La Russie va livrer des armes à l’opposition syrienne

Vendredi 11 décembre, Vladimir Poutine a déclaré que la Russie soutiendrait non plus seulement les forces gouvernementales syriennes, mais aussi l’Armée syrienne libre, qui lutte pour le renversement du régime de Bachar el-Assad. Cette dernière recevra de Moscou des armes et des munitions pour combattre l’État islamique.

Vladimir Poutine lors d’une réunion collégiale du ministère de la défense, le 11 décembre. Crédits : kremlin.ru
Vladimir Poutine lors d’une réunion collégiale du ministère de la défense, le 11 décembre. Crédits : kremlin.ru

Vladimir Poutine a expliqué que la Russie soutiendrait les insurgés depuis les airs et leur fournirait des munitions, des armes et de l’approvisionnement matériel. Selon le président, l’armée russe contribuera ainsi à « unir les forces » des armées insurgées et des troupes gouvernementales.

« Je tiens à souligner que notre aviation travaille à réunir les forces des troupes gouvernementales et de l’Armée syrienne libre. Aujourd’hui, certains des détachements de cette dernière – plus de cinq mille hommes au total – mènent, tout comme les troupes régulières, des attaques contre les terroristes dans les provinces de Homs, Hama, Alep et Raqqa [fief de Daech, ndlr]. Comme nous le faisons avec l’armée syrienne, nous les soutiendrons depuis les airs et leur fournirons de l’aide en armes, en munitions et en ressources matérielles », a déclaré le président Poutine, lors d’une réunion collégiale du ministère de la défense.

Après le début de l’opération militaire russe en Syrie, le 30 septembre, Moscou a longtemps refusé de reconnaître l’existence de l’Armée syrienne libre. Mais fin octobre dernier, le ministre russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov a annoncé que la Russie était prête à soutenir l’« opposition patriotique [syrienne], notamment le groupe appelé Armée syrienne libre ».

En réponse, les représentants de l’armée d’opposition ont déclaré que la Russie devait « mettre fin sans tarder à ses frappes aériennes sur [leurs] bases et les régions peuplées de civils ».

Début novembre, l’état-major russe a annoncé que les opposants syriens avaient fourni à la Russie les coordonnées de sites de l’État islamique. Puis, début décembre, les insurgés syriens sont parvenus à un accord avec les troupes gouvernementales, qui stipule que les forces des opposants à Assad doivent quitter Homs, une des plus grandes villes du pays et le centre de la résistance au pouvoir syrien actuel.

Un soldat Armée syrienne libre debout devant une porte avec une mitrailleuse. Crédits : WikiMedia
Soldat de l’Armée syrienne libre avec une mitrailleuse. Crédits : Wikimedia

Du 8 au 10 décembre, la capitale de l’Arabie saoudite, Riyad, a enfin accueilli une grande conférence de l’opposition syrienne, réunissant près de cent représentants du mouvement. À l’issue de ce forum, les participants ont déclaré qu’ils étaient prêts à construire en Syrie un État laïc mais exigeaient le départ d’Assad dès le début de la période de transition.

Les opposants ont également stipulé leurs conditions pour entamer des négociations avec les autorités syriennes : abolition des peines de mort prononcées contre les représentants de leurs mouvements, libération des prisonniers politiques et admission de convois humanitaires dans une série de régions du pays.

Le ministère russe des affaires étrangères, de son côté, a fait remarquer que certaines organisations présentes lors de cette conférence pouvaient être impliquées dans des activités terroristes.

L’Armée syrienne libre était la principale force armée opposée au régime de Bachar el-Assad au début de la guerre civile syrienne, en 2011, avant d’être surpassée par les factions djihadistes. Constituée d’anciens officiers de l’armée syrienne, elle se caractérise, pour l’essentiel, par son nationalisme arabe et son objectif démocratique opposé à l’Etat islamique et autres groupuscules islamistes. Depuis 2014, le gouvernorat de Deraa, à l’extrême sud du pays, est la seule zone de Syrie où l’Armée syrienne libre demeure la force rebelle dominante.

1 commentaire

  1. Les russes de Mr Poutine sont autant cyniques que l’est la mafia USA-OTAN-UE. Toutes ces armes se retrouveront chez DAESH. A quoi joue le président de la Russie ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *