Le maire-boxeur de Kiev : qui est Vitali Klitschko ?

Le 10 juin a marqué le premier jour de travail de Vitali Klitschko, élu au poste de maire de Kiev le 25 mai dernier avec 56,7% des voix. Le Courrier de Russie revient sur son parcours.

 Né en 1971 d’un père colonel de l’aviation soviétique au Kirghizistan, Vitali Klitschko s’est installé en Ukraine avec ses parents en 1985.

Boxeur

Au début de sa carrière sportive, Vitali Klitschko s’est d’abord intéressé au kick-boxing : il a été sacré six fois champion du monde dans cette discipline. Pratiquant parallèlement la boxe anglaise, il a été triple champion d’Ukraine entre 1992 et 1994, et a remporté la médaille d’argent des championnats du monde de Berlin, en 1995.

Considéré comme favori pour la médaille d’or des JO de 1996 à Atlanta, il a cependant été exclu des compétitions pour suspicion de dopage : plus tard, il s’est avéré que le traitement que Vitali utilisait pour soigner une blessure contenait, par hasard, une des substances interdites sur les Jeux. Après cet échec, Klitschko décide de devenir boxeur professionnel.

Fin 1996, il signe avec l’agent allemand Universum Box-Promotions et devient professionnel. Il est inscrit au Guinness des records pour avoir remporté 27 combats de suite par knock-out – battant le record de l’Américain Mike Tyson.

Dans les années 2000, surnommé le « poing de fer », il est sacré champion du monde par la World Boxing Organization. Le 24 avril 2004 à Los Angeles, il gagne contre le Sud-Africain Corrie Sanders, devenant le premier Européen à décrocher le titre de champion du monde du World Boxing Council.

Klitschko a conservé ce titre par la suite, après un combat avec le Britannique Danny Williams le 11 décembre 2004. Ce fut le dernier de la carrière de l’athlète ukrainien, qui a annoncé qu’il se retirait pour se lancer dans la politique en novembre 2005 : un mois plus tard, il était nommé président d’honneur de la Fédération ukrainienne de boxe.

Le 16 décembre 2013, à quarante-deux ans, il abandonne son titre au WBC pour « se consacrer à la politique de son pays ». Le WBC lui décerne alors le statut de « champion émérite », qui lui permettra de disputer directement le titre WBC s’il décide de remonter un jour sur le ring.

 Homme politique

Crédits: kievvlast.com.ua
Crédits: kievvlast.com.ua

En 2004, lors de la « révolution orange » ukrainienne, Klitschko soutient Viktor Iouchtchenko dans sa campagne pour la présidence, puis est nommé conseiller de ce dernier en 2006. Pourtant dès la fin de l’année 2005, Klitschko prend la tête du parti citoyen libéral Pora! (« Il est temps ! »).  Malgré son nom en tête de liste lors des législatives de mars 2006, le parti ne franchit pas la barre des 3%, et Klitschko échoue à entrer au parlement.

Il se présente à l’élection municipale de Kiev en 2006, en tête de liste d’une coalition unissant les partis Pora! et le Parti des réformes et de l’ordre, avec un programme basé sur la lutte contre la corruption. Il termine deuxième, derrière Leonid Chernovetskyi.

« Vitali était plus convaincant sur le ring que dans l’arène politique », raillent alors ses adversaires. Il décroche pourtant un siège au conseil municipal de Kiev. À l’issue de la municipale anticipée de 2008, il arrive troisième, derrière Chernovetskyi et le vice-Premier ministre de l’époque, Olexandre Tourtchinov.

Crédits: kli.tv
Crédits: kli.tv

En 2010, il préside l’Alliance démocratique ukrainienne pour les réformes (le parti Oudar). Tête de liste aux élections municipales, il remporte avec son parti un total de près de 400 sièges dans les conseils municipaux de 15 régions ukrainiennes. En octobre 2012, Oudar participe pour la première fois aux élections parlementaires, et arrive troisième avec près de 14 % des voix.

Vitali devient, par la suite, un des leaders des manifestations pro-européennes de 2013. Klitschko envisageait de se présenter à la présidentielle anticipée de 2014, mais s’est finalement contenté de la municipale dans la capitale ukrainienne, sa cote de popularité à la présidentielle ayant fortement chuté au profit de celle de Petro Porochenko.

Scientifique

En 1996, jeunes diplômés de l’Université pédagogique de Pereïaslav-Khmelnytskyï, les deux frères Vitali et Wladimir Klitschko intègrent l’Institut national de sport de Kiev. Quatre ans plus tard, Vitali y soutient une thèse intitulée « Déterminer les capacités du boxeur dans le système de sélection sportive », avant de présenter ce même sujet, un an plus tard, en allemand, à l’université Bundeswehr de Munich.

Il devient ensuite professeur honoraire de l’Université pédagogique de Kiev. Pour ses mérites dans le développement du sport, Klitschko a été nommé Héros de l’Ukraine et a reçu une des plus hautes décorations du ministère ukrainien de la défense : la distinction « pour la bravoure et l’honneur ».

Mécène et père de famille

Vitali Klitschko avec sa famille. Crédits: pavdatoday.info
Vitali Klitschko avec sa famille. Crédits: pavdatoday.info

L’athlète et homme politique Vitali Klitschko s’implique activement dans des actions de charité. En 1997, il a créé la Fondation internationale pour la promotion des sports Sport – XXIe siècle, et, en 2003, l’organisation caritative Fondation des frères Klitschko, qu’il préside toujours.

Pour sa participation active au programme international de l’UNESCO « Éducation pour les enfants nécessiteux », il a été nommé « Héros des enfants » par l’organisation.

En 2010, pour sa contribution au développement des relations germano-ukrainiennes et son aide aux enfants défavorisés, Klitschko a également été décoré du « Mérite de la République fédérale d’Allemagne ».

Vitali Klitschko est marié à une ex-mannequin, Natalia Egorova. Ils ont deux fils, nés en 2000 et 2005, et une fille, née en 2002.

4 commentaires

  1. Alors faut qu’on m’explique…cet article, c’est une commande de propagande ou un travail de journaliste? Dans un cas comme dans l’autre, il n’est pas inutile de mentionner que les freres Klitshko ont commence leur carriere « rentable » au service de Vitali Ribalko; alias « Ribki ». Extorsion de fonds, reglements de comptes, agressions sur commande…au bas mot. Pour les « journalistes » du courrier de Russie, il suffit d’aller sur Youtube pour voir la delegation qui rencontre Don King dans les annees 1990…Ribki est la et Borovik…et les freres Klitshko juste derriere…prets a defourailler! Tous des autorites de la pegre qui siegeaient deja a la Rada. Internet fourmille de photos aussi ou les deux enormes gorilles Klitshko entourent leur parain ‘vor v zakone » donnez-vous la peine de travailler et pas seulement de repomper la pub sur leur site de propagande..! Ribki a ete assassine en 2005. Ses petits proteges avaient une carriere a faire et ne pouvaient s’encombrer d’un « parain » aussi genant.

    1. @Frelwalten, Bravo donnez-nous encore BEAUCOUP D’infos comme celle-ci afin que nous les diffusions un max et montrions qui sont ces pourris, rentrons leurs dedans.

  2. Journalistes faites votre boulot et arrêtez les copiers- collers Wikipedia & Co ! On ne vient pas sur le site  » Courrier de Russie » pour retomber sur des articles du style de ceux pondus par les journaleux mainstream occidentaux !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *