Dans la peau d’un volontaire russe à l’Est de l’Ukraine

Kiev a interdit l’accès du territoire ukrainien à tous les hommes russes âgés de 16 à 60 ans. C’est pourquoi l’écrivain et journaliste Sergueï Chargounov a traversé la frontière russo-ukrainienne clandestinement, à bord d’un camion qui emmenait à Donetsk un groupe de volontaires russes partis rejoindre les insurgés ukrainiens dans leur lutte contre le régime de Kiev. Dans un billet rédigé pour Kommersant, Sergueï Chargounov retrace ses impressions d’un pays en pleine guerre civile.

Est Ukraine Donetsk
Des militants chargent un camion Kamaz de pneus à l’entrée de Donetsk. Crédits : Ilya Vasyunin

Ukraine dans la peau estNous sommes 20 hommes dans le Kamaz. Ce jeune portant un bandana est moscovite, cet autre est quasiment un vieillard, et voilà un cosaque moustachu en toque de fourrure. Ils en sont convaincus : ils vont prêter assistance aux leurs. Certains sont déjà partis comme ça, autrefois – en république du Dniestr [ou Transnistrie], comme volontaires.

Les hameaux défilent sur le bord de la route, les gens sortent sur le bas-côté. Ils saluent de la main. Une petite vieille nous bénit depuis le seuil de sa chaumière. Les noms des villages sont repeints aux trois couleurs du drapeau russe.

Je serais venu légalement mais c’est impossible, les autorités de Kiev refusent de laisser entrer les journalistes. Mais moi, je dois être ici, pour tout voir de mes yeux.

L’état-major. Je donne mon nom, et je les entends se présenter en réponse, comme dans un jeu d’enfants : Gora (« la Montagne »), Koupol (« la Coupole ») Kitaïets (« le Chinois »), Varan (« le Varan »), Flint. La table est modeste : une salade, du corned-beef. Prohibition stricte. Je demande : qui est d’où ? Il y en a un de Kiev, un autre de Kharkiv, un troisième d’Odessa, mais principalement, ce sont tous des locaux, du Donbass. Un mineur. Un marin en retraite. Un étudiant en histoire. Ils assurent ne pas toucher d’argent – juste le minimum, pour les besoins de base.

Pour quoi sont-ils ici ? L’un dit qu’il est contre l’Amérique. Un autre déclare littéralement « Mort à la junte [gouvernement actuel ukrainien] ». Un troisième qu’il est pour la Russie. On maudit les oligarques. J’entendrai des réponses semblables plus tard, sur les barricades et dans les assemblées.

Mais une chose revient très souvent : « On ne nous écoute pas. » La phrase est extrêmement répandue. « Toutes ces années, on ne nous a pas écoutés », m’a dit l’infirmière Oksana de Kramatorsk. Et ces mots les rassemblent tous – des insurgés armés aux simples passants rencontrés, avec qui j’ai tenté de discuter où je pouvais : dans la rue, au café, dans les transports.

Peu importe à qui je demande, ils disent tous qu’ils sont allés voter au référendum du 11 mai, et que la participation était plus élevée qu’à n’importe quelle autre élection. Pour la plupart, les gens ne sont pas prêts à se battre, et puis manifester, ils n’aiment pas ; mais une chose est parfaitement claire : plus l’opération militaire « l’unité par la force » se poursuit, plus Kiev perd irrévocablement cette terre et ces gens.

On peut douter, bien sûr, qu’ils soient à 90 % pour la séparation. Certains ont un avis tout à fait différent. Mais tout de même, il ne serait pas superflu de prendre connaissance des chiffres, dans la région, du vote pour Ianoukovitch et le Parti des régions, qui étaient considérés comme bienveillants envers la Russie. Ce sont précisément ces 90 %.

Sans doute le dialogue avec Kiev est-il encore possible. Mais pour que les gens entendent, d’abord, les armes doivent se taire.

Je me souviendrai à jamais de cette journée où les explosions ont retenti, où l’aéroport a été bombardé, où le combat a commencé dans la gare, et où Donetsk s’est dépeuplée. Le soir, à l’état-major, les combattants se tenaient debout contre les murs, assis par terre. Ils attendaient un raid aérien. Je suis sorti dans la nuit noire et j’ai immédiatement trébuché sur un corps. « Stop ! », a prévenu un cri. Un insurgé et une poignée de ses camarades surveillaient un sniper installé sur un toit. Par bonds, j’ai traversé le territoire de la mort, tout en pensant : « Qui fait le compte, en réalité, des gens qui meurent ici ? ».

« Bientôt, il n’y aura plus aucune frontière », m’assurait, rêveur, le maigrichon qui m’a amené de Krasnodon dans sa Lada kopeika rouillée et jeté près de la rivière. J’ai passé la rivière à gué et me suis retrouvé dans la région de Donetsk.

La frontière est encore franchissable.

Mais la véritable frontière – elle passe au milieu de l’Ukraine. Jusque récemment, il était convenu de penser que la séparation correspondait à la ligne de partage linguistique. Désormais, c’est une ligne de sang.

2 commentaires

  1. Ce n’est pas Le Président Poutine qui largue des bombes sur des civils dans L’Est de L’Ukraine! Ce n’est pas Poutine, qui tire au Mortier sur des Habitations civils! Ce n’est Pas Poutine qui depuis des Hélicoptère envoie des missiles et Tir sur les Ambulance! Enfin ce n’est pas Poutine, qui affame des village entiers en coupant l’eau, le Gaz et L’électricité! Ce n’est pas Poutine qui à brulé des gens vivant à Odessa! Ce N’est pas Poutine qui à mutilé un Religieux des deux mains à Odessa! Enfin ce n’est pas Poutine qui envoie des Mercenaires aux USA violer et tuer femmes, enfant et vieillard Comme Les USA le font dans L’Est de L’Ukraine! MAIS C’EST BIEN OBAMA QUI à ORGANISER, Soutenue le coup d’Etat de Kiev et qui perpétué le Génocide dans l’Est de L’Ukraine!
    La Preuve = Les USA ont encore donné 5 millions de $ d’armement aux nouveau pouvoir de Kiev afin que L’Extermination du Peuple Ukrainiens de L’Est soit plus rapide!
    Personne ne parle de cette vérité! MON DIEU C’EST HORRIBLE ! CE QUI SE PASSE! pourquoi PERSONNE N’EN PARLE!
    Tout ce qui sort de la Bouche du Président Obama c’est la menace d’autre sanctions contre la Russie!
    Mais personne ne parle de ces centaines de civils d’Ukrainiens mort, sous les munitions Polluées des USA! sous les Armes Lourdes financer par OBAMA!
    Depuis mon retour de Donetsk = Je suis en contact permanent avec l’Ukraine! J’ai des Amis, Amours, Familles qui tremblent et pleurent chaque jours! et je n’arrive pas à croire que tous ces Présidents Réunis dans ce G7 n’ai pas un mot ni un geste pour aider les 30% du peuples Ukrainiens qui n’as plus rien pour ce nourrir, que L’on Bombarde, et qui doivent leur seul Salut à la Russie qui accueils leur exode chaque jours! Et Nous les hipocrites de L’Europe = Nous Sommes soumis aveuglement au USA!
    Enfin!! Ces sanctions contre la Russie et cette arrogance et agressivité contre le Président Poutine sont absolument déplacées! Ridicules et stupides ! = Почему никто не говорит правду?
    Je pense que l’on devrait condamner OBAMA Pour Génocide aggravé et de toute évidences les sanctions devrait se tourner contre les USA!
    Mais comme de bien entendue =? Je rêve ..

  2. A l’occasion de la cérémonie du 6Juin en France, l’organisation s’est complue à juste titre à rappeler la mort de millions de soldats en lutte contre le fascisme (mais question en aparté qui avait mis Hitler en place?) et en opposition l’on a invité un représentant putschiste qui n’hésite pas a porter la croix gammée comme brassard, qui entérine le massacre de centaines de gens et organise des actions pire que les nazis. Une véritable insulte à ceux qui sont mort hier et aujourd’hui, qui peut-être indifférent ? Une honte pour la France qui a organisé cette invitation(« sur les ordres du tonton américain ») Peut-on encore se tranquilliser l’esprit en disant que Degaulle n’aurait jamais accepté, voir proposer une pareille infamie.
    Rappelons nous encore l’histoire, Degaulle a mis dehors les américains, peu de temps après était organisé « Mai 1968 » pour le faire destituer (et qui a organisé cette manifestation ?) ne trouvez-vous pas encore un certain parallèle avec kiev

    Pierre (Français en France 62 ans , en retraite et patriote)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *