Sanctions : Poutine interdit l’importation de produits agroalimentaires

Vladimir Poutine a signé mercredi 6 août un décret interdisant pendant un an des produits agricoles, matières premières et denrées alimentaires en provenance des pays ayant introduit des sanctions à l’encontre la Russie, rapporte le service de presse du Kremlin.

Crédits: cagnes-tourisme.com
Crédits: cagnes-tourisme.com

« Pendant une année à compter du jour de l’entrée en vigueur du présent décret, sont interdites ou limitées les opérations économiques extérieures prévoyant l’importation sur le territoire de la Fédération de Russie de certains produits agricoles, matières premières et denrées alimentaires, dont le pays d’origine a introduit des sanctions économiques contre des entités et individus russes ou a adhéré à de telles sanctions » lit-on dans le communiqué du mercredi 6 août.

Le président russe a chargé le gouvernement de préparer la liste des produits touchés par cette interdiction. Dans le même temps, le Conseil des ministres va envisager des mesures pour prévenir une augmentation des prix des produits agricoles et alimentaires dans le pays et assurer l’équilibre sur le marché des produits de base.

Le Vice-ministre du développement économique Alekseï Likhatchev a indiqué mercredi 6 août à l’agence Interfax que la liste était prête et devait encore être approuvée par le gouvernement. Selon la porte-parole du Premier ministre Dmitri Medvedev, elle devrait être publiée ce jeudi 7 août et est susceptible d’être modifiée.

Mardi 5 août, le président avait déjà demandé au gouvernement d’élaborer un ensemble de mesures économiques pour répondre aux sanctions imposées par l’Occident à la Russie.

Ces derniers mois, l’agence vétérinaire russe Rosselkhoznadzor et le Service fédéral russe de contrôle pour les droits des consommateurs Rospotrebnadzor avaient déjà interdit l’importation de plusieurs produits en provenance de l’UE. En particulier, les importations de jus, légumes, conserves de poissons, pommes de terres, produits d’origine animale et des produits laitiers en provenance d’Ukraine ont été interdites pour des raisons sanitaires.

Depuis le 1er août, la Russie a annoncé interdire l’importation de certains types de fruits et légumes polonais en raison de « violations répétées » dans la certification et procédures de quarantaine. Une restriction temporaire depuis le 7 août touche également les bovins, moutons et chèvres en provenance d’Italie, Bulgarie et certaines régions de Grèce en raison de la propagation d’un maladie infectieuse du bétail.

Ces mesures interviennent alors que les États-Unis et l’UE sanctionnent depuis mi-mars la Russie en représailles au rattachement de la Crimée à la Russie et de la situation dans le Sud-Est de l’Ukraine. Cependant l’adjoint du chef de l’agence sanitaire russe Rosselkhoznadzor, Alekseï Alexeïenko a
déclaré mercredi 6 août que l’interdiction de l’importation de certains produits en provenance de l’UE n’était pas une réponse aux sanctions mais « une mesure technique ».

La Russie est importatrice nette de produits agroalimentaires – en particulier des pommes, bananes, tomates, pommes de terre, de la viande et du poisson. Le montant de ses importations dans ce domaine représentait, au total, 12,6 milliards d’euros de janvier à mai 2014, et des exportations d’une valeur de 5,3 milliards de dollars.

4 commentaires

  1. c’est normal. il faut que la Russie montre qu’elle peut aussi prendre des sanctions contre les sanctions des Européens et Américains. c’est cela un grand pays non soumis aux influences des Américains.

  2. L’agroalimentaire représente 8 % des exportations Françaises en Russie, loin derrière l »Allemagne et l’Italie, Cela représenterait, calculs (faits à partir des chiffres 2013 de l’UN Comtrade), environ 330 millions de dollars (250 millions d’euros) de manque à gagner direct pour les exportations françaises. Soit à peine 1,5 % du volume total des exportations françaises dans le monde sur ces produits.
    Par ailleurs l’UE a déjà mis en place un programme de compensation financière pour les secteurs visés.
    Je suis pour ma part bien plus inquiet pour les Russes qui vont retrouver les files d’attentes interminables du passé…

  3. Pour les files d’attente , je pense qu’ en europe aussi on y aura droit a force de se croire toujours superieur!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *