Washington demande à Athènes de ne pas s’opposer aux sanctions contre la Russie

La sous-secrétaire américaine à la politique de défense Christine Wormuth a demandé à la Grèce de ne pas mettre son veto à la prolongation des sanctions à l’encontre de la Russie, a rapporté le ministre de la défense grec Panos Kammenos en déplacement mercredi 21 mai aux États-Unis.

Ambassade de la Grèce à Washington. Crédits : wikimedia.org
Ambassade de Grèce à Washington. Crédits : wikimedia.org

« J’ai expliqué que pour nous, la Russie est un pays allié et ami, avec lequel nous sommes unis par le lien indissoluble de la religion et des relations économiques », a répondu Panos Kammenos à la sous-secrétaire américaine à la politique de défense Christine Wormuth qui souhaitait que la Grèce ne s’oppose pas aux sanctions prises en représailles au rattachement de la Crimée à la Russie.

Les pertes subies par la Grèce à la suite des sanctions s’élèvent à quatre milliards d’euros, a par ailleurs souligné le ministre grec de la défense qui a signalé à Christine Wormuth que « l’Union européenne ne rembourse pas les pertes subies par les agriculteurs grecs ».

Plus tôt, le vice-ministre de la défense grec Kostas Sirixos avait déclaré que la Grèce protégerait les intérêts de son peuple. « Avant les élections, nous avions dit que les sanctions n’étaient pas un moyen de résoudre les problèmes. Et nous n’avons pas changé d’avis », a-t-il insisté dans une interview à Kommersant lors de sa visite à Moscou début mai. Rappelons cependant que malgré une telle rhétorique, la Grèce n’a jusqu’à présent jamais fait valoir son droit de veto au moment du vote sur l’élargissement des sanctions.

Parallèlement aux discussions gréco-américaines à Washington, le président de la Douma Sergueï Narychkine a déploré l’implication du Japon dans les sanctions anti-russes lors de sa visite officielle à Tokyo.  « Le gouvernement japonais a décidé de se ranger du côté des forces politiques infâmes et de prendre ces mesures unilatérales et illégitimes », a-t-il rappelé, s’adressant aux journalistes. « Plus cette situation dure, plus les relations russo-japonaises s’en trouvent affectées », a-t-il ajouté.

Les sanctions économiques prises à l’encontre de la Russie ont été adoptées le 31 juillet 2014 et arriveront à échéance un an après, soit le 31 juillet 2015. Les membres de l’UE sont aujourd’hui divisés sur la stratégie à adopter face à Moscou. Si certains pays – comme la Grande-Bretagne et la Pologne – veulent un renouvellement anticipé des mesures restrictives, d’autres – comme l’Espagne, l’Italie, la Grèce ou Chypre dont les économies sont fortement touchées par les sanctions – remettent en question l’efficacité des sanctions occidentales et leur capacité à faire pression sur la Russie.

5 commentaires

  1. Espérons qu’Athènes aura le courage d’envoyer paitre les USA pour rester poli, qui font la guerre avec les sanctions économiques qui affectent l’Europe. On voit là le vrai visage de l’impérialisme et du fachisme économique américain. Ils deviennent de plus en plus la plaie du monde occidental avec leur banditisme économique. Mais quand on crache ne l’air….

  2. Washington c’est eux les fourbes, Bonn sang peuples européens ouvrez les yeux c’est eux qui fomentent absolument tout et ce dans leur propre intérêt….

  3. Quand se décidera t-on à inviter le gouvernement US à s’occuper de ses fesses et de rien d’autre?
    Ils ont pourtant du pain sur la planche:
    – rembourser leur dette
    – s’occuper de leurs citoyens spoliés qui vivent en dessous du seuil de pauvreté
    – remettre en état leur réseau d’infrastructures qui part en quenouille

    A force de vouloir régenter le reste du monde, je ne voudrai pas être à leur place , lorsque la communauté internationale, la vraie pour le coup ; se décidera à leur botter les fesses.

  4. Ainsi donc, notre Grand Direceur de Conscience a adresse une bulle aux apostats d’Athenes. Suivant sa politique de conversion habituelle, ses milices armees sont donc déjà pretes a mettre au pas ces esprits egares et a allumer les buchers pour les recalcitrants !

  5. Surtout que s’ils avaient un minimum de consciences, ils sanctionneraient Kiev et pas Moscou.
    Qui assassine des vieux, des femmes et des enfants?
    Ces assassins nazis [pro européens???] formés par des instructeurs US, encadrés des mercenaires payés par des oligarques véreux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *