Poutine en Crimée: « La Russie ne doit pas se couper du reste du monde »

A l’occasion d’une rencontre avec les groupes parlementaires de la Douma jeudi 14 août à Yalta dans la péninsule de Crimée, Vladimir Poutine a souligné que la Russie n’entendait pas s’isoler du reste du monde mais ne se laisserait pas traiter avec mépris.

crimée
Vladimir Poutine rencontrait les groupes parlementaires de la Douma jeudi 14 août à Yalta dans la péninsule de Crimée. Crédits: kremlin.ru

En visite en Crimée, la président russe a réaffirmé le statut de la péninsule qui « appartient définitivement à la Russie ». « La décision sur la réunification de la Crimée et de la Russie étant adoptée, Moscou n’a pas l’intention de l’annuler » a annoncé jeudi 14 août Vladimir Poutine devant les députés de la chambre basse du Parlement russe. « Cela reviendrait à renoncer à soi-même. C’est impossible. La décision est prise » a déclaré le chef de l’Etat russe.

Vladimir Poutine a également rejeté les accusations selon lesquelles la Russie aurait annexé la Crimée: « Aucune annexion de la Crimée n’a eu lieu. Il s’agit de la volonté du peuple. Toutes les accusations sont dépourvues de fondement » a affirmé le président russe qui a insisté sur « le rôle unificateur » que la Crimée peut jouer pour la Russie.

Concernant la politique extérieure, M. Poutine a réaffirmé la souveraineté de l’Etat russe assurant que la Russie « disposait de différents moyens pour assurer ses intérêts nationaux, y compris les forces armées ». Le président russe a ainsi annoncé que vingt milliards de roubles seraient consacrés au développement des forces armées dans le cadre d’un programme valable jusqu’en 2020-21. Le président a cependant souligné que la Russie n’avait aucunement l’intention de « courir le monde un rasoir à la main comme le font certains ».

Le président russe a insisté sur la nécessité de « développer le pays de manière calme, digne et efficace sans se couper du reste du monde, sans rompre les liens avec les partenaires mais sans se laisser traiter avec mépris » a souligné Vladimir Poutine.

Le leader russe a qualifié la situation dans le Sud-Est de l’Ukraine de « chaos sanglant » et de « conflit fratricide où se déroule une catastrophe humanitaire de grande ampleur ». Le chef de l’Etat a noté que la Russie suivait attentivement ce qui se passe dans le pays voisin et « fera tout ce qui dépend d’elle pour que le conflit cesse au plus vite et que le sang arrête de couler en Ukraine » a-t-il souligné.

En parlant des mesures de rétorsion de la Russie à l’égard des pays de l’UE, Vladimir Poutine a assuré qu’il s’agissait avant tout d’un moyen de soutenir les producteurs nationaux. « De plus, estime-t-il, les mesures prises par Moscou ouvrent le marché russe à de nouveaux partenaires qui sont prêts à coopérer ». M. Poutine a ajouté qu’indépendamment de la conjoncture politique et économique extérieure, l’essentiel à présent était de s’occuper des affaires intérieures.

 

3 commentaires

  1. azul fellawen,
    la russie a ete agressée plusieures fois,malmenée plusieures fois .de son droit de recuper la perle de crimée,tres strategique.je ne vois pourquoi ils ne laissent pas tranquille les russes! pourquoi ces conflits inutiles..!
    -que l’occident avec les vassaux comme qatar,l’arabie saoudite,les emirats allument partout des feux sur cette planete..!
    -a quant la paix pour les touaregs d’azaoued ,les chretiens d’irak,les yezidis,les mozaites..et d’autres conflits oubliés..!
    tanmirt ar timlillit.

  2. La Crimée qui revient dans la mère Russie est logique. La Russie est un pays qui mérite le respect de tout le monde. Que M. Poutine vive longtemps afin que la Russie demeure une nation forte non soumise aux Occidentaux, mais libre et digne dans un monde multipolaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *