Les musulmans de Russie se dotent d’une « doctrine sociale »

Les principales organisations musulmanes de Russie se sont entendues, fin mai, sur l’entrée en vigueur d’une « doctrine sociale des musulmans russes », qui détermine les rapports entre les fidèles et l’État, afin notamment de contrer la radicalisation de la jeunesse et les départs pour l’État islamique (EI).

musulmans russie doctrine
Lors de la fête de l’Aïd al-Adha à Moscou. Crédits : Sergey Mukhamedov

Le document s’intéresse à pratiquement tous les aspects de la société : de l’écologie au sport, en passant par la relation au jihad et au gouvernement. Ses auteurs appuient leurs positions sur des extraits du Coran et des citations de célèbres savants islamiques. On y apprend par exemple qu’un musulman doit pratiquer le sport et respecter l’environnement, et qu’il doit être un patriote de la Fédération de Russie. « L’amour pour sa patrie est non seulement admissible, mais obligatoire du point de vue de l’islam », indique la doctrine, sur laquelle ont travaillé le Conseil des muftis, le Conseil spirituel des musulmans de Russie, des théologiens islamiques mais aussi des chercheurs de l’Académie de l’économie nationale et de la fonction publique auprès du président russe.

Le texte s’attarde sur la relation entre les musulmans et l’État, indiquant notamment qu’il « vaut mieux supporter un mauvais régime que d’en voir s’installer un de pire ». Il est précisé qu’un musulman est en droit d’exprimer son opposition, mais seulement dans le cadre des lois en vigueur. Quant au jihad militaire, impliquant la participation à des conflits armés, le document souligne qu’un musulman ne peut y prendre part qu’à la condition que l’ordre lui en ait été donné par « le dirigeant légitime », en l’occurrence, le président russe.

Cet ensemble de recommandations, rédigées dans une langue simple, constituera un vecteur de développement pour la communauté musulmane, assure Rouchan Abbiasov, premier adjoint au directeur du Conseil des muftis de Russie. « L’Église orthodoxe russe a sa doctrine sociale, et nous avons décidé de suivre cet exemple pour l’intégration des musulmans dans la société russe », a-t-il expliqué au quotidien Kommersant. Le représentant religieux est en outre convaincu que cette feuille de route contribuera à réduire le nombre de jeunes radicaux, qui sont de plus en plus nombreux à rejoindre le maquis ou à rallier la cause de l’État islamique. Selon les informations des services secrets russes (FSB), environ 1 700 ressortissants russes se battaient en effet dans les rangs de l’EI en février dernier.

L’initiative est cependant accueillie avec moins d’enthousiasme par l’association Pour les droits des musulmans, une des principales organisations citoyennes musulmanes de Russie. Selon son président, Ali Tcharinski, le meilleur moyen d’éviter la radicalisation de la communauté est simplement de respecter ses droits. « Il est très difficile d’empêcher des croyants de passer à l’acte lorsque des mosquées sont profanées, que des penseurs islamiques sont mis en prison et que des musulmans sont menacés de mort sous prétexte de lutte contre le terrorisme », dénonce ce dernier.

Également peu convaincu, le chercheur orientaliste Roman Silantiev rappelle pour sa part qu’un premier projet de doctrine, adopté en 2001 par le Conseil des muftis, n’avait donné aucun résultat significatif. « Le document avait même été présenté à Vladimir Poutine. Mais comme on peut le voir, la situation ne s’est pas réellement améliorée », regrette l’islamologue.

La Russie compte environ 20 millions de musulmans, sur une population de près de 145 millions de personnes. L’islam est ainsi la deuxième religion du pays après le christianisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *