Gazprom annonce un accord pour doubler la capacité du gazoduc Nord Stream vers l’Europe

Jeudi 18 juin, le géant gazier russe Gazprom a signé dans le cadre du forum économique de Saint-Pétersbourg une lettre d’intention avec ses principaux partenaires européens Shell, E.ON et OMV en vue de doubler la capacité de transport de l’actuel gazoduc Nord Stream vers l’Allemagne.

The onshore and offshore parts of Nord Stream have been connected with a final weld on 19 August 2011.
Le gazoduc Nord Stream relie la Russie à l’Europe, en passant par la mer Baltique. Crédits: nord-stream.com

« Compte tenu de la diminution de l’extraction dans les pays d’Europe et de l’augmentation de la demande en gaz, les parties [les entreprises signataires, ndlr] relèvent la nécessité de créer une nouvelle infrastructure pour un ravitaillement fiable en combustible écologiquement propre pour les consommateurs européens », peut-on lire dans le communiqué officiel de Gazprom, publié jeudi 18 juin.

La lettre d’intention porte sur la construction de deux nouvelles branches du gazoduc d’une capacité totale de 55 milliards de mètres cubes par an, qui s’ajouteront aux deux branches déjà existantes et d’une même capacité en termes de volume.

L’itinéraire restera le même : il débute à Vyborg, dans la région de Saint-Pétersbourg, traverse la mer Baltique, avant de rejoindre Greifswald, au nord de l’Allemagne.

Le nouveau pipeline suivra le même itinéraire nordique, qui débute à la station de compression Portovaïa dans la région de Saint-Pétersbourg, traverse la mer Baltique, avant de rejoindre Greifswald, au nord de l'Allemagne. Crédits: wikimedia.org
Le nouveau pipeline suivra le même itinéraire nordique, qui débute à la station de compression Portovaïa dans la région de Saint-Pétersbourg, traverse la mer Baltique, avant de rejoindre Greifswald, au nord de
l’Allemagne. Crédits: wikimedia.org

Toujours dans le cadre du forum économique, la Russie a également signé le 19 juin avec la Grèce un accord pour le prolongement du gazoduc Turkish Stream sur le territoire grec, a rapporté Interfax. Le mémorandum, paraphé par le ministre russe de l’énergie Aleksandr Novak et son homologue grec Panayótis Lafazánis, prévoit la création d’une co-entreprise, détenue à parts égales par les parties grecques et russes, qui sera chargée de la construction du gazoduc entre 2016 et 2019.

Pour rappel, le Turkish Stream est un projet de gazoduc alternatif contournant l’Ukraine, avec qui Gazprom est liée contractuellement jusqu’en 2019, par la Turquie et visant à remplacer le South Stream suspendu fin 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *