Illuminations de Noël à Moscou : la décoration française à l’honneur

En décembre 2015, le centre de la capitale russe a pris des airs de forêt magique : pour les décorations de Noël et du Nouvel An, la mairie a fait appel à des spécialistes étrangers. Entretien avec Johan Hugues, directeur général de Blachère Illumination, une société française spécialisée dans l’illumination festive qui a fait partie de l’équipe internationale des décorateurs de Moscou.

IMG_3151_opt (1)
La rue piétonne Kouznetski Most à Moscou. Crédits : LCDR

LCDR : Quelles sont vos impressions sur Moscou ?

Johan HUGUES
Johan Hugues

Johan Hugues : J’ai adoré y travailler ! Il reste peu de villes, dans le monde, offrant un terreau si propice, si dynamique, au travail d’illumination. Moscou est à la fois une ville moderne, qui bouge, et une cité très ancienne. On observe au quotidien, dans la ville, ce va-et-vient permanent entre modernité et histoire. Les vieux bâtiments côtoient les édifices les plus contemporains, et tous trouvent leur place.

Notre challenge, pour ce festival des lumières de Noël, était de créer quelque chose correspondant au caractère propre de la ville. Nous avons donc décidé de partir d’une page blanche, sur plusieurs sites à la fois : les rues piétonnes Kouznetski most, Stolechnikov et Kamergerski pereoulok. J’aimerais décorer aussi la place Rouge : c’est un grand espace vide où l’on pourrait imaginer un parc lumineux, un jardin à la française en hiver.

LCDR : Vous avez travaillé étroitement avec la mairie de Moscou. Que pensez-vous de cette coopération ?

J.H. : C’était cordial, en dépit des tensions internationales qui opposent en ce moment la Russie et la France. J’ai travaillé dans plusieurs pays, et c’est à chaque fois différent, de l’Europe à l’Amérique du Sud. En France, nous sommes assez écrasés par les formalités administratives. En Russie, la prise de décisions est plus rapide, tout peut aller plus vite.

Avant de présenter ce projet, j’ai participé à l’appel d’offres, qui a été une expérience très fédératrice et l’occasion de mettre en place des échanges extrêmement enrichissants. Mais pour que ce festival des lumières devienne un véritable événement, il faut qu’il se répète, qu’il s’inscrive dans la durée – et j’espère fortement que ce sera le cas.

LCDR : Les représentants de la mairie de Moscou ont-ils formulé des souhaits de départ ou des indications particulières ?

J.H. : Non, nous étions totalement libres dans nos choix. En nous réunissant si nombreux, avec des équipes si diverses – il y avait des Russes, des Italiens et des Canadiens –, les autorités de la capitale comptaient évidemment sur l’émergence d’une multitude d’idées, extrêmement variées. Et ça a effectivement été le cas. Personnellement, j’ai choisi une approche en « tableaux » différant d’une rue à l’autre : d’abord, vous arrivez sur Stolechnikov pereoulok, dans une rue classique avec des lustres, puis vous tournez dans la rue Petrovka, et vous avez un tableau beaucoup plus moderne, plus animé… Enfin, à l’angle, c’est la rue Kouznetski most, où vous vous retrouvez dans une forêt d’arbres lumineux.

LCDR : Comment avez-vous été amené à travailler en Russie ?

J.H. : Le premier projet russe de Blachère Illumination remonte au début des années 2000 : il s’agissait d’une décoration lumineuse pour la façade du centre commercial GOUM [sur la place Rouge, ndlr]. Depuis 2010, je travaille régulièrement en Russie, notamment pour les centres commerciaux, comme MEGA. Pour le moment, nous n’avons pas de projet en cours ici, mais j’espère que le succès de ce festival des lumières de Noël inspirera d’autres villes et que nous pourrons leur proposer des solutions d’illuminations innovantes correspondant à leur budget. La Russie est un marché important pour nous, même s’il a été fortement secoué en 2013 par les événements politiques.

Le premier Festival des lumières de Noël de Moscou s’est tenu du 18 décembre 2015 au 10 janvier 2016. Il a été l’occasion pour des spécialistes en décoration lumineuse du monde entier de présenter leurs créations dans vingt sites du centre-ville, ornés de plus de 1 700 éléments décoratifs. La rue Tverskaïa a notamment été parée de 32 kilomètres de câbles lumineux.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *