Donetsk et Lougansk se disent prêtes à rester en Ukraine

Lundi 8 juin, les autorités des républiques populaires autoproclamées de Donetsk (DNR) et de Lougansk (LNR) ont remis au groupe de contact de Minsk de nouvelles propositions d’amendements à la Constitution ukrainienne qui incluent notamment l’assimilation des DNR et LNR au sein de l’Ukraine.

Alexandre Zakhartchenko lors d'une cérémonie en hommage aux soldats de Donetsk qui ont péri durant la Seconde Guerre mondiale, le 8 septembre, à Donetsk. Crédits: Marko Djurica, Reuters
Alexandre Zakhartchenko, leader de la république de Donetsk. Crédits: Marko Djurica, Reuters

Le document stipule qu’un certain nombre d’agglomérations et de localités des régions de Donetsk et Lougansk, qui se trouvent sur le territoire des deux républiques populaires, forment certes « des « zones distinctes avec un statut particulier » mais font « partie intégrante de l’Ukraine ».

Le projet d’amendement propose en outre de fixer au niveau législatif le maintien d’Alexandre Zakhartchenko et d’Igor Plotnitski aux postes de dirigeants de la DNR et de la LNR. Le document précise que les républiques décideront elles-mêmes des règles de cessation de pouvoir des hauts dirigeants mentionnés.

Le document, rédigé par les autorités des deux républiques, a d’abord été soumis aux représentants des organisations sociales des DNR et LNR avant d’être remis au coordinateur du groupe de travail pour les questions politiques de l’OSCE Pierre Morel, rapporte Kommersant citant une déclaration commune des représentants plénipotentiaires des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, Denis Pouchiline et Vladislav Deïnego.

Ce dernier a cependant tenu à rappeler que la volonté des républiques de trouver un arrangement avec les autorités de Kiev date de la première rencontre à Minsk en septembre 2014. « A ce moment-là, malgré les victoires remportées par les insurgés, nous étions prêts à faire un énorme compromis et à rester en Ukraine en tant qu’entités indépendantes afin de mettre fin à l’effusion de sang », a-t-il déclaré au Centre d’information de Lougansk, mardi 9 juin.

Les propositions seront examinées à la prochaine réunion du groupe de travail pour les questions politiques, ainsi que, probablement, à la prochaine réunion du groupe dit « de Normandie » [France, Allemagne, Ukraine et Russie] qui devrait se tenir à Paris le 10 juin. Kiev n’a, par ailleurs, pas encore réagi aux propositions des deux républiques.

Rappelons que le 12 février dernier, les dirigeants français, allemand, ukrainien et russe ont signé les accords de Minsk-2 qui prévoyaient notamment un cessez-le-feu complet et le retrait des armes de la ligne de front. Malgré cela, la ville de Donetsk a de nouveau été secouée par les collisions armées entre les insurgés et les forces régulières avec l’utilisation d’armes lourdes interdites, mercredi 3 juin.

1 commentaire

  1. Vous le separatiste pro russe, ne songez plus, cest fini urss. ukraine c’est pour l’ukraine. vous pleurez maintenant parce la russie ne donne pas à manger mais donne la mort. pensez bien les imbeciles rebelles de merde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *