Hollande à Moscou : Poutine se dit prêt à rejoindre une large coalition

Le président français François Hollande est arrivé jeudi 26 novembre en début de soirée à Moscou, où il s’est aussitôt rendu au Kremlin pour rencontrer Vladimir Poutine.

Rencontre entre Vladimir Poutine et François Hollande à Moscou, le 26 novembre. Crédits : kremlin.ru
Rencontre entre Vladimir Poutine et François Hollande à Moscou, le 26 novembre. Crédits : kremlin.ru

Ce dernier, dans son discours d’introduction, a immédiatement indiqué que la Russie était prête à se joindre à une large coalition antiterroriste. « Nous estimons d’ailleurs qu’elle est absolument indispensable. Sur ce point, nos positions se rejoignent », a souligné le président russe, avant de faire part de ses condoléances à son homologue français.

François Hollande, s’adressant à son interlocuteur par un amical « Cher Vladimir », a rappelé que la France et la Russie ont un ennemi commun, Daech, et qu’une vraie coalition permettrait de « frapper ce terrorisme ». « C’est pour cela que je suis ici à Moscou, avec toi, pour déterminer la façon dont nous pouvons agir ensemble contre cet ennemi commun et en même temps chercher une solution politique pour la Syrie », a déclaré le chef d’Etat français.

M. Hollande a enfin remercié Vladimir Poutine et « tout le peuple russe pour toutes les marques d’amitié qui ont été adressées à la suite des attentats à Paris ». « Et moi aussi, je m’associe à la peine du peuple russe après les actes terroristes qui ont été commis », a-t-il conclu.

Selon la presse française, François Hollande attend beaucoup de son entretien avec Vladimir Poutine, étape essentielle de son marathon diplomatique débuté lundi 22 novembre afin de bâtir une « large coalition » contre l’Etat islamique.

Mercredi 25 novembre, François Hollande a obtenu d’Angela Merkel la promesse de s’engager « vite » et « au côté de la France » dans la lutte contre l’Etat islamique, mais aucun détail n’a été donné par la chancelière. Le rôle de l’Allemagne dans la coalition internationale se limite aujourd’hui à envoyer des instructeurs à l’armée irakienne et quelques armes aux peshmergas. Berlin a néanmoins annoncé vouloir positionner jusqu’à 650 soldats supplémentaires au Mali afin de soulager l’effort de guerre de la France mené parallèlement au Sahel et au Moyen-Orient.

Côté américain, Barack Obama a mardi promis d’intensifier les frappes américaines et de faciliter les échanges de renseignement bilatéraux. Seul David Cameron a lundi affirmé sa « ferme conviction » que le Royaume-Uni devait intervenir militairement en Syrie.

La rencontre publique en vidéo

5 commentaires

  1. Quel constat consternant de voir la France, jadis grand pays, calquer sa diplomatie sur celle des USA. Pour ceux-ci, les rebelles opposés au régime syrien sont fiables et constituent l’avenir du pays. Ils n’ont rien appris de leurs errements et de ceux de leur alliés occidentaux, en Irak ou en Libye. Ils pensent encore qu’il est opportun de remplacer un dictateur laïque par un dictateur … religieux, au moins aussi sanguinaire.
    Qu’il s’appelle Daesh, Al Qaeda ou qu’il n’ait pas de nom, l’Islam au mains des pratiquants est un véritable danger pour tous les peuples désireux de paix.
    Il semblerait que seul Vladimir Poutine en soit fermement convaincu. Esperons qu’il soit enfin entendu…

  2. suite a ce discours entre Hollande et POUTINE, j’attend du concret concernant Hollande sur la stratégie de combat a faire ensemble avec l’aviation Française et
    Russe!!!!

  3. Les européens et les américains sont des abrutis, les premiers étant les chiens des seconds….le seul but de l’Amérique est de mettre sous son joug l’ensemble des pays disposant de richesses naturelles….ils n’ont rien appris du Vietnam ou de l’Iran ou de l’Irak de la Lybie etc…tout ces pays étant sous la férule d’un dictateur certes, mais au moins ils tenaient leurs pays et avec les années ils avaient fini par plus ou moins s’assagir et avaient compris qu’il était préférable d’avoir un minimum de relations diplomatiques avec nous plutôt que de détourner des avions et au moins chez eux les opposants religieux extrêmistes on en entendait pas parler….Il va bien falloir un jour renoncer à cette absurdité du politiquement correct, appeler les choses par leurs et comprendre que certains peuples ne sont pas encore assez mûres pour vivre en démocratie, et que parfois une dictature autocratique est préférable à une pseudo démocratie religieuse ou à des fous de dieux qui enverront des terroristes à tout va en occident…..et çà Putin l’a bien compris depuis longtemps l’occident veulent virer le président Syrien très bien….et dans moins de 6 mois la Syrie sera complètement noyauter par daech et on va se retrouver avec un état terroriste siégeant à l’ONU……décidément on est vraiment diriger par des abrutis

  4. Jeux d’équilibriste. F. Hollande toujours proche des Américains avance un peu plus vers la réalle politque de V. Poutine. Tant mieux. L’occasion fait le laron dit-on chez nous. C’est parce que la Russie est une puissance militaire agissante que la France se rapproche. Objectif : héradiquer Daech. Même si les Américains interviennent, ils le font à reculons. Même si le dictateur syrien a du sang sur les mains il reste le seul à pouvoir intervenir avec de l’aide pour combattre Daech. Il faut la lui fournir. Lorsque les Occidentaux interviennent dans les pays arabes en renversant le Tyran, les fanatiques religieux progressent en se nourissant du vide laissé. Donc il faut aider le Tyran, puis négocier une solution politique qui satisfasse tout le monde. La politique russe me semble actuellement la meilleure dans cette région. En tout cas la plus adaptée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *