La Russie est le sixième plus grand investisseur du monde

En 2014, le montant total des investissements directs étrangers (IDE) en provenance de Russie s’est élevé à 56 milliards de dollars, d’après le rapport annuel de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED).

En 2013, le rachat de TNK-BP par Rosneft, pour 55 milliards de dollars, avait permis à la Russie d'atteindre la 4ème place du classement. Crédits: rosneft.com
En 2013, le rachat de TNK-BP par Rosneft, pour 55 milliards de dollars, avait permis à la Russie d’atteindre la 4ème place du classement. Crédits: rosneft.com

Avec des IDE comparables à ceux de la France et du Canada, la Russie se classe après les États-Unis (337 milliards de dollars), Hong Kong (150 milliards), la Chine (116 milliards), le Japon (114 milliards) et l’Allemagne (112 milliards).

Si l’on considère les continents et sous-continents, l’Asie est pour la première fois devenue le principal investisseur mondial avec 440 milliards d’IDE, dépassant l’Amérique du Nord (390 milliards de dollars) et l’Europe (286 milliards de dollars).

Rappelons qu’en 2013, la Russie occupait la quatrième position de ce classement, avec 95 milliards de dollars d’IDE. L’importance de ce montant s’expliquait avant tout par le rachat de TNK-BP par Rosneft, pour 55 milliards de dollars. Si l’on ne tient pas compte de cette transaction, les IDE en provenance de Russie restent relativement stables, oscillant entre 40 et 50 milliards de dollars chaque année.

L’afflux de capitaux en Russie s’est quant à lui réduit de moitié, s’élevant en 2014 à 21 milliards de dollars. Le pays ne fait par conséquent plus partie du top 10 des marchés les plus attractifs.

Près d’un tiers des investissements russes sont réalisés vers des paradis fiscaux (Chypre en premier lieu), et il est donc difficile d’en dégager la destination finale.

Notons que la Russie est le seul pays des BRICS à faire partie du top 20 des pays investisseurs. Le Brésil, par exemple, affiche pour la quatrième année consécutive un indice d’IDE négatif et a attiré 60 milliards de dollars d’investissements.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *