Écotourisme : tout ce que la Russie a à vous offrir

Les correspondants de la revue Rousski reporter ont passé quelques jours sur les forums internet de tourisme, tels Youroute, Tourdom et 100 dorog. Ils se sont renseignés auprès des voyageurs chevronnés afin d’établir un classement des meilleurs circuits et destinations d’écotourisme sur l’ensemble du territoire russe – de la Carélie au Kamtchatka.

La Carélie

Où aller ? Du lac Vendyurskoe à la rivière Souna

Trajet du lac Vendyurskoe à la rivière Souna. Crédits: map.google.ru
La Carélie se situe entre les mers Blanche et Baltique, à 500 km au Nord-Est de Saint-Pétersbourg. Crédits : map.google.ru

Que faire sur place ? Le circuit de deux semaines « Le vernissage carélien » est un voyage en kayak à travers la taïga entourant Saint-Pétersbourg. Le parcours commence sur le lac Vendyurskoe, traverse les lacs Syapchozero et Myarandouksa, la rivière Nourmis et le lac Lindozero pour s’achever sur la rivière Souna – avec possibilité d’accéder au lac Lavalampi et à ses abruptes berges rocheuses. Le niveau de difficulté du parcours va croissant. La distance totale est de 120km, soit entre 10 et 24 km par jour. Pendant les moments de repos, les touristes peuvent profiter des plages de sable fin tandis que les amoureux de pêche trouveront toutes sortes de poissons : ces eaux sont peuplées non seulement de perches et de brèmes, mais aussi de brochets. Toutefois, prévient-on sur les forums, il faut emporter tout son matériel avec soi. Du bâton de marche aux ustensiles de cuisine en passant par l’équipement complet pour la tente – les touristes doivent se charger de tout. Le trajet aller jusqu’au lac Vendyurskoe et le retour jusqu’au refuge se font en bus. Sur le chemin, on peut d’ailleurs apercevoir la cascade Kivatch.

Comment s’y rendre ? En avion, train ou bus jusque Petrozavodsk. Le groupe (entre 8 et 20 personnes) retrouve le guide à la gare ferroviaire.

Combien ça coûte ? 13 000 roubles par personne (environ 285 euros).

Plus d’information ici

L’Adyguée

Où aller ? La crête Azish-Tau, les cascades Mechoko, le plateau Lago-Naki, les cascades Hadzhokhsky, le mont Oshten.

Parcours dans les montagne de l'Altaï et au bord de la mer Noire. Crédits: map.google.ru
L’Adyguée est un sujet de la Fédération de Russie dans les montagnes du Caucase et au bord de la mer Noire. Crédits : map.google.ru

Que faire sur place ? Le circuit « Montagne + mer » se divise en deux semaines, la première se déroulant dans les montages de l’Ouest du Caucase. Au programme : escalade, VTT et équitation. On débute par l’escalade du mont Oshten (2804m) et 10 km de rafting sur les rivières Keisha et Belaïa (Blanche, en russe), avec un parcours de difficulté de niveau deux et quatre. On dit que le plus impressionnant, ce sont les canyons, les grottes, les prairies et brousses d’altitude, les cascades, les dolmens antiques et les peintures préhistoriques. La deuxième semaine est consacrée à la détente sur les berges de la mer Noire. Si en montagne, vous êtes logé en centres écologiques –et dans d’anciens campings pendant l’ascension de deux jours du mont Oshten-, sur la côte, vous profitez en revanche d’un confortable hôtel.

Comment s’y rendre ? Au départ de Kasnodar, Maïkop ou Beloretchensk jusqu’au centre de repos ou à la maison d’hôte qui se trouve à 10 km de l’autoroute Dahovskaya – Lago-Naki. Le groupe est composé de 4 à 24 personnes.

Combien ça coûte ? De 19 000 à 21 500 roubles par personne (entre 415 et 470 euros). Le transfert de la montagne à la mer est à payer séparément et en supplément.

L’Altaï

Où aller ? Le versant Sud du mont Belukha

La zone montagneuse de l'Altaï est comprise entre le Kazakhsan, la Mongolie, la Chine et la Russie. Crédits: map.google.ru
La zone montagneuse de l’Altaï est comprise entre le Kazakhsan, la Mongolie, la Chine et la Russie. Crédits : map.google.ru

Que faire sur place ? Les membres des forums touristiques sont unanimes : la randonnée à cheval dans les monts Altaï est le classique de l’écotourisme. L’un des circuits les plus impressionnants, à les en croire, est le tour du « Versant Sud du Belukha » qui s’étend sur plus de 1300 km. La majeure partie du trajet s’effectue en voiture, puis vous parcourez 208 km à cheval et seulement 15 km à pied. La voiture vous emmène sur la route de la Tchouïa, à 1800 m au-dessus du niveau de la mer. Au village de Djazator, les voyageurs continuent la route à cheval. Sur le chemin, tracé déjà par les nomades, s’ouvre à vous la steppe Samaha et les éperons rocheux de la crête sud de Tchouïa, semi-désertique, qui rappelle les paysages et les prairies de Mongolie. Il s’agit d’un parcours globalement difficile : il faut surmonter la longue montée jusqu’à la côte escarpée de la rivière Argut, passer les anciennes pistes des caravanes -des chemins presque invisibles- et atteindre le glacier Mensa, qui descend du sommet du mont Belukha, plus haut sommet de Sibérie. Le retour longe les berges des rivières Kulagach et Karagem, où une halte est prévue pour découvrir les anciens pétroglyphes. Enfin, le groupe rejoint les zones montagneuses de Kara-Suu et, de là, le village de Djazator. Le voyage, prévu pour des groupes de 8 à 10 personnes, dure 13 jours en tout.

Comment s’y rendre ? Au départ de Novossibirsk, Barnaoul ou des montages de l’Altaï, se rendre jusqu’au village de Barangol, district Maïminski.

Combien ça coûte ? 28 500 roubles par personne (environ 620 euros).

Plus d’information

L’Oural Sud

 Où aller ? La crête Bachtau, la rivière Belaïa, la réserve naturelle de Bachkirie, la grotte de Kapova, la montagne du Grand Shatak

L’Oural est une chaîne de montagnes qui s’étire sur plus de 2 000 km, de la mer de Kara au nord jusqu'aux steppes du Kazakhstan au sud. Crédits: map.google.ru
L’Oural est une chaîne de montagnes qui s’étire sur plus de 2 000 km, de la mer de Kara au nord jusqu’aux steppes du Kazakhstan au sud. Crédits : map.google.ru

Que faire sur place ? Le titre du circuit, « Kaléidoscope de l’Oural du Sud », parle de lui-même – en six jours, il permet de découvrir une quantité impressionnante de merveilles de la nature et de la culture régionales. On se déplace à pied, mais aussi en bus, à cheval et en catamaran. Le programme culturel, en bref : l’Église Saint-Nicolas, les sources sacrées, les villages et lieux de Demidov et Gornozavod associés au nom de Pougatchev (prétendant au trône ayant mené une insurrection cosaque au 18ème siècle, pendant le règne de Catherine II, ndlr), les villages et ruches de Bachkirie. Au programme de la partie « nature » du séjour : randonnée à cheval pour quitter les piémonts des crêtes Kraka et Bachtau, suivie d’une balade en voiture dans les réserves naturelles d’État de Bachkirie et de Shulgan-Tash. Au passage, vous découvrirez la grotte de Kapova et visiterez les mines d’or en empruntant un chemin dans la montagne du Grand Shatak. Enfin, vous terminez le parcours par 17 km de rafting sur la rivière Belaïa et ses différents niveaux d’eau. L’itinéraire est construit de façon à ce que les nuits « sauvages », en tente, alternent avec des nuits « civilisées », dans des hôtels.

Comment s’y rendre ? Prendre l’avion jusque Oufa puis le train jusque Beloretsk (450-650 roubles), où le guide rencontre le groupe. Le transfert de Beloretsk au village de Kaga, où se trouve le refuge, est compris dans le prix du circuit. Groupe de 4 à 15 personnes.

Combien ça coûte ? 11 200 roubles par personne (environ 250 euros).

Plus d’information

L’Oural central

La rivière Tchoussovaïa. Crédits : geo.perm-dom.ru
La rivière Tchoussovaïa. Crédits : geo.perm-dom.ru

Où aller ? La rivière Tchoussovaïa

La rivière Tchoussovaïa s'étend sur 592km et arrose kraï de Perm et les oblasts de Sverdlovsk et de Tcheliabinsk. Crédits: map.google.ru
La rivière Tchoussovaïa s’étend sur 592km et arrose la kraï de Perm et les oblasts de Sverdlovsk et de Tcheliabinsk. Crédits : map.google.ru

Que faire sur place ? Ce parcours d’une semaine sur le légendaire fleuve Oural, baptisé d’après le célèbre roman d’Alekseï Ivanov La révolte d’or, constitue, de l’avis des membres des forums,  un véritable spectacle. Vous serez servis si vous aimez les jeux de rôles, les touristes devenant eux-mêmes les acteurs du voyage : le groupe de 15 personnes est divisé en équipes – les Vogouls (tribu locale), les esclaves, les Vieux croyants, les propriétaires fonciers et les mineurs – qui se lancent à la recherche d’un trésor enfoui quelque part sur les berges de la rivière Tchoussovaïa. Pendant le parcours, les touristes-aventuriers décident des tâches logiques et tactiques à niveaux de difficulté variables. Ainsi, même les excursions sur les sites historiques se déroulent sous forme de jeux. Les missions sont données chaque soir au refuge. À la fin du parcours, l’équipe victorieuse est désignée et devient l’heureuse « gagnante » de l’or de Pougatchev.

Comment s’y rendre ? En avion ou en train jusqu’à Ekaterinbourg. Le guide attend le groupe à la gare ferroviaire.

Combien ça coûte ? De 15 000 à 20 000 roubles par personne ( environ entre 325 et 435 euros).

Plus d’information

L’Oural polaire

Où aller ? Les fleuves Bolshaïa Lagorta et Voïkar, le lac Voïkarskï Sor.

Le fleuve Bolshaïa Lagorta perdu dans la vaste Sibérie occidentale. Crédits: map.google.ru
Le fleuve Bolshaïa Lagorta se situe au Nord dans la vaste Sibérie occidentale. Crédits : map.google.ru

Que faire sur place ? Douze jours de « Rafting sur le fleuve Bolshaïa Lagorta » (c’est le nom du tour) dédiés aux amoureux de la pêche. Ce fleuve, perdu dans la vaste Sibérie occidentale, est l’un des rares sur la planète où l’on peut encore pêcher légalement l’ombre et la truite, ces poissons qu’un pêcheur digne de ce nom est prêt à aller chercher au bout du monde. Si le bout du monde n’est ici que l’arrondissement Chouricharski, en région autonome de Iamalie, il se mérite : préparez-vous à être secoué dans une jeep et balancé en bateau et en catamaran. La principale partie du voyage se fait en catamaran, avec des niveaux de difficulté un et deux. Le logement est à la sauvage : en campings, au milieu des moustiques. Mais toutes les difficultés et épreuves s’oublient vite grâce aux excellentes prises de pêche, à la nature magnifique et à l’authentique sauna russe (bania) qui vous attend à la fin du séjour.

Comment s’y rendre ? Le guide retrouve le groupe (entre 6 et 10 personnes) à la gare ferroviaire de Kharp, où s’arrête le train Moscou-Labitnangi. On peut également y accéder depuis l’Est : de Salekhard jusqu’à Labitnangi, puis jusque Kharp (32 km au total).

Combien ça coûte ? De 391 900 à 431 900 roubles par groupe (environ entre 5800 et 9500 euros).

Le Baïkal

Où aller ? L’île d’Olkhone, la baie Pestchanaïa et le village de Listvianka

Le lac Baïkal, rsitué dans le sud de la Sibérie, représente la plus grande réserve d'eau douce liquide de surface au monde. Crédits: map.google.ru
Le lac Baïkal, situé dans le sud de la Sibérie, représente la plus grande réserve d’eau douce liquide de surface au monde. Crédits : map.google.ru

Que faire sur place ? Le lac Baïkal est l’un des plus beaux du monde et depuis longtemps un haut lieu touristique. Le séjour « Cocktail d’aventures au Baïkal » prévoit une randonnée à pied et un parcours en kayak, à VTT et à cheval. En dix jours, le circuit comprend la visite de l’île d’Olkhone, l’escalade de la roche Chamanka (plus connue sous le nom de cap de Bourkhan), la traversée des steppes Tajeranski et une descente dans la grotte Aya. Les nuits sont prévues en camping, dans la baie Pestchanaïa, où vous pourrez découvrir le village pittoresque de Listvianka, où la rivière Angara prend sa source.

Comment s’y rendre ? En train ou en avion jusque Irkoutsk, où le groupe (jusqu’à 12 personnes) retrouve le guide, à la gare ferroviaire ou à l’aéroport. Le guide gère le transfert jusqu’à l’île d’Olkhone.

Combien ça coûte ? De 45 500 à 64 300 roubles par personne (environ entre 1000 et 1400 euros).

Plus d’information

La taïga de l’Oussouri

Où aller ? Municipalité du kraï de Khabarovsk, Imeni Lazo.

La taïga de l'Oussouri dans la Kraï de Primorie, à l'extrême sud de l'Extrême-Orient russe. Crédits: map.google.ru
La taïga de l’Oussouri se situe dans la Kraï de Primorie, à l’extrême sud de l’Extrême-Orient russe. Crédits : map.google.ru

Que faire sur place ? Le circuit baptisé « Sur les traces du tigre de l’Amour » permet d’observer le plus grand des grands chats dans son habitat naturel. Et c’est dans la taïga de l’Oussouri que ça se passe. Les voyageurs (en groupes de 10 maximum) sont installés dans de petites maisons de 2 à 3 personnes. Le refuge est situé sur le territoire de la réserve forestière. Les incursions quotidiennes dans la taïga, sous la direction de rangers expérimentés, permettent de contempler les habitudes du roi de la taïga d’assez près pour prendre des photos. Le temps passe si vite que vous ne verrez pas arriver la fin de la semaine.

Comment s’y rendre ? En avion ou en train jusque Khabarovsk, puis le guide vous amène au refuge de Imeni Lazo.

Combien ça coûte ? 62 400 roubles par personne (environ 1400 euros).

 Le Kamtchatka

Où aller ? Le lac Kourile, la Vallée des geysers, la réserve naturelle de la biosphère de Kronotski, la zone de villégiature Paratunskaïa, le cratère du volcan Moutnovski et la baie d’Avatcha

Le Kamtchatka est une péninsule volcanique de 1 250 km de long située en Extrême-Orient russe qui s'avance dans l'océan Pacifique. Crédits: map.google.ru
Le Kamtchatka est une péninsule volcanique de 1 250 km de long située en Extrême-Orient russe et qui s’avance dans l’océan Pacifique. Crédits : map.google.ru

Que faire sur place ? « Les sept merveilles du Kamtchatka » est un des circuits les plus enrichissants de l’Extrême-Orient. Les voyageurs visitent le lac Kourile, avec ses bancs de saumons et ses ours pêcheurs, marchent au pied du cratère du volcan Ksudach et plongent dans les eaux des sources chaudes. Et ce n’est que le début ! L’hélicoptère dépose ensuite les touristes sur la Vallée des geysers (une vue magnifique s’ouvrant sur les volcans au moment du survol), où le groupe se rend dans la caldeira du volcan Ouzon. S’ensuit, dans les alentours du village Malka, un parcours assez facile sur la rivière avec des arrêts pour la pêche. Le voyage continue en voiture sur une route en serpentins jusqu’au volcan Moutnovski, puis avec une randonnée jusqu’au cratère à travers l’ouvala de Pemzovy. Les voyageurs observent la façon dont les jets de vapeur sortent de la glace fissurée et découvrent ce que sont les chaudières de boue bouillonnantes et le souffre à l’état naturel. Pour finir, le groupe profite de balades sur la mer de la baie d’Avatcha et de la pêche de fond, de maquereaux et de plies, du cap Bezymanny (« Sans nom ») et de l’île Starichkov, où les guillemots font leur nid et où les phoques bronzent au soleil. Le tout en une semaine.

Comment s’y rendre ? En avion jusque Petropavlovsk-Kamchatski. Le groupe retrouve le guide à l’aéroport Elizovo.

Combien ça coûte ? De 90 400 à 97 300 roubles par personne ( environ entre 1970 et 2100 euros).

Les îles Komandorski

Où aller ? La réserve naturelle Komandorski : les îles Béring, Medny, Toporkov, Ari Kamen

Komandorski
Les îles Komandorski sont un groupe d’îles isolées de la mer de Béring et à l’est de la péninsule du Kamtchatka. Crédits : map.google.ru

Que faire sur place ? Les îles Komandorski, difficiles d’accès et restées vierges, ont pu préserver leur nature dans sa forme originale. Le voyage dure 12 jours, accompagné par un employé de la réserve. Découvrez le jeu des baleines et orques, des colonies d’oiseaux, des lions des mers et des phoques à l’air de peluches. L’île Medny, avec ses paysages rocheux et ses cascades de plusieurs mètres de haut, est considérée comme la plus belle de toute la partie nord de l’Océan Pacifique. Et, pour finir en beauté, le circuit prévoit une croisière le long de l’île Béring jusqu’à l’arc Steller, une création unique de la nature, considéré comme la carte de visite des îles Komandorski.

Comment s’y rendre ? En avion jusque Petropavlosk-Kamchatski. Le groupe retrouve le guide à l’aéroport Elizovo. Transfert au port maritime et puis en yacht jusqu’à l’archipel.

Combien ça coûte ? De 134 000 à 291 000 roubles par personne (environ entre 2920 et 6350 euros).

La mer Blanche

 Où aller ? Les îles Solovki, à travers les rivières Onega et Ladoga

Les îles Solovki forment un archipel au nord-ouest de la Russie dans la mer Blanche? Crédits: map.google.ru
Les îles Solovki forment un archipel dans la mer Blanche au Nord-Ouest de la Russie. Crédits : map.google.ru

Que faire sur place ? Le séjour « Nuits Blanches dans le Grand nord » est le voyage de ceux qui veulent découvrir la Carélie en profondeur – non seulement sa nature mais aussi son patrimoine culturel. Le séjour convient à ceux qui, la nuit, préfèrent les hôtels aux tentes et, sur l’eau, le bateau au rafting. En une semaine, vous visitez la ville de Kondopoga et celle de Sortavala, la réserve naturelle-musée de Kiji, mondialement connue et le monastère de Valaam. Vous pourrez encore jeter un coup d’œil au cratère de l’ancien volcan Girvas, né il y a trois milliards d’années. Durant les trois jours que le groupe passe sur les îles Solovki, vous pourrez visiter le célèbre monastère de l’île, riche de son histoire et de son architecture impressionnante. L’archipel abrite également des vestiges païens du peuple Sami, datant des premier et deuxième siècles avant JC. C’est ici qu’a été construit le premier port en pierre du pays, mais aussi un aqueduc unique. Le circuit se termine sur la mer Blanche.

Comment s’y rendre ? En train jusque Petrozavodsk, où le groupe (14 personnes) retrouve le guide à la gare ferroviaire.

Combien ça coûte ? De 25 900 à 36 100 roubles par personne ( environ entre 570 et 790 euros).

Plus d’information

2 commentaires

  1. Bonjour, je suis interessé par la destination  » Taiga de l ‘Oussouri  » si je peux avoir des informations complémentaires, merci d ‘avance, cordialement Jean-louis Bonay

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *