Boeing 777 : Washington et Moscou campent sur leurs positions

Les représentants des services de renseignement de la Défense américaine ont tenu mardi à Washington une conférence de presse sur le crash du Boieng 777 de la Malaysia Airlines, après que la Russie a elle-même exposé sa version des faits par la voix du ministère de la Défense le 21 juillet.

Le crash du Boieng 777 de la Malaysia Airlines. Crédits: RIA Novosti
Crédits: RIA Novosti

La NSA a, pour la première fois, dévoilé aux journalistes sa version du crash du Boeing 777 : une conférence s’est tenue à huit clos le 22 juillet, lors de laquelle les États-Unis ont confirmé être convaincus que l’avion de la Malaysia Airlines avait été abattu par un missile sol-air de système Bouk, lancé depuis les territoires contrôlés par les insurgés pro-russes, comme le rapportent des communiqués publiés par les journalistes présents.

Les Américains seraient en outre enclins à penser que « les séparatistes » auraient pourtant pu viser l’avion de ligne « par erreur », puisque ces derniers avaient par le passé déjà abattu 12 avions de l’armée ukrainienne.

Les représentants de la NSA ont cependant reconnu ne pas disposer de preuves de l’implication de la Russie dans le crash de l’avion, comme ils l’avaient laissé entendre quelques jours plus tôt. Les États-Unis ne sont pas non plus en mesure de prouver la présence de Russes sur les lieux de lancement du missile : «  Nous ne connaissons pas le nom de celui qui a appuyé sur le bouton, nous ignorons son grade et nous ne sommes même pas sûrs à 100% de sa nationalité » , aurait ainsi révélé un représentant de la NSA, cité par l’agence Associated Press.

Cependant, les Américains ont réaffirmé que la Russie était responsable de cet accident, après avoir « créé les conditions » ayant conduit au crash du Boeing 777. Ils ont ainsi réitéré leurs accusations selon lesquelles la Russie fournirait des armes aux insurgés dans l’Est de l’Ukraine. La NSA a par ailleurs jugé que la version des Russes visant à expliquer que l’avion avait été abattu par un avion de l’armée ukrainienne, présentée le 21 juillet par le ministère de la défense russe, « ne tenait pas la route ».

Les données récoltées par le ministère de la Défense russe ont par ailleurs été transmises à l’Union européenne, comme l’a fait savoir le 23 juillet l’ambassadeur permanent de la Russie auprès de l’UE, Vladimir Tchijov.

Les preuves de ce qu’avance la NSA n’ont, quant à elles, pas été présentées aux journalistes.

Dans le même temps, la Russie, par la voix du vice-président de la Douma Sergueï Neverov, a laissé entendre que l’oligarque et gouverneur de la région de Dniepropetrovsk Igor Kolomoïski, qui finance en partie les services de contrôle aérien d’Ukraine, pourrait avoir donné des ordres aux opérateurs chargés du vol du Boeing 777.

«  L’oligarque Igor Kolomoïski possède plusieurs compagnies aériennes ukrainiennes (…) et finance l’activité des services de contrôle aérien de Dniepropetrovsk, responsables du suivi du vol tragique (…). Il pourrait donc avoir donné des ordres directs à certains services de contrôle aérien, notamment à ceux censés suivre le vol du Boeing de la Malaysia Airlines le 17 juillet », a affirmé M. Neverov sur la chaîne Rossiya 24.

Les bataillons financés par l’oligarque dans l’Est de l’Ukraine contre les insurgés possèdent des tanks, des véhicules de transport de troupes et des lance-roquettes multiples, a rappelé le vice-président de la Douma, suggérant aux Occidentaux de vérifier que des systèmes Bouk (à l’origine de la tragédie, selon les Américains) ne figurent pas parmi leur arsenal.

Le Comité d’enquête de la Fédération de Russie avait déjà accusé Igor Kolomoïski du meurtre du cameraman de la chaîne de télévision russe Perviy Kanal, Anatoli Klian, et un tribunal de Moscou avait délivré un mandat d’arrêt par contumace contre l’oligarque, le 2 juillet dernier.

5 commentaires

  1. Les seul et grands responsables de la catastrophe aérienne sont les dirigeants européens eux-mêmes, car ils ont censurés leurs média au sujets des horreurs de la guerre en ukraine où 600 civils ont été tués dans des bombardements (aériens compris). Leur soutien à la junte et leur hypocrisie se sont retoutrnés contre leurs ressortissants.

  2. les responsables ne sont pas les séparatistes mais l’armée ukrainienne. sur quoi se fondent les USA pour accuser les sépartistes et la Russie? s’ils n’avaient pas cautionné le putsch et encouragé Porochenko dans la guerre contre son propre peuple, tout ça ne serait pas arrivé.

  3. Qui que ce soit qui a appuyé sur le bouton , le probleme n est pas la , mais plutot quand la stupidité des hommes s’arretera t elle?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *