Vu de Russie : pourquoi les terroristes ont fait de Nice une terre de djihad

Dans la nuit du jeudi 14 au vendredi 15 juillet, un homme, au volant d’un camion blanc, a foncé dans la foule, rassemblée pour les festivités du 14 juillet sur la Promenade des Anglais, à Nice. Le dernier bilan officiel fait état de 84 morts, dont plusieurs enfants, et 18 blessés très graves. Une ressortissante russe fait partie des victimes. Le journaliste politique Maxim Yousin commente l’attentat pour le quotidien Kommersant.

attentat Nice
Le chauffeur du camion a tiré au pistolet avant d’être abattu, à Nice, dans la nuit du 14 au 15 juillet. Crédits : capture

En frappant précisément la France, et précisément le jour de sa fête nationale, les terroristes poursuivaient plusieurs objectifs.

Premièrement, montrer qu’aucune mesure de sécurité (des mesures extraordinaires ont été prises en France tout au long de l’Euro 2016, et les forces de l’ordre restaient mobilisées en ce 14 juillet) ne peut arrêter les « combattants du djihad », dès lors qu’ils ont pris un pays pour cible.

Deuxièmement, montrer que les échecs militaires essuyés ces derniers temps par Daech ne sont aucunement un signe d’affaiblissement – ni des islamistes eux-mêmes, ni de leur esprit de combat. Au contraire, ils s’affirment prêts à déplacer le champ de bataille en territoire ennemi, dans les paisibles villes européennes, et à agir de manière encore plus décidée et plus inventive qu’avant (jamais un acte terroriste d’une telle ampleur n’avait été commis de cette manière en Europe – le camion n’a pas explosé, il a écrasé des dizaines de personnes).

Troisièmement, par cet attentat, l’Internationale terroriste envoie un message aux services spéciaux européens : l’initiative est toujours de notre côté, proclament les islamistes. Vu le nombre d’individus originaires du monde islamique qui vivent sur le continent européen, et le nombre d’ « agents dormants » parmi eux, prêts à sortir de l’ombre à n’importe quel moment – vous êtes condamnés à des attentats en série infinie – quand et où nous voudrons, suggèrent-ils.

Quelles conséquences aura ce « carnage de fête » niçois ? Eh bien, au fond, aucune conséquence particulière. Il était déjà clair que les djihadistes ne s’arrêteraient pas à Paris et Bruxelles. Les services de renseignement savaient parfaitement qu’ils préparaient de nouvelles actions d’ampleur en Europe, et des alertes étaient constamment lancées. Ce n’est un secret pour personne qu’une partie de la population musulmane de France, de Belgique, d’Allemagne, du Royaume-Uni (et même de Russie) se radicalise sous l’influence de la propagande de l’EI et des autres mouvements islamistes.

Les islamistes ont frappé à nouveau le 14 juillet, jour de la prise de la Bastille. Ce n’est pas leur premier coup et, malheureusement, c’est loin d’être le dernier. Que faire ? Continuer à vivre. Quoi d’autre ? Continuer à vivre et apprendre à résister à un ennemi impitoyable, sans principes, qui a introduit ses cellules terroristes au cœur même de l’Europe. Ne pas taire le problème, ne pas faire comme si l’islam radical n’existait pas. Ne pas permettre que les « combattants du djihad » revenus de Syrie et d’Irak restent en liberté et vivent, comme si de rien n’était, au milieu des citoyens respectueux des lois, ne faire preuve d’aucune tolérance à leur égard.

Mais la société européenne n’est toujours pas prête à la « tolérance zéro ». Elle reste trop humaine vis-à-vis de ceux qui veulent l’anéantir. Or, à la guerre (et c’est bien une guerre qui est menée contre le monde civilisé), l’indulgence n’est pas toujours de mise.

2 commentaires

  1. En France un étranger qui a des problèmes avec la justice garde son titre de séjour.Cette faute politique a de lourdes conséquences.
    Pascal Rendu Présidentielle 2017

  2. Ils me font rire ces commentateurs qui ne connaissent rien à notre pays et à son histoire, presqu’autant que Pascal Rendu le sauveur de la France. On ne va pas devenir un état de non droit au non d’une menace terroriste qui tue encore dix fois moins que la bagnole chaque année non plus! Que les flics fassent leur boulot déjà au lieu de se pinter au ricard et de racketter les dealers, que les politiciens descendent sur terre et arrêtent leurs provocation imbéciles dont le burkini est le dernier épisode et tout s’arrêtera d’ici quelques temps, surtout si on l’intelligence d’interdire Facebook, Twitter et tous ces réseaux sociaux qui ne servent à rien en fait, si vous réfléchissez deux minutes. Marrant d’ailleurs que personne n’ait encore proposé ça, tiens, alors que ça ne serait pas si compliqué. Internet ou le terrorisme, faut choisir !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *