La banque des BRICS pourrait financer la ligne TGV Moscou-Kazan

Il y a un an, la Russie, le Brésil, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud décidaient de créer leur propre banque. Le 8 juillet 2015, à l’occasion de leur sommet à Oufa, les BRICS ont organisé la première réunion du conseil des gouverneurs de leur institution bancaire au cours de laquelle l’Indien Kundapur Vaman Kamath a été élu président de la banque. La Russie y était représentée par son ministre des finances Anton Silouanov.

BRICS 2015 Oufa
De gauche à droite, premier rang : Jacob Zuma, président de l’Afrique du Sud, Xi Jinping (Chine), Vladimir Poutine, Narendra Modi, Premier ministre de l’Inde, et la présidente du Brésil Dilma Rousseff. Crédits : Brics2015

La banque, dont le capital s’élève à 50 milliards de dollars, pourra octroyer ses premiers crédits à partir d’avril 2016. Ces derniers seront avant tout alloués à de grands projets d’infrastructures sélectionnés par les banques de développement de chacun des pays membres (Vnesheconombank dans le cas de la Russie). La banque des BRICS pourrait ainsi participer au financement de la construction de la ligne à grande vitesse Moscou-Kazan, selon Anton Silouanov. « Nous sommes en train d’étudier cette question », a précisé le ministre avant d’ajouter que la Russie proposera également ce projet à la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures.

Par ailleurs, la Russie invitera la Chine à supprimer les limitations visant l’activité des banques chinoises sur le marché russe des obligations, toujours selon les dires de M. Silouanov. Aujourd’hui, le travail de celles-ci est rigoureusement réglementé par le gouvernement chinois. Dans les circulaires des banques, la Russie est décrite comme un pays à risques pour les investissements, d’après Vladimir Neveïkine, сhercheur à l’Institut d’études orientales.

La Russie a accueilli à Oufa, capitale de la république de Bachkirie, du 8 au 10 juillet, le VIIe sommet des BRICS et le sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS : Chine, Kazakhstan, Kirghizstan, Tadjikistan, Ouzbékistan et Russie).

Moscou et Pékin ont signé le 9 mai 2015 un accord d’intention sur la construction d’une ligne de chemin de fer à grande vitesse entre Moscou et Kazan. La Chine est prête à investir 300 milliards de roubles dans ce projet.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *