Vladimir Poutine : « Nous devons cesser d’imposer des modèles de développement aux autres »

Le président russe entame ce vendredi 11 juillet une visite historique de six jours en Amérique latine. Vladimir Poutine se rendra, dans l’ordre, à Cuba, en Argentine et au Brésil, où il assistera à la finale de la Coupe du monde de football 2014. Dans une interview accordée à l’agence ITAR-TASS et à l’agence latino-américaine Prensa Latina avant son départ, il affirme son intention de renforcer la coopération politique, économique et culturelle avec l’Amérique latine et du Sud.

Vladimir Poutine et Raoul Castro
Vladimir Poutine et Raoul Castro

Sur sa visite à Cuba

Le président russe a annoncé que les discussions avec le président cubain Raul Castro se concentreraient sur l’expansion des liens économiques dans le cadre du programme intergouvernemental de coopération commerciale, économique, scientifique et technique pour 2012-2020.

Sur le court terme, Vladimir Poutine souhaite travailler avec Cuba sur les questions énergétiques et de transport. Les géants énergétiques russes Zarubezhneft et Rosneft s’engagent ainsi dans une coopération active avec Cupet, la compagnie pétrolière d’État de Cuba. Les partenaires prévoient également la construction d’un aéroport international moderne avec un terminal de fret à La Havane. Selon le président, le développement des échanges humanitaires fait aussi partie des priorités de la coopération.

Le président a rappelé que la Russie avait, en décembre 2013, annulé 90 % de la dette cubaine envers l’Union soviétique : « un pas sans précédent qui témoigne de la nature stratégique de nos relations bilatérales », a souligné M. Poutine. À l’invitation du président Raul Castro, Vladimir Poutine rencontrera par ailleurs le leader de la Révolution cubaine, Fidel Castro, rapporte le Kremlin.

Sur sa visite en Argentine

Le 12 juillet, le président russe se rendra ensuite en Argentine, un partenaire clé de la Russie en Amérique latine, puisque, selon M. Poutine, « son approche des questions fondamentales est toujours proche ou semblable à celle de la Russie ». « Nos États ont tous deux conscience de la nécessité de former un nouveau monde multipolaire, plus juste, s’appuyant sur le droit international et le rôle central et coordonnateur de l’ONU », a déclaré Vladimir Poutine.

Lors de sa rencontre avec la présidente argentine Cristina Fernandez de Kirchner, le président russe souhaite mettre l’accent sur l’activation des partenariats technologiques et d’investissement, notamment dans les secteurs énergétique, du nucléaire pacifique et de la construction mécanique. Sur un plus long terme, une coopération en Antarctique serait également envisageable.

Sur sa visite au Brésil

Le séjour de quatre jours au Brésil, du 13 au 16 juillet, sera également un moment crucial du programme de M. Poutine. Pour l’heure, le potentiel de coopération commerciale et économique entre la Russie et le Brésil n’est pas exploité à 100 %. Pour le président, il est par conséquent nécessaire de diversifier les liens commerciaux : accroître les fournitures de produits high-tech et de construction mécanique, mais aussi développer la coopération dans les secteurs aéronautique, énergétique et agricole.

Le président a noté que les compagnies russes témoignaient d’un vif intérêt pour le marché brésilien. Il a notamment cité le lancement de plusieurs projets d’investissement réussis, impliquant la participation d’entreprises russes et brésiliennes dans les domaines énergétique, mécanique et pharmaceutique. À titre d’exemple, Rosneft et la compagnie pétrolière brésilienne HRT explorent et exploitent conjointement des gisements d’hydrocarbures dans le bassin de la rivière Solimoes.

Sur la Coupe du monde de football 2018

Le chef d’État russe profitera de sa visite au Brésil pour assister à la finale de la Coupe du monde de football 2014, à Rio de Janeiro, et à la cérémonie de clôture de la compétition, au cours de laquelle la présidente brésilienne Dilma Rousseff transmettra au locataire du Kremlin la charge d’organiser le prochain Mondial de 2018.

Vladimir Poutine a souligné que les organisateurs de la Coupe du monde de football 2018 en Russie étaient en contact permanent avec leurs collègues brésiliens, et que la Russie souhaitait améliorer l’organisation sur certains points. Il a notamment annoncé l’introduction d’un régime spécial de visas pour l’ensemble des organisateurs, participants et supporters de la Coupe du monde 2018 en Russie. « L’histoire du football n’a jamais rien vu de tel », s’est-il félicité.

Sur le rôle des États

Pour Vladimir Poutine, « il est aujourd’hui crucial d’unir les efforts de toute la communauté internationale afin de garantir une sécurité équitable et indivisible et de régler tous les litiges en se référant au droit international et avec le rôle coordonnateur central de l’ONU. Le monde du 21ème siècle est global et interdépendant. C’est pourquoi aucun État ou groupe d’États n’est capable de régler à lui seul les grands problèmes internationaux », a insisté le président. Ajoutant que, de la même façon, toute tentative de « construire des oasis de stabilité et de sécurité » isolées était vouée à l’échec.

Le président russe est persuadé que les nombreux défis et risques contemporains exigent « le renoncement aux tentatives d’imposer à d’autres nations des modèles de développement qui leur sont étrangers. »

Vladimir Poutine clôturera sa visite en Amérique latine à Fortaleza, au Brésil, qui accueillera, les 15 et 16 juillet, le sommet des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud). La réunion prévoit notamment la signature d’un accord pour la création d’une banque de développement.

2 commentaires

  1. Je souhaite un bon et de fructueux resultats au president Poutine .Le monde change nous devons en finir de ces rapports de force , chacun ses mentalites .Merci Monsieur le president pour votre travail des plus efficaces pour contrecarer les lignes US ET CE , imbeciles et inutiles qui ne font q’ accentuer les desaccords .Un grand coup de chapeau Monsieur le president pour votre travail tres actif et tres efficace .

  2. Les propos de Monsieur Poutine correspondent à l’action d’Alexandre le Grand.
    Deux hommes, mais une seule et même intelligente doctrine stratégique. C’est pour cela que la « Grande Russie » est éternelle.

    Merci monsieur Vladimir Vladimirovitch.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *