Est de l’Ukraine : situation humanitaire critique

Dans plusieurs villes de l’Est de l’Ukraine en proie à la guerre civile, la situation humanitaire est aujourd’hui dramatique.

Est ukrainien
Slaviansk

Slaviansk est déjà presque entièrement détruite : les stations-service sont en ruines, les ambulances n’ont nulle part où faire le plein. Les banques ne fonctionnent plus, tout comme les pharmacies.

Les dirigeants de la République populaire de Donetsk indiquent que 60 % de la population a déjà fui la zone des affrontements. « La ville est morte » : c’est ce que disent aujourd’hui de Slaviansk les gens du coin. « Les tirs se succèdent jour après jour. J’ai cessé d’essayer de comprendre d’où viennent les balles, toute la périphérie de Slaviansk est détruite, dans le centre, les immeubles sont presque en ruines. Tous ceux qui le pouvaient ont déjà quitté la ville », nous explique Elena, une habitante de Slaviansk.

« Il y a des problèmes avec l’eau dans la ville, on n’en a presque pas, raconte Maria Simakina, partie de Slaviansk pour s’installer dans la région de Kharkov. Les habitants vont chercher de l’eau pour se laver et faire la lessive dans les fontaines. Ça fait déjà longtemps que les magasins d’alimentation ne sont pas approvisionnés. Un ami à moi, qui est resté à Slaviansk, m’a dit qu’il se nourrissait des provisions de sa grand-mère : confitures, corned-beef maison, mais bientôt, ces réserves seront épuisées aussi. » D’autres habitants disent qu’il n’y a pas de problème avec la nourriture à Slaviansk : ils reçoivent plusieurs fois par semaine de l’aide humanitaire en provenance de Russie.

À Kramatorsk, la situation est également très dure. Rouslan, un habitant local, est parti il y a une semaine, avec ses enfants, pour la région d’Ivano-Frankovsk. « Nous avons quitté la ville en voiture, c’est difficile de partir en train. Dans la ville, les stations-service ferment, les magasins. Les livraisons de produits alimentaires se sont réduites de moitié. Dans les usines, les gens ne sont pas payés, et ça va faire deux mois que les retraites ne sont pas versées. »

Sergueï, également de Kramatorsk, dit pour sa part que les transports fonctionnent encore et qu’il y a de l’électricité et de l’eau, mais pas partout. « Aujourd’hui, ils ont bombardé une usine, une école et des immeubles d’habitation. Les gens sont arrivés le matin au travail, et ont trouvé leur atelier sans toit. J’ai le sentiment que Slaviansk et Kramatorsk n’existeront bientôt plus », dit-il. Il explique qu’on ne trouve plus dans les magasins que des produits de fabrication locale. Il y a Internet, mais le réseau téléphonique fonctionne affreusement mal. « Les retraites ne sont pas versées. Les organismes publics n’ont reçu, ce mois-ci, ni avances, ni salaires », ajoute Sergueï.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *