Ukraine : un cameraman russe tué à Donetsk

Un cameraman de la chaîne de télévision russe Perviy Kanal est mort à la suite d’une attaque de l’armée ukrainienne à Donetsk, dans l’Est de l’Ukraine, lundi 30 juin.

Anatoli Klian journaliste tué donetsk
Anatoli Klian. Crédits : Perviy Kanal

« Notre collègue Anatoli Klian a été mortellement touché à l’abdomen dans la nuit de dimanche à lundi. Il avait 68 ans », a rapporté, lundi matin, la chaîne de télévision.

L’équipe de Perviy Kanal accompagnait des mères de soldats ukrainiens venues chercher leurs fils dans une base militaire. « L’expédition était organisée par les insurgés. Ce n’est pas la première fois que nous tournons ce type de sujet. Cela se déroule chaque fois différemment : tantôt les négociations réussissent, tantôt elles échouent. Cette fois-ci, il n’y a eu aucune discussion : des tirs ont éclaté dès que le bus s’est approché de la division », relate Perviy Kanal.

Selon le journaliste présent sur place, Evgueni Liamine, le conducteur a arrêté l’autobus à 500 mètres de la base, au moment où les premiers tirs ont retenti. « Tout le monde est sorti du véhicule. La situation était encore relativement calme. Mais quelques minutes plus tard, une fusée de signalisation a éclaté dans le ciel, et tous les passagers se sont empressés de remonter dans le bus. C’est à ce moment que le véhicule a été pris pour cible », a-t-il raconté.

Anatoli Klian a alors allumé sa caméra et s’est mis à filmer, malgré les tirs soutenus des soldats ukrainien, avant de rejoindre les autres passagers.

Blessé, le conducteur a réussi à éloigner le bus de quelques mètres avant de perdre conscience. C’est à ce moment que Evgueni Liamine a découvert que son cameraman était également touché. « Nous avons arrêté une voiture qui passait pour l’évacuer. Ses derniers mots ont été : Ma caméra, ma caméra, se souvient le correspondant. Les médecins ont fait le maximum pour le sauver. »

D’autres journalistes russes, travaillant pour les chaînes MIR24, Ren-Tv et Lifenews, étaient également présents.

Le chauffeur se trouvait quant à lui toujours à l’hôpital lundi matin, a précisé une journaliste de la chaîne publique russe Rossia 24.

Le Comité d’enquête de la Fédération de Russie a aussitôt annoncé l’ouverture d’une investigation pour « recours à des moyens et méthodes de guerre interdits » et « meurtre d’une personne en liaison avec ses activités » professionnelles.

Dans un communiqué publié sur son site internet dès ce matin, le ministère des affaires étrangères russe a pour sa part demandé l’ouverture d’une enquête « objective » sur ces événements, ajoutant que « la mort de ce journaliste russe montrait une fois de plus que les forces de sécurité ukrainiennes n’encourageaient pas une désescalade du conflit dans l’Est du pays ».

Anatoli Klian travaillait depuis 40 ans pour la télévision russe et avait effectué de nombreuses missions risquées, notamment en Yougoslavie et en Afghanistan.

Plusieurs journalistes russes envoyés en Ukraine ces derniers mois ont fait l’objet d’agressions et d’enlèvements par les forces de sécurité ukrainiennes. Le 17 juin dernier, le correspondant de la télévision russe Igor Korneliouk et son collègue Anton Volochine de la télévision publique russe VGTRK  avaient trouvé la mort dans un tir de mortier près de Lougansk. Un photographe italien et son traducteur russe avaient été tués et un photographe français blessé, le 24 mai dernier, à proximité de Slaviansk. Enfin, un journaliste indépendant en mission pour la chaîne russe Russia Today avait lui aussi été blessé à l’abdomen à Marioupol, au sud de Donetsk, et rapatrié à Moscou, fin mai.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *