La Russie va louer à la Chine 150 000 hectares de terres agricoles en Sibérie orientale

Konstantin Ilkovski, gouverneur de la région russe de Transbaïkalie, a confirmé que des négociations sont en cours avec l’entreprise chinoise Zoje Resources Investment sur un projet agro-industriel conjoint dans le cadre duquel la région louera 150 000 hectares de terres à des investisseurs chinois.

Transbaïkalie Chinois chine
Crédits : depositphotos

La Chine compte investir deux milliards de yuan (environ 286 millions d’euros) dans ce projet, pour lequel un mémorandum d’entente a déjà été signé. Selon M. Ilkovski, la Transbaïkalie fournira les terres, et la Chine – le financement, mais le terrain n’a pas encore été délimité. « Nous apportons la terre, ils apportent l’argent. Nous contrôlerons avec une extrême rigueur les technologies agricoles utilisées », a déclaré le gouverneur, avant de préciser que le contrat d’investissement pourrait être signé début 2016.

Près d’un millier d’habitants de Russie et de Chine pourraient participer à ce projet, qui a par ailleurs été approuvé par la Douma d’État. Nikolaï Pankov, président du comité de la Douma pour les questions agraires, insiste toutefois sur la nécessité d’un contrôle strict de l’État. « Il ne doit y avoir aucune exonération d’impôts, et un programme doit être mis en place pour attirer les entrepreneurs et créer de l’emploi », souligne M. Pankov.

D’après lui, aujourd’hui, plus de 40 % des terres agricoles russes ne sont pas exploitées. « Le fait qu’un autre État loue un terrain aussi spacieux dans des régions où les terres ne sont pas cultivées n’a, je pense, rien de terrible », estime le député.

Nikolaï Pankov précise également que les agriculteurs chinois devront respecter les mêmes règles que les agriculteurs russes. « Le plus important, c’est que la Russie reste un État avec une agriculture sans OGM », conclut le député.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *