La France, prête à payer 1,2 milliard d’euros pour les Mistral ?

La France ne se dit toujours pas prête à livrer les navires Mistral à la Russie, a déclaré le ministre français de la défense Jean-Yves Le Drian, lundi 6 juillet, dans le cadre d’une conférence donnée à l’institution de politique publique The German Marshall Fund, à Washington.

Mistral
La classe Mistral est un type de porte-hélicoptères amphibies d’assaut de la Marine nationale française faisant partie des bâtiments de projection et de commandement. Crédits : Wikimedia

« Les conditions ne sont toujours pas réunies pour que nous les livrions aujourd’hui », a affirmé Jean-Yves Le Drian, lors de la séance de questions-réponses, sans fournir davantage de précisions.

Dans ce cas, « les Mistral coûteraient à la France 1,2 milliard d’euros », a précisé le ministre. « Notre économie rencontre des difficultés mais il s’agit d’un choix stratégique. Nous n’avons pas hésité et avons pris le risque », a-t-il précisé.

Le ministre a néanmoins souligné qu’aucune décision finale n’avait été prise et ce, depuis la déclaration de François d’Hollande, en novembre 2014, lorsque ce dernier a officiellement bloqué la livraison des porte-hélicoptères.

Répondant à la question d’un journaliste américain quant aux chances de voir les Mistral amarrés aux États-Unis, Jean-Yves Le Drian a préféré jouer la carte humoristique. « S’ils proposent un bon prix pourquoi pas ! (…) Mais Ashton Carter [secrétaire américain à la défense] ne m’a rien dit de tel lors de notre rencontre », a lancé le ministre français.

Évalué à près d’1,2 milliard d’euros, le contrat de construction des deux navires de classe Mistral a été signé entre le constructeur français DCNS et la société publique russe Rosoboronexport en juin 2011. Le premier de ces vaisseaux, le Vladivostok, devait initialement être remis à Moscou à la mi-novembre 2014, mais se trouve toujours au port de Saint-Nazaire, tout comme le deuxième, le Sébastopol.

Kommersant, qui s’appuyait sur des sources au sein de la sphère de la coopération militaro-technique, affirmait mi-mai que la compagnie DCNS était prête à rembourser à Moscou 784,6 millions d’euros, à condition que le gouvernement russe et Rosoboronexport acceptent officiellement par écrit que les deux Mistral puissent être revendus par la France à « toute tierce partie intéressée sans restriction ».

5 commentaires

  1. La position de la France à travers JYLD est de plus en plus absurde. Pourquoi ne pas statuer une réponse claire envers notre partenaire la Russie sur ce contrat. On préfère laisser se dégrader une situation quitte à renvoyer une mauvaise image de la France en business ?? Quel courage de nos gouvernants..!
    Où est la France forte et leader qui affirmait ses choix et ses décisions quelqu’ils soient.
    Il faut vraiment que ça change et pour le mieux..

  2. Je suis honteux en tant que français de la décision de François Hollande de bloquer la livraison des Mistral à la Russie, simplement pour ne pas déplaire au gouvernement américain, la situation en Ukraine passant au second plan. Excusez nous Mr Poutine la France n’a plus de parole depuis bien longtemps. J’espère que la raison finira par l’emporter.

  3. Je suis triste et honteux pour ceux qui nous gouvernent. Retournaient aux oubliettes. La France est devenue une vassale des U.S.A . J’ai honte.

  4. La parole de la France ne vaut plus rien, honte à Hollande et sa bande de guignols… Vive la Grande Russie !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *