Mort de Christophe de Margerie : « C’est la communauté d’affaires franco-russe toute entière qui est en deuil »

Voici le communiqué publié par la Chambre de Commerce et d’Industrie France Russie suite à la tragique disparition dans la nuit du 20 octobre de Christophe de Margerie, PDG de Total et co-président du Conseil économique de la CCI France Russie, et qui exprime ici l’émoi de la communauté d’affaires franco-russe.

Mort de Christophe de Margerie : « C’est la communauté d’affaires franco-russe toute entière qui est en deuil »

C’était le 24 avril 2014, au plus fort de la crise ukrainienne : les premières sanctions occidentales venaient de tomber et l’atmosphère était particulièrement lourde. Nous étions à Paris, à l’Assemblée nationale, pour y présenter la deuxième édition du Rapport annuel sur la Russie de l’Observatoire franco-russe : le projet majeur suscité par le Conseil économique de la CCI France Russie et ses co-présidents Guennadi Timtchenko et Christophe de Margerie. Le premier n’avait alors pu faire le déplacement, le second avait donc toutes les raisons de se faire excuser.

Christophe de Margerie est venu. Il a parlé, avec son énergie et son sens de l’humour proverbiaux, de son amitié avec ses partenaires de NOVATEK, Guennadi Timtchenko et Leonid Mikhelson. De l’amitié qui lie, au-delà des contingences politiques, les Français aux Russes. De l’ineptie de toute politique de sanctions, des vertus fondatrices du dialogue, de l’absolue nécessité de faire la navette, encore et encore, entre les points les plus éloignés du globe, de travailler à l’entente et au rapprochement alors que tout inciterait à la prudence et l’attentisme.

La salle l’a, longuement, applaudi debout.

Le 5 juin 2014, nous étions avec lui au Forum « Liberté & Solidarité » organisé par l’AmCham à Caen, dans le cadre des célébrations du 70ème anniversaire du Débarquement en Normandie. Une nouvelle salve de sanctions, américaines et européennes, avait frappé la Russie. Entouré d’hommes d’affaires anglo-saxons et de représentants officiels particulièrement véhéments, Christophe de Margerie avait été le seul à appeler à la raison, à la concertation, en un mot à la diplomatie. « On ne résoudra pas la crise ukrainienne sans les Russes » : là encore, sa passion du bon sens avait remporté l’adhésion.

En dépit des appels au boycott, il était venu à Moscou comme les années précédentes pour assister à la session annuelle du Conseil consultatif des investissements étrangers (FIAC), et s’y exprimer devant le Premier Ministre Dmitri Medvedev.

Il avait avec les Russes tant de qualités en commun : la fidélité en amitié, le sens de l’humour, l’appétit de vivre.

C’est la communauté d’affaires franco-russe toute entière qui est en deuil. Elle lui doit beaucoup.

En son nom, nous adressons nos sincères condoléances à sa famille, ses proches, tous les collaborateurs du groupe TOTAL. Nous continuerons d’œuvrer à la défense de la cause franco-russe, pour laquelle il a tant fait.

Emmanuel Quidet

Pavel Chinsky

Président Directeur général

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *