Le convoi humanitaire russe entre en Ukraine

Un premier groupe de camions chargés d’aide humanitaire russe destinée à la population du Sud-Est de l’Ukraine a traversé la frontière russo-ukrainienne au point de passage d’Izvarino, vendredi 22 août, à 12h heure de Moscou.

Le convoi humanitaire russe entre en Ukraine
Les premiers camions du convoi humanitaire russe ont traversé la frontière vendredi 22 août. Crédits : Andrew Roth/Twitter

« Tous les prétextes pour retarder la livraison de l’aide aux zones en situation de catastrophe humanitaire ont été épuisés. La Russie a décidé d’agir. Notre convoi se met en mouvement en direction de Lougansk », a indiqué le ministère russe des affaires étrangères dans un communiqué publié sur son site internet.

« Les atermoiements artificiels des livraisons de l’aide humanitaire russe au Sud-Est de l’Ukraine ne sont plus tolérables », a encore déclaré le ministère. Précisant que Kiev ajournait constamment le début des livraisons « pour rapprocher le jour où il n’y aurait plus personne ayant besoin d’aide ».

Selon le correspondant de l’agence de presse Interfax, 34 véhicules auraient déjà traversé la frontière. Le convoi serait également escorté par des insurgés pro-russes, assure pour sa part la république populaire de Lougansk, citée par Interfax. Le passage de la frontière russo-ukrainienne se serait néanmoins fait sans l’accord de Kiev, ni la participation de la Croix-Rouge initialement prévue, a précisé une source gouvernementale ukrainienne à l’agence de presse.

Le ministère russe des affaires étrangères avait pourtant précisé dans son communiqué sa disposition à coopérer avec l’organisation de bienfaisance : « Bien évidemment, nous sommes prêts à être accompagnés par des représentants de la Croix rouge internationale » indique le document officiel. L’attachée de presse de la Croix Rouge, Anastassia Isiouk, a déclaré pour sa part que les représentants de l’organisation ne pouvaient accompagner le convoi russe à cause de problèmes de sécurité.

« Lougansk a été frappée durant toute la nuit précédente : nous ne pensons pas que, dans cette situation, les parties belligérantes puissent présenter les garanties de sécurité suffisantes pour que nous accompagnions le convoi », a déclaré Anastassia Isiouk à Itar-Tass.

La veille, les douaniers ukrainiens et les représentants de la Croix Rouge avaient effectué une inspection des 34 camions du convoi après plus d’une semaine d’immobilisation à la frontière – Kiev craignant que Moscou ne tente de dissimuler des armes dans les chargements. Selon le correspondant de Kommersant présent sur place, jusqu’à cinq personnes inspectaient chaque camion avant d’en sceller les portes. Les contrôles n’ont révélé aucun chargement dangereux. Les douanes ukrainiennes n’auraient toutefois publié l’information que vendredi, après le passage des camions, rapporte la chaîne russe Vesti, citant le service de presse des douanes d’Ukraine.

« Poids total du chargement [des 34 camions] : 260 mille kilogrammes. Il s’agit de céréales, de sel et d’eau. Deux camions transportent des médicaments », indique Interfax, citant les informations communiquées par le service de presse des douanes d’Ukraine.

Le chef des services de sécurité ukrainien (SBU) accuse pour sa part la Russie d’« invasion directe ». « Il s’agit de véhicules militaires sous le couvert cynique de la Croix-Rouge », a déclaré le directeur du SBU Valentin Nalivaïtchenko, cité par l’agence ukrainienne UNIAN.

Rappelons que près de 300 camions transportant 400 tonnes de céréales, 100 tonnes de sucre, 62 tonnes de nourriture pour enfants, 54 tonnes de médicaments et d’équipements médicaux, 12 000 sacs de couchage et 69 groupes électrogènes portables ont quitté Moscou mardi 12 août en direction de l’Est ukrainien. Ils se rendront en premier lieu à Lougansk, privée d’eau et d’électricité depuis plus de quinze jours, où la cargaison devra être distribuée par la Croix-Rouge.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *