Revue du 4/07 – Hausse du PIB par habitant en Russie

Vous êtes pressé et accro à l’actu, vous ne lisez pas la presse russe et vous avez peur de rater une nouvelle importante ? Le Courrier de Russie la décortique pour vous chaque jour, en quelques lignes.

Crédits: sportyv.ru
En 2013, le PIB par habitant en Russie a augmenté de 3,7 %, pour atteindre 14 612 de dollars. Crédits: sportyv.ru

Hausse du PIB par habitant en Russie

En 2013, la Russie a vu son PIB par habitant augmenter de 3,7 %, pour atteindre 14 612 de dollars, indique une étude de la Banque mondiale. Elle se place ainsi à la 41è place du classement mondial, alors qu’elle n’était que 52è en 2012, avec un PIB par habitant de 14 091 dollars.

Parmi les bons élèves, on retrouve le Luxembourg, la Norvège et le Qatar, avec respectivement 111, 101 et 93 mille dollars par habitant. En 2013, la Russie change ainsi de groupe de classification, pour intégrer celui des pays considérés comme « à revenus élevés ».

Pour 2014, la Banque mondiale prévoit un ralentissement de la croissance de l’économie russe, qui n’augmenterait plus que de 0,5 % contre 1,3 % fin 2013. Sans le conflit en Ukraine, la croissance économique russe aurait pu atteindre 2,2 %, notait la Banque mondiale dans un rapport le mois dernier.

RBCDaily

Crash tests réussis pour les banques russes

Les crash tests réalisés par la Banque centrale russe montrent que les banques du pays peuvent résister à des « chocs importants », a déclaré jeudi 3 juillet le vice-président de l’organisme central, Vasili Pozdyshev.

Le scénario pessimiste sur la base duquel les banques ont été testées prévoit une diminution du prix du baril de pétrole de 76 dollars [il est aujourd’hui de 103.80 $] et une baisse du PIB de 1 %. Dans ces conditions, le bénéfice annuel du secteur bancaire s’élèverait à 500 millions de roubles (environ 10,6 millions d’euros) – soit deux fois moins qu’actuellement -, mais le choc n’aurait presque pas d’incidence sur l’ensemble des fonds propres, qui se maintiendraient aux alentours des 12 %.

« Les principaux risques du système bancaire concernent les banques elles-mêmes – leur capital », a indiqué Pozdyshev. Pour les grandes banques, le risque se situe plutôt au niveau de l’adéquation de leur capital alors que les petites banques sont mises en cause pour la qualité de leur capital.

Vedomosti

Des trains « directs » pour la Crimée dès le mois d’août

Le prix des billets devrait varier de 2 800 à 5 200 roubles (entre 60 et 110 euros environ) - Crédits: rzd-expo.ru
Le prix des billets devrait varier de 2 800 à 5 200 roubles (entre 60 et 110 euros environ) – Crédits: rzd-expo.ru

Un train direct reliant Moscou à Simféropol par le détroit de Kertch sera opérationnel dès le mois d’août, écrit vendredi 4 juillet le quotidien Izvestia. La péninsule de Crimée sera ainsi directement accessible depuis la gare moscovite Kazanski, en contournant l’Ukraine. Le prix des billets devrait varier de 2 800 à 5 200 roubles (entre 60 et 110 euros environ). Le train devrait traverser quatre grandes villes : Ryazan, Lipetsk, Voronej et Rostov-sur-le-Don.

Rappelons que, suite à un référendum organisé le 16 mars sur le statut de la péninsule, la Fédération de Russie a rattaché, le 18 mars, la Crimée et Sébastopol à son territoire.

Lenta

Un groupe de navires de l’OTAN déployé en mer Noire

Quatre navires de guerre, faisant partie du deuxième groupe permanent de l’OTAN de lutte contre les mines (SNMCMG-2), sont entrés en mer Noire, rapporte vendredi 4 juillet une source militaro-diplomatique, citée par Ria Novosti.

« La frégate Aviere, navire amiral du groupe, le dragueur de mines Rimini, la corvette grecque Machitis et le dragueur de mines turc Akcay ont traversé les détroits et sont entrés dans la mer Noire, a déclaré la source, poursuivant : Les navires de l’OTAN se dirigeaient vers le port bulgare de Bourgas où ils devraient participer à des exercices conjoints avec la marine bulgare. »

Ces manœuvres interviennent alors que le secrétaire général de l’OTAN Anders Fogh Rasmussen a déclaré, mercredi 2 juillet, que l’OTAN était prête à adopter de nouvelles mesures pour protéger ses alliés en Europe de l’Est si nécessaire.

Lenta

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *