Revue du 30/06 – Pour Angela Merkel, l’accord UE–Ukraine dépendra de la Russie

Vous êtes pressé et accro à l’actu, vous ne lisez pas la presse russe et vous avez peur de rater une nouvelle importante ? Le Courrier de Russie la décortique pour vous chaque jour, en quelques lignes.

Crédits : Commission européenne
Crédits : Commission européenne

L’accord UE–Ukraine n’entrera an vigueur qu’après les négociations avec la Russie

Le volet économique de l’accord d’association signé le 27 juin entre l’UE et l’Ukraine n’entrera pas en vigueur immédiatement, mais seulement après que les négociations avec la Russie auront été menées, a déclaré le jour même Angela Merkel aux journalistes.

Selon la chancelière allemande, ce délai s’explique par la nécessité de « trouver des solutions qui écartent les craintes exprimées par la Russie ».
À la veille de la signature, Sergueï Lavrov avait en effet prévenu que la Russie avait la ferme intention de protéger son marché d’un éventuel afflux de marchandises européennes via l’Ukraine.

RIA Novosti

Renault-Nissan achète Lada

Le 18 juin, l’alliance Renault-Nissan a finalement conclu l’acquisition d’AvtoVAZ, le géant russe de l’industrie automobile. Ainsi, conformément à un accord préalable datant de fin 2012, la société néerlandaise Alliance Rostec Auto BV, joint-venture de Renault-Nissan et Rostech, détient désormais 74,51 % du capital d’AvtoVAZ.
Selon Carlos Ghosn, président de Renault-Nissan, la stratégie du producteur russe restera toutefois inchangée.

« Notre objectif principal est d’augmenter les ventes et de maintenir la domination de la marque Lada sur le marché russe », a précisé Bo Andersson, directeur général d’AvtoVAZ. À l’en croire, le volume de production des Lada devrait augmenter progressivement au cours des années à venir, pour atteindre au moins 70 % de la production totale du groupe.

Vedomosti

Trois monuments aux soldats russes en France

Le 28 juin, trois obélisques à la mémoire des soldats russes ont été inaugurés dans les villes françaises de Reims, Fère-Champenoise et Bergères-lès-Vertus.
Ces monuments sont dédiés aux officiers et soldats ayant péri sur le territoire français en 1814, lors de la campagne de l’armée russe.

« La Russie et la France sont liées par un respect mutuel pour notre histoire commune », a déclaré Vladimir Medinski, ministre russe de la culture, lors de la cérémonie d’inauguration à Reims. Les obélisques en granit, de cinq mètres de haut, façonnés par le sculpteur russe Alexandre Taratynov, sont sertis de l’aigle bicéphale en bronze – armoiries de la Russie impériale jusqu’à la révolution de 1917 et emblème des républiques russes depuis 1992.

L’inauguration de ces monuments s’inscrit dans le cadre d’un accord sur la célébration du 200ème anniversaire de la campagne de l’armée russe à l’étranger, signé par les représentants des deux pays en mars 2014.

1tv.ru

Les marins russes à l’assaut du Mistral

Les 400 marins russes appelés à constituer les équipages des navires Mistral sont arrivés dans la matinée du 30 juin au port de Saint-Nazaire, rapporte RIA Novosti.
Ils stationneront plusieurs mois en Loire-Atlantique afin d’être formés à l’utilisation des deux navires construits en France pour la Russie. Le premier navire, le Vladivostok, a déjà été mis à l’eau et devrait être livré à la Russie fin 2014. Le second Mistral, baptisé Sébastopol, devrait être remis en 2015.

Sur fond de crise ukrainienne, la vente de ces deux navires de projection et de commandement (BPC) de type Mistral, signée entre Moscou et Paris en 2011, a provoqué des tensions au niveau international. Un groupe de membres démocrates du Congrès américain avait notamment adressé, le 29 mai, une lettre au secrétaire général de l’OTAN Anders Fogh Rasmussen, lui demandant de convaincre la France d’annuler la vente.

RIA Novosti

Kiev : une manifestation pour la fin du cessez-le-feu

Le 29 juin, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées près du bâtiment de l’administration présidentielle à Kiev afin de réclamer la reprise des affrontements dans l’Est de l’Ukraine.

« Au nom du peuple ukrainien, nous vous demandons de mettre fin au cessez-le-feu, d’introduire l’état de guerre et de fournir des munitions aux bataillons afin de contrer la menace terroriste », scandaient les manifestants. « Le peuple du Donbass se bat pour l’Ukraine unie, et nous ferons tout pour être entendus par le président Porochenko », a quant à lui annoncé sur sa page Facebook Semion Semiontchenko, commandant du bataillon Donbass, à qui revient l’initiative de la manifestation.
Après l’expiration d’une première trêve d’une semaine, vendredi 27 juin, le président Petro Porochenko avait accepté de la prolonger jusqu’au 30 juin, afin de tenter de mettre fin aux combats opposant les troupes gouvernementales et les partisans de fédéralisation, qui ont déjà fait plusieurs centaines de morts.

Le bataillon Donbass a été formé en avril 2014, dans le cadre de l’opération « antiterroriste » lancée par Kiev en réaction au soulèvement prorusse dans l’Est du pays.

Gazeta.ru

1 commentaire

  1. plus, il y aura de morts et plus difficile sera la réconciliation. Les Ukrainiens sont profondément liés aux russes et les occidentaux + le USA par méconnaissance ont allumés un feu qui n’est pas prêt de s’éteindre, Seules AM connait le sujet d’ou sa prudence. Le russie à mon avis ne peut pas accepter ce processus menant l’Ukraine vers l’OTAN. Voila comment les américains nous manipulent en méconnaissance de la géopolitique locale. j’ai un profond respect pour les USA, mais quand comprendront-ils que leur Hégémonie doit cesser.
    quand le chine vendra leurs actifs ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *