Odessa: une survivante de l’incendie témoigne

42 personnes au moins ont péri, hier 2 mai, dans un incendie à la Maison des syndicats d’Odessa. Les victimes sont des activistes prorusses, réfugiés dans le bâtiment de la Maison pour tenter de se protéger de militants de l’Euromaïdan qui les poursuivaient. Pour les atteindre, les activistes de l’Euromaïdan ont jeté des cocktails Molotov dans la Maison des syndicats, provoquant un incendie. La plupart des victimes ont été brûlées vives à l’intérieur, et au moins huit personnes sont mortes en tentant de sauter par les fenêtres. La radio moscovite Echo de Moscou a publié sur son site un témoignage d’une survivante de l’incendie.

Maison des syndicats à Odessa. Crédits: vk.com
Maison des syndicats à Odessa. Crédits: vk.com

J’étais sur place moi-même, dans la Maison des syndicats en feu. J’ai failli étouffer. Les pompiers ont mis un temps impardonnablement long à venir, 20 minutes, et je présume que ce n’est absolument pas par hasard. Pas plus que l’absence totale de la police. Quand j’ai réussi à me sauver, les pompiers n’étaient pas encore là, des gens en civil m’ont aidée à descendre – visiblement, des citoyens ordinaires.

Pourquoi les gens se sont retrouvés là-bas ? Parce que les ultras et autres « patriotes ukrainiens » ont commencé d’arriver de partout en courant avec des bâtons, des chaînes, des pierres et des cocktails Molotov. Il n’y avait pas vraiment d’endroit où reculer, parce que les gens ont tout simplement été poussés dans un piège. Les gens que j’ai vus étaient très mal armés, si même on peut appeler ça des armes : bâtons, battes, bouts de planches. C’est tout. Pas une seule arme à feu ni rien de tel. Il y avait beaucoup de femmes, de gens âgés, qui étaient venus apporter des médicaments, des Odessites ordinaires (je le souligne ! pas un seul militaire professionnel, mercenaire ou étranger). C’est ce que j’ai vu moi-même aux étages où j’étais (premier ou deuxième).

Très rapidement, un cocktail Molotov a volé par la fenêtre, et le feu a pris dans le couloir. Il y avait un extincteur, mais on n’a pas réussi à localiser le départ de feu. Avec une dizaine d’autres personnes, nous nous sommes réfugiés dans un des bureaux, c’était noir de fumée et il n’y avait pas d’air, on s’est tous couchés sur le sol, où il restait de l’air respirable. À côté de moi, les gens gémissaient, priaient et téléphonaient à leurs proches pour qu’ils appellent les pompiers. Dans les couloirs, la situation était encore pire, vu que dans notre bureau, il y avait une fenêtre ouverte, qui laissait quand même passer un peu d’air. Nous avons téléphoné et attendu, mais l’aide ne venait toujours pas, mes proches ont dit qu’à la caserne des pompiers, soit ils ne décrochaient pas, soit c’était occupé en permanence.

Au bout de vingt minutes, on nous a jeté un câble, nous l’avons attaché à un radiateur, et les gens ont commencé de descendre peu à peu le long du câble jusqu’au sol. Dans les corniches, en bas, se tenaient des gens en civil, qui nous aidaient à descendre, vu que les étages sont hauts, et qu’on aurait pu s’écraser facilement. Je n’ai pas vu si quelqu’un descendait après moi, vu que les gens se sentaient mal, un téléphone sonnait, mais le propriétaire ne répondait pas.

Après la descente, on m’a donné de l’eau, et les partisans de Maïdan ont commencé de s’en prendre à nous, mais j’ai eu le temps de quitter les lieux avant que nos chers « européens » et démocrates » ne se mettent à frapper les survivants juste parce qu’ils avaient survécu et qu’ils n’avaient pas brûlé vifs.

Pourquoi je me suis retrouvée sur place ? Parce que je suis médecin, et que mes amis étaient là-bas, et que je ne pouvais pas les laisser tomber dans le malheur.

… Pour la première fois de ma vie, j’ai eu envie de quitter pour toujours Odessa et l’Ukraine. Pour aller peu importe où, mais loin d’ici.

10 commentaires

  1. C´est dommage ce á quoi nous assistons dans ce pays, nous allons vers une catastrophe, l´Ukraine aurait dû négocier avec la Russie pour trouver un terrain d´entente, car on ne peut ignorer un tel voisin, ce sont des frères, toutefois, voici deux proverbes Russes que les Ukrainiens devraient méditer.
    1) Les Russes tardent á se mettre en selle, mais ensuite, ils chevauchent très vite.
    2) La Russie ne s´énerve jamais lorsqu´elle est menacée, elle se concentre.

  2. 1) oui, c’est une tragédie et ce témoignage est touchant
    2) on aimerait aussi entendre parler sur ce journal de la bande de voyous qui a initié ces violences en attaquant une manifestation pour l’unité ukrainienne. (Ce qu’on préfère passer sous silence quand cela ne correspond pas à l’idéologie « gouvernement de fascistes-OTAN-nazis »)
    3) Le « nos chers « européens » et démocrates » »… est une rhétorique dangereuse de type novlangue.
    4) de la même façon, ce journal a repris l’information disant qu’un soldat ukrainien blessé avait été abandonné par ses camarades (ayant auparavant pris soin de lui retirer son arme). Information FAUSSE et démentie, qui va tout simplement à l’encontre du bon sens si on connait un tout petit peu les principes militaires. Mais sans doute ces fausses rumeurs servent-elles à discréditer les partisans du changement politique qui voudraient des élections. Le contraire d’une élection c’est quoi??? Un coup d’état armé et des maires autoproclamés!!! Le président par intérim n’a certes pas été élu mais il promet une élection dans laquelle il ne se présente pas. N’est-ce pas préférable à une annexion russe pour le maintient de la paix ?

  3. Triste témoignage. Il faut une fédéralisation de l’ Ukraine s’arrêtent pour toujours.

    1. Il existe une différence entre une tragédie et un crime. Une mine explose : c’est une tragédie, on brûle le gens c’est un crime. Il faut payer pour un crime,sais-tu qu’aucune enquête n’a été ouverte, personne de ces animaux n’a été arrêtée, Tymochenko a félicité ces fachos d’avoir sauve l’unité de l’Ukraine. Sous Iouchtchenko, qui était pro-européen, avez-vous vu l’armée russe à la frontière? Avez-vous vu les pro-russes prendre les armes? Avez vous vu les gens brûlés vifs? Bon sang analysez ce qui est devant vous!!! Devant vous est l’utilisation de radicaux pour mater un pays, et nous avons déjà vu ça: Afghanistan.

  4. J’ai oublié la moitié de ma phrase…Triste témoignage. Il faut une fédéralisation de l’Ukraine pour que les violences se terminent définitivement.

  5. Vos maitres penseurs,  »Les démocrates  » en Ukraine font brûler vifs des gens dans une maison des syndicats; mais l’ennemi, bien sûr, c’est le noyau patriotique!

  6. Je suis révoltée par ces interventions.Avez-vous bien compris qu’il y a eu 42 victimes dont beaucoup brûlées vives ?? Au 21ème siècle ? Une telle barbarie commise par les nationalistes successeurs de Bandera ne m’étonne pas. Ils continuent allègrement la politique nazie de leur idéologue. C’est atroce, cette façon d’agir.
    Qu’attendent des Russes pour intervenir et défendre leurs compatriotes qui se sont retrouvés en Ukraine par délimitation bête des fronières lors de l’ex-URSS ?
    Et que Obama ferme sa gueule ! Oui, je le dis grossièrement même si ce n’est pas dans mes habitudes. J’avais du respect pour lui mais il n’est qu’un politicien sans scrupules se fichant pas mal des Ukrainiens, qu’ils soient nationalistes ou pro-russes.
    Et l’Europe devrait avoir honte.
    Ce qui aberrant dans cette histoire qui a amené cette tragédie, c’est que la Russie est toujours accusée, mais de quoi ? Justement, elle ne fait rien. Il est temps d’arrêter vos mensonges, les politiciens sans âme.

  7. Bonjour ! où peut-on venir pour manifester en France contre les fascistes-maîdan, après ce qu’ils ont fait à Odessa ?

  8. C’est un drame épouvantable! Mais qui souffle sur les braises? Qui agit sous les cendres? Compassion et amour pour les victimes et leur famille! L’enfer pour ceux qui manipulent…Que chacun réfléchisse! Je n’irai pas plus loin dans mes commentaires et ne réagirai à aucune intervention nationaliste de quelque bord!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *