Ukraine : les pro-russes s’emparent de bâtiments officiels à l’Est du pays

Une nouvelle vague de manifestations a submergé l’Est ukrainien ce dimanche 6 avril. À Donetsk, Kharkiv et Lougansk, des manifestants pro-russes ont pris d’assaut plusieurs bâtiments officiels et exigent la tenue d’un référendum sur le statut de leurs régions. Les activistes ont également proclamé la création d’une république populaire autonome de Donetsk.

Ukraine : les pro-russes s'emparent de bâtiments officiels à l'Est du pays
Ukraine : les pro-russes s’emparent de bâtiments officiels à l’Est du pays

À Donetsk, dimanche 6 avril, des manifestants pro-russes ont pris d’assaut le bâtiment de l’administration régionale. Ils ont retiré le drapeau ukrainien du sommet du bâtiment pour y hisser le drapeau russe. Environ deux mille manifestants pro-russes s’étaient rassemblés plus tôt sur la place Lénine avant de se diriger vers le bâtiment de l’administration régionale de Donetsk. Aux cris de « La police avec le peuple ! », les manifestants ont tenté de forcer le cordon policier. Une bagarre a ensuite éclaté entre les deux camps. Les forces de l’ordre ont brièvement résisté mais des hommes cagoulés leur ont arraché leurs boucliers, casques et matraques. Les hommes masqués ont finalement brisé le cordon et pénétré de force dans le bâtiment de l’administration.

Une fois le bâtiment sous contrôle, les manifestants ont barricadé les lieux, notamment à l’aide de pneus. Ils ont exigé que les élus locaux tiennent une session extraordinaire sur l’organisation d’un référendum, faute de quoi ils désigneraient leur propre « Conseil du peuple » pour le faire. Ils ont par ailleurs déployé sur la façade de l’administration une banderole proclamant « République de Donetsk ».

Un peu plus tard, dans la nuit du dimanche au lundi, des activistes pro-russes ont pris d’assaut le bâtiment des services de sécurité (SBU) de la région de Donetsk, rapporte le site d’information Novosti Donbassa.

Vers 12h le lundi 7 avril, les manifestants qui occupent le bâtiment de l’administration régionale ont finalement proclamé la création de leur « Conseil du peuple » et de la « république populaire autonome de Donetsk ». « La république populaire de Donetsk est créée dans les limites de la région de Donetsk. La décision entrera en vigueur dès après la tenue du référendum », a déclaré un des leaders du nouveau Conseil autoproclamé.

Le référendum devra être organisé avant le 11 mai. Les activistes ont également demandé au président russe Vladimir Poutine d’envoyer dans la région du Donbass des troupes russes de maintien de la paix. « Seule la Russie peut défendre notre culture russe. Seules des troupes russes de maintien de la paix peuvent influer sur la junte de Kiev qui s’est hissée au pouvoir par les armes et par le sang. », ont déclaré les activistes dans leur communiqué.

À Kharkiv, trois manifestations étaient prévues dans la ville pour la journée du dimanche 6 avril, qui ont rassemblé quelque 3000 personnes en tout : une pro-ukrainienne organisée par les activistes de Maïdan, et deux pro-russes, en faveur de la fédéralisation du pays.

Une cohabitation difficile, qui a rapidement dégénéré en bagarre. La police est intervenue en soutien des activistes pro-ukrainiens, en minorité. Ces 10 personnes avaient en effet été contraintes de quitter les lieux à genoux à travers un « couloir de la honte » formé par les manifestants pro-russes.

Les contestataires pro-russes ont ensuite fait irruption dans le bâtiment de l’administration régionale de Kharkiv, sans rencontrer d’opposition de la part de la police, avant de remplacer le drapeau ukrainien par le drapeau russe au fronton du bâtiment.

Les protestataires comptent camper sur leurs positions afin d’exiger la tenue d’une session extraordinaire du conseil régional. « Les habitants de Kharkiv resteront ici jusqu’au retour du pouvoir légitime et au rétablissement de l’ordre constitutionnel », a confié l’un des manifestants pro-russes à l’agence de presse ukrainienne Liga Novosti, soulignant que par « pouvoir légitime », ils entendaient Viktor Ianoukovitch.

Les activistes exigent la tenue d’une session extraordainaire en vue d’organiser dans la région de Kharkiv un référendum posant les questions suivantes : 1. Kharkiv doit-elle être un sujet de la Fédération ukrainienne ? (oui ou non). 2. Le russe doit-il avoir un statut de langue officielle dans la région de Kharkiv ? (oui ou non). 3. Doit-on refuser toute intégration à l’OTAN et l’UE ? (oui ou non).

À Lougansk, enfin, autre grande ville de l’Est du pays, les manifestants s’en sont pris au bâtiment des services de sécurité ukrainiens (SBU) dimanche 6 avril, en marge d’un rassemblement pro-russe d’un millier de personnes. Tout s’est déroulé très rapidement.

Les manifestants ont d’abord jeté des œufs, puis des pierres sur le bâtiment, brisant des vitres. « Honte au SBU ! », « La police avec le peuple ! », scandait la foule, exigeant en outre la libération des activistes pro-russes interpellés plus tôt dans la semaine par le SBU.

La police ayant échoué à les repousser à coups de grenades lacrymogènes, les manifestants sont finalement parvenus à pénétrer dans les locaux des services de sécurité.

Malgré la libération par le SBU de six militants arrêtés plus tôt, la situation, dimanche, restait tendue. « Nous attendons des renforts d’Artemivsk et de Donetsk », a déclaré à Vesti un des manifestants présents dans le bâtiment occupé.

Selon les données préliminaires, ces heurts entre forces de l’ordre et manifestants pro-russes ont fait deux blessés : un policier et une manifestante. Les activistes pro-russes ont également pris d’assaut, le même jour, la filiale de la Banque nationale d’Ukraine.

1 commentaire

  1. On se demande bien pouquoi l’Europe et les USA ne soutiennent pas ses manifestants?????? Ce doit être des « mauvais » parce qu’ils parlent russe!!!!! les dirigtants qui sont arrivés au pouvoir et qui soutiennent les fachos ne sont -ils pas arrivés au pouvoir par la rue ???

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *