L’UE prolonge les sanctions économiques contre la Russie

Les ministres des affaires étrangères de l’Union européenne ont prolongé lundi 22 juin jusqu’au 31 janvier 2016 les sanctions économiques décrétées contre la Russie.

Les 28 chefs d'État de l'UE ont trouvé un accord pour introduire des sanctions économiques contre la Russie. Crédits: Andreï Polounin
Les 28 ministres des affaires étrangères de l’Union européenne ont prolongé jusqu’au 31 janvier 2016 les sanctions économiques décrétées contre la Russie. Crédits : Andreï Polounin

« L’Union européenne a prolongé les sanctions afin que la Russie remplisse ses obligations découlant de l’accord de Minsk », a notamment déclaré Maja Kocijančič, une porte-parole du service diplomatique de l’UE.

Ces sanctions, qui touchent de nombreux secteurs de l’économie russe, comme les banques, la défense et l’extraction de pétrole, arrivaient à expiration à la fin du mois de juillet. Elles avaient été décrétées le 29 juillet 2014 par les pays européens contre la Russie, accusée de soutenir les combattants dans l’est de l’Ukraine, après une réunion d’urgence convoquée à Bruxelles en réaction au crash du Boeing de la Malaysia Airlines qui avait coûté la vie à 298 personnes.

Le ministère des affaires étrangères russe s’est immédiatement dit « profondément déçu qu’une fois de plus, l’opinion du lobby russophobe l’ait emporté en Union européenne, entraînant la prolongation de ces restrictions illégales » dans un communiqué officiel. Le ministère a par ailleurs jugé la décision européenne de prolonger les sanctions « particulièrement cynique», celle-ci survenant le jour anniversaire de l’invasion nazie de l’URSS, le 22 juin 1941, et espère qu’il s’agit ici d’une « pure coïncidence ».

Déplorant le vote des ministres européens, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a quant à lui affirmé que la Russie répondrait à ces sanctions « non fondées » selon un principe de réciprocité. Rappelons que Vladimir Poutine avait décrété le 6 août 2014 un embargo d’un an sur les produits alimentaires venant de l’Union européenne, de Norvège, de l’Australie, du Canada et des États-Unis en réponse aux sanctions économiques visant la Russie.

Le vote des chefs de la diplomatie européens intervient quelques jours après la décision de prolongation jusqu’au 23 juin 2016 des sanctions économiques contre la Crimée. Ces mesures proscrivent l’exportation vers l’UE de produits fabriqués en Crimée ou à Sébastopol et interdisent aux entreprises européennes, ou celles établies dans l’UE, d’investir dans la presqu’île. Le Conseil de l’UE proscrit également les exportations européennes de technologies et de biens dans les secteurs des transports, des télécommunications, de l’énergie, ainsi que la prospection, l’exploration et la production pétrolière, gazière et minière.

5 commentaires

  1. J’étais un Européen convaincu, je deviens un anti-européen dans le mesure ou l’Europe prend ses directives en fonction des désidératas américains.
    Espérons que les russes ne vont pas augmenter leurs embargos sur notre agro-alimentaires.
    Nos produits en Russie seront remplacés par d’autres et nos parts de marché diminuent alors que les américains signent de leurs cotés de nouveaux contrats et qu’il préemptent des terrains en Ukraine pour Monsanto.
    Pour eux tout va bien, il livrent des armes, vendent de la formation militaire et créent des dettes
    La Russie se tourne pas obligation vers le Chine, l’Inde et l’Asie en général.
    Les russes vont produire leur viande, achèteront leurs fruits en Israel, Liban, Afrique du Sud etc.
    Les italiens et autres « Combinazione » de l’Europe détourneront les embargos russes par des circuits parallèles avec la complicité de leurs douanes et le tour est joué
    Nous Français serons comme d’habitude les dindons de la farce, on prêtera de l’argent aux tunisiens et aux indiens afin qu’ils nous achètent des Rafales bradés et nous coulerons nos « Mistrals » invendables ailleurs.
    Savez vous que les vins russes sont actuellement élaborés avec des mouts Chiliens, Espagnols ou italiens et rebaptisés « production locale »
    Quelle tristesse, je suis dégouté par le manque de courage et de discernement de nos politique.
    Lisez l’article sur « Sputnik » de l’ancien ambassadeur de France en Russie. Trop rare et absent des médias français.

  2. Les titres de cet article sont contradictoires. L’un dit que l’UEO prolonge les sanctions jusqu’au 23 juin 2016, l’autre qu’elle les prolonge jusqu’au 31 décembre 2015.
    Sauf erreur, c’est la seconde version qui est exacte.

  3. Bien parti pour continuer à saper l’économie européenne…..Merci les U.S.! en plus cela favorise la production locale en Russie…Merci Bruxelles à la solde des U.S. La lavette que la France a comme président est à l’image des autres

  4. Nous voilà au 21 ème siècle.
    Des Chefs d’états qui, au lieu de faire appel au Droit International, se permettent de l’ignorer au point
    de se considérer les Gendarmes du Monde, du >Monde , du Monde qui se refuse de se plier aux maniaqueries
    de Leaders Internationaux Provisoires , qui imposent leur propes Lois à d’autres chefs d’états frileux, en manques d’idées
    et suivent dociles, comme les chiens, chiens à la mémère?
    Tout cela me fait penser aux Gangsters de Chicago qui dans la fin des années 1930 imposaient impunément
    leurs propres Lois aux Peuples.
    Jusqu’à ce qu’un incorruptible les placent légalement au trou, jusqu’à perpétuité et ce, pour le bonheur des Peuples !

    SOUVOROV

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *