Revue du 22/05 – Édouard Limonov (finalement) autorisé à manifester

Vous êtes pressé et accroc à l’actu, vous ne lisez pas la presse russe et vous avez peur de rater une nouvelle importante ? Le Courrier de Russie la décortique pour vous chaque jour, en quelques lignes.

Édouard Limonov (finalement) autorisé à manifester. Crédits: ed-limonov.livejournal.com
Édouard Limonov. Crédits: ed-limonov.livejournal.com

Édouard Limonov (finalement) autorisé à manifester

La mairie de Moscou a autorisé, pour la première fois depuis cinq ans, la manifestation bimensuelle de l’opposant et écrivain Édouard Limonov et de son parti non reconnu par le pouvoir, Une autre Russie, sur la place Trioumfalnaïa.

Depuis 2009, le mouvement Stratégie 31 organise en effet une manifestation tous les 31 du mois – en référence à l’article 31 de la Constitution russe, qui garantit la liberté de rassemblement. Ces actions étaient systématiquement interdites, et les opposants régulièrement arrêtés.

Pour les membres d’Une autre Russie, ce changement d’attitude des autorités municipales s’explique par le retrait de leur leader de la liste officielle des organisateurs de la manifestation. Pour les politologues, il serait plutôt lié au fait que l’action de l’opposant Limonov a perdu toute adhésion sociale.

Kommersant.ru

11,4 millions de dollars américains pour l’élection présidentielle ukrainienne

La porte-parole du département d’État américain, Jennifer Psaki, a déclaré que les États-Unis débourseraient 11,4 millions de dollars pour l’organisation et la tenue de l’élection présidentielle du 25 mai en Ukraine : « Nous avons accordé un total de 11,4 millions de dollars pour soutenir des élections libres et équitables en Ukraine » a-t-elle déclaré. Les États-Unis y enverront en outre près de 100 observateurs – soit un dixième du nombre total d’observateurs mondiaux qui seront sur place au moment du scrutin.

Dans l’ensemble, pour le département d’État américain, l’Ukraine est « prête pour les élections » : « Même à Donetsk et Lougansk, les commissions électorales travaillent normalement, malgré les circonstances difficiles », a poursuivi la porte-parole américaine. Pour sa part, le président du comité des électeurs d’Ukraine, Oleksandre Tchernenko, a déclaré le 19 mai à la BBC que les responsables des commissions électorales des régions orientales « subissent des pressions psychologiques, et des cas d’arrestation ont été enregistrés ».

Expert.ru

L’ONU refuse d’enquêter sur la tragédie d’Odessa

La proposition de la Russie d’adresser au secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon une demande pour la conduite d’une enquête sur la tragédie d’Odessa a été rejetée par les membres du Conseil de sécurité de l’organisation, indique le représentant permanent de la Russie à l’ONU, Vitali Tchourkine. « Malheureusement, les membres du Conseil de sécurité n’ont pas pu appuyer notre demande de faire appel au secrétaire général pour mettre en place une enquête impartiale » a-t-il déclaré.

L’incendie du 2 mai dans la Maison des syndicats à Odessa avait fait 48 morts et provoqué un tollé en Ukraine et en Russie. Les militants prorusses d’Odessa, lors d’affrontements de rue contre les activistes de l’Euromaïdan, s’étaient barricadés dans la Maison des syndicats, sur la place Koulikovo pole. Pour les atteindre, les partisans de l’Euromaïdan ont alors jeté dans le bâtiment des cocktails Molotov, causant un incendie qui a entraîné la mort de 48 personnes. L’expertise montre que la majorité des victimes sont décédées d’un arrêt respiratoire dû à l’exposition à un produit chimique. Selon le chef du service des enquêtes du ministère ukrainien de l’Intérieur Vitali Sakal, il s’agit de chloroforme. Plusieurs personnes sont également mortes suite à des blessures par balle.

Lenta.ru

Sud-Est ukrainien : libération du journaliste britannique Graham Phillips

Sud-Est ukrainien : libération du journaliste britannique Graham Phillips. Crédits: Compte Twitter Graham Phillips
« Le journaliste de RT @GrahamWP_UK, détenu en Ukraine, libéré et prêt à retourner travailler » – Crédits: Compte Twitter de Russia Today

Le journaliste britannique indépendant, en mission pour la chaîne de télévision Russia Today, a été libéré mercredi 21 mai. Il avait été arrêté la veille par la Garde nationale ukrainienne à Marioupol, ville du Sud-Est de l’Ukraine. « Pour le moment, je n’ai récupéré ni mon téléphone ni mes affaires, j’espère les avoir demain. Merci pour tous vos messages de soutien. Tout va bien », a écrit Graham Phillips sur sa page Twitter au moment de sa libération.

Dans une intervention sur la chaîne Russia Today juste après sa libération, le journaliste britannique souligne que les forces ukrainiennes l’ont traité dignement, qu’il n’a été ni menacé d’expulsion ni violenté. Les gardes nationaux ukrainiens l’ont interrogé sur son travail pour Russia Today et sur son point de vue concernant la situation en Ukraine : « Ils n’étaient pas d’accord avec certaines de mes opinions. Mais aujourd’hui, je suis libre » a notamment déclaré M. Phillips.

Le centre de presse des services ukrainiens de sécurité a déclaré que le citoyen britannique avait été reconduit au consulat mercredi 21 mai, à 21h, et précisé que Graham Phillips avait été arrêté « pour tournage non-autorisé sur des sites sensibles ».

Newsru

Les entreprises allemandes souhaitent renforcer la coopération avec la Russie

Le magazine allemand Der Tagesspiegel a publié lundi 20 mai une enquête sur les entreprises allemandes qui s’attachent à maintenir et consolider les liens avec la Russie. En tête de liste, on retrouve le groupement « Forum germano-russe », dirigé depuis 2014 par le célèbre homme politique allemand Matthias Platzeck. Ce dernier avait notamment, dans une interview accordée le 18 mai au journal Spiegel, exhorté l’Ukraine à poursuivre le dialogue avec la Russie.

Le Forum germano-russe regroupe la plupart des entreprises impliquées dans des projets russo-allemands, telles le plus gros pétrolier du pays Wintershall ou le groupe bancaire Commerzbank.

La crise ukrainienne a en effet mis en question la coopération entre les entreprises russes et allemandes, et provoqué une scission au sein de l’élite politique allemande. Alors que la chancelière Angela Merkel continue de soutenir les États-Unis et promet d’adopter des sanctions de plus lourdes contre la Russie, certains entrepreneurs allemands s’opposent à cette approche, qui menace sérieusement, pour eux, l’économie nationale elle-même.

Selon The Wall Street Journal, près de 6200 entreprises allemandes sont présentes en Russie, et un renforcement des sanctions pourrait coûter au pays 300 000 emplois.

Expert.ru

Des mineurs du Sud-Est de l’Ukraine accueillis au Kouzbass

Les autorités de la région de Kemerovo, dans le Sud sibérien, ont embauché aujourd’hui deux mineurs de Dimitrov, ville de la région ukrainienne de Donetsk. Le gouverneur de la région russe, Aman Touleev, a en effet invité les mineurs ukrainiens à venir travailler dans les mines du Kouzbass, qui abritent le plus grand gisement russe de charbon. Le président des mineurs du Kouzbass a ainsi décidé que les Ukrainiens qui viendraient travailler dans sa région bénéficieraient d’un logement, de prêts concessionnels ainsi que d’un crédit d’achat de logement exempt d’acompte et d’intérêt sur 20 ans. Depuis le début de l’année 2014, 186 citoyens ukrainiens ont obtenu des permis de séjour et de travail dans la région de Kemerovo – soit le double du nombre de l’année dernière pour la même période.

Expert.ru

Krasnoïarsk, ville la plus motorisée de Russie

Krasnoïarsk, ville la plus motorisée de Russie. Crédits: krsk.sibnovosti.ru
En un an, le parc automobile de Krasnoïarsk s’est étoffé de 20 000 voitures supplémentaires – Crédits: krsk.sibnovosti.ru

La police routière de Krasnoïarsk a publié des statistiques indiquant que cette ville d’un million d’habitants compte environ 500 000 voitures individuelles. En un an, le parc automobile s’est étoffé de 20 000 voitures supplémentaires. Krasnoïarsk décroche ainsi le titre de ville la plus motorisée de Russie. À titre de comparaison, on compte à Moscou 380 véhicules pour 1000 habitants, et 271 en moyenne en Russie, transports en commun et de marchandises compris.

Smartnews

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *