En Grèce, Poutine célèbre le millénaire de la présence russe sur le mont Athos

Le président Vladimir Poutine a participé samedi 28 mai aux célébrations du millénaire de la présence russe sur le mont sacré Athos. Kommersant y était.

Crédits ; kremlin.ru
Vladimir Poutine au monastère Saint-Pantéleimon, à Athos. Crédits : kremlin.ru

Le président russe a rejoint le mont à bord d’un yacht mis à disposition par les autorités grecques. Une fois débarqué, il s’est rendu à la cathédrale du Protat, où il a rencontré les membres de la Communauté sacrée (le gouvernement de la presqu’île, où siègent les représentants des vingt monastères d’Athos). Vladimir Poutine y a été reçu comme un hôte de la plus grande importance et a été conduit à un lieu qui était autrefois réservé aux empereurs byzantins. « C’est la deuxième fois que je viens ici, et je ressens toujours cette chaleur et cette bonté toutes particulières. Je suis traité de la meilleure des façons, et ce traitement s’adresse à moi comme chef d’État, mais aussi au peuple russe dans son ensemble, a déclaré le président russe, reconnaissant. Ce que l’on fait sur le mont Athos est extrêmement important et profondément nécessaire pour le monde orthodoxe. Vous œuvrez à la conservation des piliers moraux de notre société, vous êtes, dans une très large mesure, la source de cette prospérité et de cette grâce ».

Vladimir Poutine s’est ensuite rendu au monastère Saint-Pantéleimon, le centre du monachisme russe sur la presqu’île. Pour sa venue, les moines avaient jonché de feuilles de laurier le chemin menant à la cathédrale principale. Ce qui, de nouveau, ne se fait que pour les invités les plus importants. « Nous sommes extrêmement honorés de recevoir Vladimir Poutine, a confirmé à Kommersant un des moines. Nous l’avions invité à ces célébrations en avance, nous avions rédigé une lettre expressément. »

Une demi-heure avant l’arrivée de l’invité de marque, les moines avaient allumé des bougies de cire sur les lustres et commencé à les agiter. « C’est une tradition grecque, a-t-on expliqué à Kommersant au monastère. Elle symbolise l’image des forces célestes qui étaient en mouvement lors de la création du monde. » Au centre de l’église avait été installé un reliquaire avec la tête du saint martyr Pantéleimon, la principale relique du monastère.

Au son des cloches de la cathédrale, le patriarche de Moscou Kirill, arrivé plus tôt sur le mont, est venu à la rencontre de Vladimir Poutine à l’entrée du bâtiment. Accompagné de moines interprétant des chants pascaux, il a conduit le président à l’intérieur de la cathédrale. Le primat de l’Église orthodoxe russe s’est installé à la place du patriarche, et Vladimir Poutine, à celle de l’empereur. Et c’est ainsi qu’ils ont prié le saint russe, illuminé sur le mont sacré.

Crédits : kremlin.ru
Vladimir Poutine lors d’une prière à l’église de la Dormition de la Mère de Dieu à Athos, où il se tient sur le piédestal du banc de prière « impérial ». Crédits : kremlin.ru

Le patriarche a ensuite brièvement résumé, pour le président, l’histoire compliquée de la présence des moines russes sur le mont sacré. « J’ai visité Athos pour la première fois il y a plus de 40 ans, a raconté le patriarche. Vous voyez aujourd’hui cette église et ces beaux bâtiments mais, à l’époque, tout était en ruines, à l’abandon, il n’y avait que sept moines ici. » Toutefois, les temps ont changé. « La Russie a changé, et ce changement s’est reflété sur la situation de la présence russe à Athos, a souligné le patriarche. En grand nombre, des gens aisés ont commencé à prendre à cœur cette triste situation du monastère, en apportant des dons. »

Selon le patriarche, l’État a joué un rôle immense dans la restauration du monastère. « Et vous pouvez voir aujourd’hui le monastère de Pantéleimon restauré, nous pouvons prier dans le monastère restauré de l’Assomption de la Sainte-Vierge, à Ksilurgu, a poursuivi le primat de l’Église orthodoxe russe. C’est le premier monastère russe. L’higoumène de ce monastère, Guerassim, a laissé en 1016 sa signature sur un acte très important qui est aujourd’hui conservé à la Grande Laure du mont Athos.»

Après avoir remercié le président pour sa participation active à la restauration des reliques, le patriarche a ajouté : « Aujourd’hui, lors de l’office, nous avons prié pour vous comme chef de l’État russe, nous avons prié pour notre Église, pour le peuple. »

Crédits : kremlin.ru
Monastère Saint-Pantéleimon à Athos, en Grèce. Crédits : kremlin.ru

En réponse, le président a expliqué avoir visité Athos en 2005, et reconnu que « les changements survenus [étaient] tout simplement miraculeux ». La Russie et Athos, a-t-il rappelé, sont unis depuis des temps immémoriaux par d’étroits liens religieux, et « les traditions monastiques d’Athos jouent un rôle significatif dans la vie du peuple de Russie ».

Le lendemain, le patriarche Kirill a décerné des récompenses aux mécènes et hauts fonctionnaires ayant contribué à la restauration du monastère. Parmi eux, on retrouve notamment le représentant du président pour le District fédéral central Alexander Beglov, le vice-président du conseil d’administration de Fosargo Andreï Gouriev, le peintre Vassili Nesterenko, le directeur adjoint de Tyajpressmach Vladimir Rastorgouïev, et même les députés ukrainiens Vadim Novinski et Sergueï Levotchkine.

Vladimir Poutine était en Grèce pour une visite de deux jours, les 27 et 28 mai, la première depuis 2007. Son déplacement s’est inscrit dans le cadre de l’année Russie-Grèce organisée par les deux pays. Ce voyage a été l’occasion de signer cinq accords de collaboration entre les deux pays dans les secteurs du tourisme, de la culture, de l’éducation ou encore de l’énergie. Vladimir Poutine a également, sur le plan économique, confirmé l’intérêt d’entreprises russes pour les privatisations grecques, notamment celles de la compagnie ferroviaire TrainOse et du port de Thessalonique.

3 commentaires

  1. Quand je suis allé au Mont Athos , j’ai interrogé un moine sur la présence du diable; Il a souri et m’a répondu: je rencontre mille diables par jour .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *