Sanctions contre la Turquie : quels sont les aliments visés par l’embargo russe ?

Le gouvernement russe a publié mardi 1er décembre la liste des aliments turcs visés par l’embargo décrété par la Russie le 28 novembre en réponse à la destruction du bombardier russe par la Turquie.

Crédits : Martina TR/Flickr
Les fruits et légumes concernés sont : les clous de girofle, les tomates, les oignons, les choux-fleurs, les concombres, les oranges, les mandarines, le raisin, les pommes, les poires, les abricots, les pêches, les prunes et les fraises. Crédits : Martina TR/Flickr

Les Russes ne trouveront plus à partir du 1er janvier 2016 de la viande de poulet et de dinde congelée, du sel et certains fruits et légumes en provenance de Turquie sur les étalages des magasins.

La liste complète des produits, sur notre infographie :

Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Les restrictions à l’encontre des produits sanctionnés ne concernent néanmoins pas l’importation de marchandises pour usage personnel. Le gouvernement russe n’a pas fixé de durée précise de l’embargo.

La Russie suspend également les négociations avec la Turquie visant à la signature d’un accord sur les services et les investissements, ainsi que sur un fonds d’investissement commun.

Samedi 28 novembre, le président russe Vladimir Poutine a adopté une série de sanctions économiques contre la Turquie suite à la destruction d’un bombardier russe Su-24 par Ankara à la frontière turco-syrienne, le 24 novembre.

Ces sanctions comprennent, outre l’embargo alimentaire, l’interdiction des vols charters entre la Russie et la Turquie, la fin du régime sans visa pour les ressortissants de Turquie, l’interdiction pour les entreprises russes d’engager des personnes ayant la nationalité turque et une limitation de l’activité des « organisations sous juridiction turque » sur le territoire russe.

4 commentaires

  1. Bravo Poutine ! Voilà un homme de la même trempe que De Gaulle; j’espère qu’il saura défendre et promouvoir toute l’Europe et sa civilisation, et pas uniquement le Russie.

  2. Merci Poutine tous les prix de fruits et légumes vont baisser en Turquie ,mais si les turques prennent le gaz ailleurs qui fait quand même 26 000 000 000 de dollars par an et qu’ils font pas passer tous leurs par Istanbul comment ils vont faire déjà économiquement c’est pas le top il faut bien qu’il réfléchit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *