Revue du 1/04 – Les Ukrainiens de Crimée pourront conserver leur nationalité ukrainienne

Vous êtes pressé et accroc à l’actu, vous ne lisez pas la presse russe et vous avez peur de rater une nouvelle importante ? Le Courrier de Russie la décortique pour vous chaque jour, en quelques lignes.

Crédits: zn.ua
Crédits: zn.ua

Les Ukrainiens de Crimée pourront conserver leur nationalité ukrainienne

Les résidents de Crimée, devenus citoyens russes de facto suite à l’adhésion de la péninsule à la Fédération de Russie, pourront conserver parallèlement leur citoyenneté ukrainienne, a annoncé le responsable du Service fédéral russe des migrations, Fedor Karpovets, le 31 mars. Il précise que, contrairement à la plupart des cas d’acquisition de la nationalité russe par des étrangers, la Russie n’exigera pas que les Ukrainiens de Crimée renoncent à leur citoyenneté ukrainienne.

Peuplée en majorité de russophones, la république autonome de Crimée a proclamé son indépendance vis-à-vis de l’Ukraine et sa réunification avec la Russie à l’issue d’un référendum organisé le 16 mars 2014, où 96,7% des habitants de la péninsule ont appuyé cette décision. Le 18 mars, la Russie et la Crimée ont signé un traité sur le rattachement de la république de Crimée et de la ville de Sébastopol à la Fédération de Russie.

Ria Novosti

L’Italie compte se passer du gaz russe

L’Italie pense pouvoir se chauffer pendant l’hiver 2014-2015 sans importer de gaz russe, rapportent plusieurs médias internationaux du 31 mars, citant le PDG du groupe pétrogazier italien Eni, Paolo Scaroni. « Nous sommes certains qu’en cas de cessation des livraisons de gaz russe via l’Ukraine à l’hiver prochain, nous pourrons nous en passer », a indiqué M. Scaroni, cité par l’agence Reuters.

Auparavant, M. Scaroni avait pourtant déclaré que l’Europe avait un tel besoin des importations gazières russes qu’il était impossible de parler d’indépendance énergétique.

À ce jour, l’Italie importe 90% de ses besoins en gaz, dont plus de 50% depuis la Russie. Selon le géant gazier Gazprom, l’Italie a presque doublé ses importations de gaz russe en 2013, les portant à 25,33 milliards de m³ contre 15,08 milliards en 2012.

Forbes

Gazprom arrive en Crimée

Le géant gazier Gazprom s’apprête à construire un gazoduc reliant la partie sud de la Russie à la péninsule de Crimée, rapporte le quotidien Vedomosti le 1er avril. « Sans gaz, il sera impossible de générer assez d’électricité pour les besoins de la Crimée, il est donc très probable que ce gazoduc soit construit rapidement », précise la source gouvernementale du quotidien.

D’après une source proche de Gazprom, la société est en train d’étudier les projets de construction possibles, dont deux reliant Sébastopol au gazoduc South Stream via Anapa ou Krasnodar. Le coût du chantier est évalué de 200 millions à 1 milliard de dollars.

Rappelons que le 23 mars, la société d’électricité ukrainienne, Ukrenergo, a réduit de 50% le volume d’électricité qu’elle accordait à la Crimée.

Vedomosti

Le gazoduc South Stream. Crédits: neurope.eu
Le gazoduc South Stream. Crédits: neurope.eu

Trois blessés dans une fusillade à Kiev

Une fusillade, provoquée par un membre du groupe ukrainien radical nationaliste Secteur droit, a fait trois blessés dans la soirée du 31 mars dans le centre de Kiev, annonce le ministre ukrainien de l’Intérieur. Les faits se sont déroulés devant le restaurant Mafia, à une centaine de mètres de la place de l’Indépendance (Maïdan).

« Selon les témoignages, c’est un certain Orest, membre de Secteur droit âgé de 33 ans, qui a ouvert le feu. Trois personnes sont blessées, dont deux grièvement, a indiqué le ministre Arsen Avakov sur sa page Facebook. Parmi les blessés, on compte deux combattants des forces d’autodéfense de Maïdan et le vice-président de l’administration de la ville de Kiev, Bogdan Doubass », poursuit le ministre. Il précise que l’auteur des coups de feu était ivre au moment de la fusillade. L’homme le plus grièvement blessé serait aussi un membre du Secteur droit.

Pour rappel, les membres du Secteur droit avaient promis de venger la mort de leur « confrère », le militant ultranationaliste ukrainien Alexandre Mouzytchko, alias Sachko Bily, tué par la police dans la ville ukrainienne de Rivne dans la nuit du 24 au 25 mars.

Newsru.com

Le chef des Tatars de Crimée se méfie des Russes

Moustafa Djemilev, dirigeant du Mejlis, le conseil exécutif et représentatif des Tatars de Crimée, a participé à la rencontre informelle des membres du Conseil de sécurité de l’ONU qui s’est tenue le 31 mars à New-York sur l’avenir de cette minorité nationale de la péninsule.

« Le droit d’auto-détermination ne peut s’appliquer qu’aux peuples autochtones. Et nous sommes le seul peuple autochtone de la Crimée », a déclaré M. Djemilev, dénonçant « l’absurdité » du référendum du 16 mars. À l’en croire, le taux de participation réel au référendum ne serait que de 32,4 %, contre les 82 % officiellement annoncés. « Nous n’avons pas confiance dans les promesses des Russes, car nous avons de la mémoire historique », a-t-il ajouté.

À l’origine de cette défiance, la déportation en masse des Tatars de Crimée, peuple habitant la région depuis le XIIIè siècle, sur un décret de Staline du 18 mai 1944.

Newsru.com

Le sous-marin ukrainien Zaporijia
Le sous-marin ukrainien Zaporijia. Crédits: flot2017.com

Début de la conscription 2014

La saison d’appel dans l’armée a commencé en Russie le 1er avril. En 2014, les forces armées russes accueilleront 154 000 personnes, a annoncé le ministre russe de la défense, Sergueï Choïgou. Une exception sera faite pour les habitants de la Crimée et de Sébastopol, qui ne seront appelés à servir qu’à partir de l’année 2015.

Cette année, les appelés peuvent s’attendre à un certain nombre de nouveautés : chaque soldat recevra notamment une carte d’identité électronique ainsi qu’une trousse de toilette comprenant un rasoir, une brosse à dents, une serviette et de nombreux produits d’hygiène corporelle dont du gel douche et de la crème pour les mains.

La conscription concerne tous les citoyens russes de sexe masculin âgés de 18 à 27 ans. Le service obligatoire dure 12 mois.

Ria Novosti

La Russie n’arrive pas à se débarrasser de l’équipement militaire ukrainien

L’évacuation des unités militaires ukrainiennes de Crimée pose des « difficultés objectives », annonce le 31 mars le portail d’information newsru.com, citant des sources au sein du ministère russe de la Défense. Les bâtiments sont dans un si piètre état technique que les navires sont incapables de rejoindre les ports de Nikolaev et d’Odessa, que les avions ne décollent pas et que les blindés, datant des années 1970, ne peuvent même pas rouler jusqu’à leurs nouveaux stationnements. Le seul sous-marin ukrainien, le Zaporijia, obsolète depuis les années 80 et présentant un danger potentiel pour son équipage, sera rapatrié vers Odessa à l’aide d’un remorqueur par les spécialistes ukrainiens.  Rappelons que le président Vladimir Poutine a signé le 28 mars un accord sur le transfert de la Crimée à l’Ukraine de la propriété militaire ukrainienne.

Newsru.com

1 commentaire

  1. L’autodétermination est valable pour tous les habitants de la régions, les Tatars ayant été déportés ils ne sont plus autochtones

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *