Ford et Volkswagen poursuivent leur développement en Russie malgré la crise

Le 3 septembre, la compagnie Ford-Sollers, coentreprise entre Ford Motor et le constructeur russe Sollers, a ouvert une usine de moteurs dans la zone économique spéciale d’Alabouga, au Tatarstan. Le 4 septembre, c’était au tour du constructeur automobile allemand Volkswagen d’inaugurer une usine de moteurs dans la zone industrielle de Grabtsevo, dans la région de Kalouga.

Usine Ford à Alabuga. Crédits : FordSollers
Usine Ford à Alabouga. Crédits : FordSollers

Ford-Sollers a l’intention de produire dans son usine des moteurs 1,6 l Ti-VCT Sigma de trois capacités différentes : 85, 105 et 125 chevaux. Ces moteurs seront utilisés pour les modèles Ford Focus, Fiesta et EcoSport, construits dans les usines que le groupe possède à Vsevolojsk, en région de Saint-Pétersbourg, et Naberejnie Tchelny, au Tatarstan.

Ford-Sollers précise avoir investi 275 millions de dollars dans la construction de cette nouvelle unité de production et créé 200 emplois. Dès cette année, les moteurs fabriqués à Alabouga équiperont 30 % des automobiles Ford produites en Russie. Grâce à ce nouveau site, les Ford fabriquées en Russie utiliseront 45 % de pièces détachées produites localement, les 55 % restants étant toujours importés d’autres pays. Rappelons qu’en 2011, l’État russe a donné six ans aux constructeurs automobiles étrangers pour passer à 60 % de pièces détachées de production locale.

Lors de la cérémonie d’inauguration, le président de Ford-Sollers, Mark Ovenden, a déclaré qu’il aurait souhaité voir cette usine s’ouvrir « dans des conditions plus favorables et une atmosphère plus agréable ». « Cependant, nous avons reçu un soutien sans précédent de la part des autorités fédérales et n’avons rencontré aucune difficulté pour lancer ce projet », a-t-il ajouté.

De son côté, le président de la république du Tatarstan, Roustam Minnikhanov, a fait preuve d’optimisme, assurant que « si la période n’est certes pas propice à l’industrie automobile, les produits conçus dans cette usine trouveront sans aucun doute leur place sur le marché. »

La coentreprise Ford-Sollers a été créée en 2011, sur une base paritaire, par le russe Sollers et l’américain Ford. Ses trois usines en Russie affichent une capacité de production totale de 350 000 véhicules par an. L’usine d’Alabouga produit annuellement 85 000 voitures, de modèles Transit, Kuga, Explorer et Galaxy.

L’année dernière, avec 70 000 voitures vendues, les ventes de Ford en Russie ont accusé une chute de 38 % par rapport à 2013. La première moitié de 2015 a été marquée par une chute de 56 %, jusqu’à 13 700 voitures vendues.

Moteurs allemands 100% russes

En 2013, l'usine de Volkswagen à Kalouga célébrait la sortie de sa 600 000e voiture. Crédits : VW
En 2013, l’usine de Volkswagen à Kalouga célébrait la sortie de sa 600 000e voiture. Crédits : VW

De son côté, Volkswagen a l’intention de fabriquer sur ce nouveau site de Grabtsevo ses moteurs de génération EA211, dont le dernier 1,6l essence, d’une capacité de 110 chevaux. Les moteurs seront livrés à l’usine que Volkswagen possède à Kalouga, à destination de la Volkswagen Polo et de la Skoda Rapid, et à celle de Nijni Novgorod, pour la Skoda Octavia, la Skoda Yeti et la Volkswagen Jetta.

Le constructeur allemand a annoncé avoir investi près de 250 millions d’euros dans ce projet. Les autorités régionales de Kalouga ont déboursé pour leur part 34 millions d’euros pour l’infrastructure de l’usine, a précisé le gouverneur de la région, Anatoli Artamonov, lors de l’inauguration du site.

Le directeur général de Volkswagen Russie, Marcus Ozegovic, a rappelé que cette usine créerait 400 nouveaux emplois et prévoyait de produire jusqu’à 150 000 moteurs par an.

Dès 2016, 30 % des voitures Volkswagen produites en Russie devront être équipées de moteurs fabriqués à Grabtsevo. Avec le démarrage de cette nouvelle usine, le taux de localisation en Russie des véhicules Volkswagen devrait atteindre les 50 %.

« Nous allons non seulement augmenter le taux de localisation de nos véhicules, mais aussi les rendre plus accessibles à nos clients russes, a promis Marcus Ozegovic. Malgré les difficultés économiques, nous avons rempli toutes nos obligations – ce sera un produit 100% russe », a-t-il insisté.

L’usine Volkswagen de Kalouga, d’une capacité de production de 225 000 voitures par an, emploie environ 5 000 personnes. En 2014, le constructeur allemand a vendu plus de 260 000 véhicules sur le marché russe, dont 185 000 produits en Russie, indique la compagnie.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *