Les ONG russes contre l’exclusion des sportifs paralympiques de Rio

Vendredi 26 août, plusieurs organisations indépendantes russes de défense des droits de l’homme ont écrit au président du Comité international paralympique, Philip Craven, pour protester contre l’exclusion des sportifs paralympiques russes à Rio.

Crédits : www.paralymp.ru
Deux sportifs paralympiques, dont un Russe, aux championnats du monde d’escrime 2015, à Budapest. Crédits : www.paralymp.ru.

« En tant que directeurs d’organisations non étatiques de défense des droits de l’homme qui non seulement critiquent les actions du gouvernement russe contre nos concitoyens mais aussi les contestent devant la Cour européenne des droits de l’homme, nous nous devons de dire qu’ici aussi, les droits de nos concitoyens – plus de deux cents sportifs paralympiques – ont été bafoués par une organisation internationale. Mais cette violation peut encore être conjurée », indique un communiqué publié sur la page Facebook de l’ONG Mémorial.

Pour les organisations russes, il est « inadmissible » que ces sportifs, qui n’ont « été accusés d’aucune faute », soient les victimes de la bureaucratie sportive.

« M. Craven, vous parlez de l’existence d’une machine étatique influençant le sport russe. Nous ne vous contredisons pas sur ce point. Mais pourquoi n’excluez-vous pas des Jeux d’autres comités olympiques, tels ceux de Chine, de Corée du Nord ou d’Arabie saoudite (où l’Etat exerce aussi son influence sur le sport) ? C’est une politique manifeste de deux poids deux mesures. Résultat, des valeurs universelles sont piétinées », poursuit le message.

Les directeurs des ONG rappellent également que l’Histoire regorge d’exemples d’innocents lourdement et injustement punis pour les actes de leurs gouvernements. « On ne doit pas faire porter de responsabilité collective à des individus qui ne sont pas coupables. C’est un principe que nous soutenons depuis toujours. Nous parvenons à chaque fois à obtenir des organes gouvernementaux russes qu’ils observent ce principe. Et les organisations internationales doivent le respecter, elles aussi. Un compromis est indispensable, nous en sommes persuadés », conclut la pétition.

La lettre est notamment signée par la présidente du groupe d’Helsinki à Moscou, Lioudmila Alexeïeva, le directeur du mouvement Pour les droits de l’homme, Lev Ponomarev, le président du Conseil de l’ONG Mémorial Arseni Roguinski et un de ses membres Oleg Orlov, l’éminent dissident soviétique Sergueï Kovalev, et la présidente du Comité d’assistance civique, principale organisation de défense des droits des réfugiés, Svetlana Gannouchkina.

Rappelons que le Tribunal arbitral du sport (TAS) a confirmé, mardi 23 août, la décision du Comité international paralympique (CIP) d’exclure tous les sportifs russes des Jeux paralympiques, qui auront lieu du 7 au 18 septembre à Rio, suite au scandale autour du dopage des athlètes russes.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *