La Russie compte augmenter sa production de lait de 40% d’ici 2025

Le ministère russe de l’agriculture débat actuellement d’un programme de développement de l’élevage laitier dans le pays, indique Kommersant. L’objectif du programme, rédigé par un groupe de fermiers, de chercheurs et de fonctionnaires, est d’accroître la production de lait cru de 37 % d’ici l’année 2025, en passant des 30,8 millions de tonnes actuelles à 42,4 millions.

vache lait russie
Les fermes russes n’ont pas encore intérêt à élever du bétail reproducteur du fait de l’absence de subventions directes. Crédits : Pixabay

37,4 millions de tonnes de lait cru ont été vendues en Russie en 2015, dont 26 % provenant de l’import. Selon le programme actuellement discuté au ministère, en 2025, la consommation de lait cru devra avoir atteint 46,9 millions de tonnes, et la part de l’import avoir réduit jusqu’à 9%.

Le financement total du programme est estimé à 61,7 milliards de roubles, dont un tiers environ devra être assumé par le secteur privé. Cette somme devra servir, en neuf ans, à mettre en place un système unifié d’identification du gros bétail cornu ainsi qu’un réseau de laboratoires génétiques et de centres de sélection indépendants.

Aujourd’hui, tous les pays développés intensifient leur production nationale de lait grâce au développement de la génétique et non à l’accroissement du cheptel, explique le directeur exécutif de l’Union nationale des producteurs de lait (principale rédactrice du programme), Artiom Belov. À l’heure actuelle, la Russie affiche des indicateurs de productivité laitière plus de 2,5 fois inférieurs à ceux des États-Unis, et environ deux fois inférieurs à ceux des Pays-Bas et de l’Allemagne, précise Vitali Cheremet, auditeur spécialiste du secteur agro-industriel chez KPMG (contributeur du programme).

Les fermes russes n’ont pas encore intérêt à élever du bétail reproducteur du fait de l’absence de subventions directes, soulignent les auteurs du programme, qui proposent de les inciter à recourir à la génétique grâce à l’allocation de 5,8 milliards de roubles supplémentaires de subventions d’ici 2020.

La mise en œuvre du programme, poursuivent les auteurs, conduira à une baisse de 113,8 milliards de roubles de revenus du budget sur les taxes à l’importation de lait cru d’ici 2025. Mais cette somme sera compensée par les 131,5 milliards de roubles d’impôts supplémentaires perçus sur les secteurs laitier et connexes russes. Dans le même temps, l’intensification de la production de lait cru pourrait à son tour entraîner une augmentation des exportations de produits laitiers russes longue conservation, tels le beurre et les fromages, estime un des contributeurs principaux. Selon le directeur de l’Union nationale des producteurs de lait, l’export de produits laitiers russes s’est réduit de 6 % en 2015, passant à 670 000 tonnes (252 millions de dollars).

M. Cheremet indique que les dispositions du programme pourraient être mises en application par le ministère de l’agriculture en 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *