Enfants noyés en Carélie : le dernier corps retrouvé

Le ministère des situations d’urgence a mis fin aux opérations de sauvetage sur le lac Siamozero, en Carélie : dimanche 26 juin, les sauveteurs ont trouvé le corps du dernier adolescent porté disparu après la tempête qui a coûté la vie à 14 enfants. Parallèlement, le Comité d’enquête de la Fédération a annoncé que la directrice de la colonie avait effectivement tenté de dissimuler la tragédie.

Les recherches du dernier corps de l'enfant noyé en Carélie. Crédits : mchs.gov.ru
Opérations de sauvetage sur le lac Siamozero, en Carélie. Crédits : mchs.gov.ru

« Le 26 juin, à 7h30 du matin, à l’issue de huit jours et nuits entiers de recherches sur le lac Siamozero, les sauveteurs ont finalement retrouvé le dernier corps, à 2,5 km de là où le bateau pneumatique est supposé s’être échoué », a déclaré le 27 juin à Kommersant FM Svetlana Aristarkhova, experte du ministère des situations d’urgence pour la république de Carélie, soulignant que près de 300 sauveteurs ont participé aux recherches.

La tragédie remonte à une semaine. Le 18 juin, des enfants de la colonie de vacances Park Hotel Siamozero partis en bateaux pneumatiques sur le lac, ont fait naufrage au cours d’une tempête. Ils étaient 47 adolescents de 12 à 14 ans, accompagnés d’adultes. Le vent, très fort, a fait chavirer les bateaux, et 14 enfants ont péri noyés, à cause des vagues et de la faible température de l’eau.

Une enquête pénale a été ouverte contre la directrice de la colonie, Elena Reshetova, et son adjoint, Vadim Vinogradov, pour « fourniture de services ne répondant pas aux normes de sécurité ».

« Durant toute la période où les enfants se sont trouvés sur les bateaux, c’est [la directrice de la colonie Elena] Reshetova qui prenait les décisions. Et quand les embarcations sont arrivées sur une des îles, [son adjoint Vadim] Vinogradov a d’abord téléphoné à sa patronne, et pas au ministère des situations d’urgence. Et ils ont décidé ensemble de ne pas appeler les secours officiels. Nous en avons les preuves. Ils ont pensé que les choses s’arrangeraient, qu’ils se débrouilleraient sans aide », a déclaré à Vesti FM le représentant officiel du Comité d’enquête fédéral, Vladimir Markine.

1 commentaire

  1. Mais , donc deux responsables ? C’est tout ? Tout le monde ignorait tout du fonctionnement de ce entre? Bizarre, non ? Et ces malheureux enfants viennent de quels milieux sociaux? N’a-t-on pas le droit d’entendre leurs parents ? Pourquoi se contenter de refléter les communiqués officiels sur une telle affaire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *