Paris serait prêt à rompre le contrat des Mistral avec la Russie

La France aurait soumis à la Russie une proposition de rupture du contrat sur la livraison des navires Mistral, a rapporté le quotidien russe Kommersant, vendredi 15 mai. Moscou aurait de son côté refusé.

Mistral Vladivostok
Des ouvriers passent devant Vladivostok, l’un des deux navires de classe Mistral qui doivent être livrés à la Russie. Crédits : TASS/AP Photo/David Vincent

Selon Kommersant, qui cite des sources au sein de la sphère de la coopération militaro-technique, la partie française, la compagnie DCNS, se dirait prête à rembourser à Moscou quelque 784,6 millions d’euros, à condition que le gouvernement russe et Rosoboronexport acceptent officiellement par écrit que les deux Mistral puissent être revendus par la France à « toute tierce partie intéressée sans restriction ».

Une proposition refusée par le ministère de la défense russe, qui estimerait pour sa part à 1,163 milliard d’euros le montant des préjudices causés par le retard de la livraison des navires aux organisations russes impliquées autour de leur construction.

« La France envisage de rendre le montant stipulé dans les actes de prise en charge du travail, alors que la Russie compte exiger, outre les 892,9 millions d’euros d’avance, les montants dépensés dans la formation des 400 marins russes, la construction des infrastructures qui devaient accueillir les porte-hélicoptères à Vladivostok et le travail achevé sur la conception d’hélicoptères adaptés Ka-52K », ont expliqué les sources du quotidien.

Concernant la revente des Mistral, la Russie n’aurait pour l’instant pas l’intention de donner son aval avant que l’argent ne soit rendu. « Le ministère de la défense français a déjà transmis au ministère de la défense russe les certificats d’utilisation finale des arcasses des navires, qui ont été spécialement construites pour DCNS par le Chantier naval de la Baltique [Saint-Pétersbourg]. Ce qui veut dire que sans l’accord de la partie russe, le réexport est impossible », soulignent les sources.

Le directeur adjoint du Service fédéral russe chargé de la coopération militaro-technique, Anatoli Pountchouk, a réagi à cette annonce, affirmant que des discussions entre la France et la Russie avaient lieu et que leurs résultats seraient connus avant fin mai. « Nous avons le sentiment que la partie française est favorable à une résolution mutuellement acceptable de cette situation », a t-il déclaré, cité par RIA Novosti.

DCNS et Rosoboronexport se refusent, eux, à tout commentaire.

Le président français François Hollande avait déjà admis en avril 2015 que la France pourrait être amenée à « rembourser » les sommes déjà versées par la Russie pour l’acquisition des deux navires Mistral. Le président russe Vladimir Poutine avait de son côté clairement expliqué que Moscou s’attendait à ce que les sommes engagées soient retournées, se disant satisfait par les deux solutions : l’argent ou les Mistral.

Évalué à près d’1,2 milliard d’euros, le contrat de construction des deux navires de type Mistral a été signé entre le constructeur français DCNS et la société publique russe Rosoboronexport en juin 2011. Le premier de ces vaisseaux, le Vladivostok, devait être initialement remis à Moscou à la mi-novembre 2014, mais il est toujours au port de Saint-Nazaire, tout comme le deuxième navire, le Sébastopol, en raison de l’implication présumée de Moscou dans le conflit ukrainien.

Ces navires de guerre polyvalents peuvent transporter des hélicoptères, des chars ou des chalands de débarquement et accueillir un état-major embarqué ou un hôpital.

6 commentaires

  1. J’avais expliqué ce scénario dans un commentaire précèdent, il était évident que la France cherche un repreneur afin de ne pas livrer les bateaux, maintenant il faut trouver un arrangement indemniser la Russie au minimum et peut être gagner sur la revente, bien sur une petite tape dans le dos de Madame Merkel et Obama pour Monsieur Hollande, pardon de l’Europe .
    Bon quand on casse un contrat la moindre des choses est d’indemniser l’acheteur.

  2. Les russes ont payé rubis sur l’ongle , avec la parole de l’état Français . ce qui engage notre pays à satisfaire cette vente . maintenant l’état socialiste ( et non pas la France comme se mette tous les médias à utiliser le mot France ) . Il s’agit d’un président ( si on l’appeler comme ça vu la côte de popularité qu’il a chez nous ) . C’est inamissible et celui ci met en doute la parole de notre pays . Vivement que ce type dégage et vite . Les français en ont vraiment raz-le bol de toute cette clique socialiste ( toutou chien des américains ) qui gouverne notre pays .

  3. L’attitude de Son Excellence, Monsieur Le Président de tous les français de France et de l’étranger, son Altesse napoléonienne, François Hollande, est des plus DEBILE. Ce grand méchant Mossieur mène La France en confondant ses casseroles et ses histoires de culs ; c’est pour dire combien ce Messieur est sérieux en tant que Président de La République.
    C’est un homme inconséquent qui n’est efficace que pour faire des coups vaches mais qui s’en fout de la destinée du pays auquel il a soumissionné la Présidence auprès du peuple français.
    Pour lui, cela ne choque pas que ce sont les contribuables français qui vont encore payer et tous les FRANCAIS devront réfléchir et se manifester contre l’ABUS que fait cet homme qui se préoccupe plus des PALMARES Yankees, soudoyé par ANGELA MERKEL que du bien-être du peuple français

  4. C’est un abus de confiance,de pouvoir et de trahison d’un allié important stratégiquement, économiquement et militairement.
    Dommage.
    Espérons que aucune catastrophe ne viennent nous perturber à l’horizon .Moscou était plus sincères et proche de nous que les VA EN GUERRE USA.
    La politique c’est de la m****, que des intérêts égoïstes de pouvoir au détriment des peuples souverains.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *