andreï Fomotchkine, ancien skieur et actuel directeur du centre olympique biélorusse d’entraînement des sportifs, a paradé avec le drapeau russe lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux paralympiques, à Rio. Crédits : Andrew Matthews/FA Bobo/PIXSELL/PA Images

Ils l’avaient dit, et ils l’ont fait. Un membre de la délégation biélorusse a paradé sur près d’un quart du stade Maracana un drapeau de la Fédération de Russie à la main, avant de se le voir confisqué. Les médias ont dévoilé son identité le lendemain : il s’agit d’Andreï Fomotchkine, ancien skieur et actuel directeur du centre olympique biélorusse d’entraînement des sportifs.

« Il s’agit d’un geste de solidarité à l’adresse des sportifs russes, exclus sans avoir été reconnus coupables d’infraction aux règles antidopage », a expliqué le président du comité paralympique biélorusse, Oleg Chepel, à l’agence Belta.

Le Comité international paralympique, qui avait prévenu que le fait d’arborer le drapeau russe lors de la cérémonie serait considéré comme un geste de « protestation politique », a indiqué avoir lancé une enquête contre la délégation biélorusse, sans donner plus de précision sur les risques encourus par les sportifs.

Minsk, de son côté, a immédiatement endossé la pleine responsabilité de cet acte : « Ce sportif biélorusse, notre compatriote, a agi en conscience, et en homme. S’il faut répondre de ce geste, nous le ferons », a martelé l’attaché de presse du ministère biélorusse des affaires étrangères biélorusse, Dmitri Mirontchik, cité par Belta.

De son côté, le président du comité paralympique russe, Vladimir Loukine, a remercié ses collègues biélorusses et promis de leur « renvoyer l’ascenseur ». « Ce sportif vient de nous rappeler, en ces temps difficiles, l’existence de la justice. Et d’affirmer que la politique n’a pas sa place dans les événements sportifs, et d’autant moins dans les jeux paralympiques, qui portent un message humaniste », a-t-il déclaré à l’agence TASS.

Parallèlement, les membres de la communauté russe de Montréal, au Canada, ont manifesté mercredi 8 septembre devant le siège de l’Agence mondiale antidopage contre l’exclusion des sportifs russes et pour exiger une réforme de l’organisation. La pétition qu’ils avaient rédigée n’a toutefois pas été acceptée.

Rappelons que le Tribunal arbitral du sport (TAS) a confirmé, mardi 23 août, la décision du Comité international paralympique d’exclure tous les sportifs russes des Jeux paralympiques, qui ont lieu du 7 au 18 septembre à Rio, suite au scandale autour du dopage des athlètes russes. C’est dès l’annonce de cette interdiction que le président du Comité paralympique biélorusse, Oleg Chepel, avait proposé que ses sportifs portent le drapeau russe lors de la cérémonie d’ouverture.

Le scandale du dopage en Russie remonte à fin 2014. Une série de documentaires allemands avaient alors dénoncé un vaste système de dopage couvert au niveau de l’État russe. Interpellée, l’Agence mondiale antidopage avait enquêté sur le sujet et publié, dès novembre 2015, plusieurs rapports établissant effectivement l’existence d’un système de dopage organisé, impliquant des officiels russes au plus haut niveau.

7 commentaires

  1. Quelle différence entre la BiéloRussie et la Russie ? La Russie Blanche est presque comme la Russie Noire, D’ailleurs Gérard Depardieu s’entend très bien avec le président Vladimir Poutine, mais aussi avec le président de la BiéloRussie (je l’ai vu faucher du foin avec une faux , en compagnie du président biélorusse ,dans la campagne biélorusse ).

  2. Et que fait-on des laboratoires européens qui fabriquent les substances? Rien, fric oblige, et pourtant ils sont connus dans les milieux sportifs.
    Ce ne sont pas les agences anti-dopages ni les instances du sport qui ont fait plonger Armstrong; ils en croquaient. Tout est venu de l’intérieur du peloton, et pas par souci de transparence. Attendons la fin de carrière de certains « champions » et on révélera ce que les sportifs pratiquants savent déjà: ils ne pissent même pas violet mais arc en ciel!! Cela n’innocente pas le système russe, mais pourquoi toujours chercher seulement de ce côté-là?
    Beau courage de la délégation biélorusse.

  3. Bravo à la Bielorussie d’avoir soutenu la Russie victime choisie car pas assez soumise! si la Russie était en état de déliquescence comme sous Yelstine, tous les Occidentaux aimeraient bien la Russie, mais une Russie forte, autonome et qui ne mendie pas, çà ils n’aiment pas; la Russie a toujours fait les ouvertures, pour se voir en permanence la porte claquer à la figure. Elle devrait s’associer avec la Chine et quelques autres pays, pour faire des jeux bis, et un Comité Olympique indépendant des sponsoring de nike, coca cola….l’éviction de la Russie est purement politique, d’avoir pourtant le drapeau Russe signifie de ne pas oublier les 146 Millions de personnes qui vivent et existent et auxquelles « les bienpensants/malfaisants » voudraient dénier leur droit à exister différemment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *