Foire aux sanctions occidentales contre la Russie

De façon quasi simultanée, lundi 28 avril, les États-Unis et l’Union européenne ont annoncé de nouvelles sanctions à l’encontre de la Russie. Le Japon et le Canada ont ensuite suivi le mouvement et également pris des mesures de rétorsion contre les Russes. Les Occidentaux entendent ainsi répondre à l’attitude de la Russie à l’égard de l’Ukraine, et punir le non-respect de l’accord de « désescalade » conclu le 17 avril à Genève.

Vladimir Jinorovski, visé par les sanctions canadiennes - Crédits: Jürg Vollmer / Maiakinfo
Vladimir Jirinovski, visé par les sanctions canadiennes – Crédits : Jürg Vollmer / Maiakinfo

Les personnes sanctionnées par les Américains sont notamment concernées par un gel de leurs avoirs et une interdiction de visa pour se rendre aux États-Unis, comme l’a communiqué la Maison Blanche le 28 avril.

Parmi elles figurent deux membres proches de Vladimir Poutine, dont Igor Setchine, PDG de la compagnie pétrolière publique russe Rosneft. Ce dernier a qualifié les sanctions américaines de « réaction à la réorientation de Rosneft vers de nouveaux marchés pour réduire les risques géopolitiques » avant de citer l’homme politique et diplomate français Talleyrand : « Tout ce qui est excessif est insignifiant » et de préciser que la coopération de Rosneft avec les États-Unis ne serait pas affectée par ces mesures. 

Côté européen, quinze responsables viennent s’ajouter à la liste des trente-trois Russes et Ukrainiens pro-russes déjà visés par des gels d’avoirs et des interdictions de visa d’entrée dans l’Union européenne depuis le 20 mars.

Vingt-deux Ukrainiens qui faisaient partie de l’ancien régime sont par ailleurs sanctionnés par un gel de leurs avoirs pour « détournement de fonds publics ».

Le Canada  a, quant à lui, décidé de sanctionner deux banques russes et neufs hauts fonctionnaires, députés et hommes d’affaires. Sur la liste noire des personnalités visées par des restrictions de visa, on retrouve notamment le président du Parti libéral-démocrate de Russie, Vladimir Jirinovski.

À l’occasion d’un point presse à l’aéroport de Tokyo, le ministre japonais des Affaires étrangères Fumio Kishida a pour sa part déclaré que l’interdiction d’entrer sur le territoire japonais s’étendait à 23 fonctionnaires du gouvernement russe « impliqués dans la violation de la souveraineté de l’Ukraine ». Le ministre n’a cependant pas mentionné le nom des personnalités figurant sur la liste noire, mais le Japon a par ailleurs suspendu les négociations avec Moscou sur la libéralisation du régime des visas entre les deux pays.

Face aux sanctions occidentales de ce lundi 28 avril, les systèmes de paiement internationaux Visa et Mastercard ont cessé de fournir leurs services aux clients de InvestCapitalBank et SMP Banque. Les employés de ces banques sont en mesure de servir leurs clients propriétaires de Mastercard et Visa seulement dans leurs bureaux et à travers leurs propres distributeurs automatiques de billets. Dans les autres banques russes, les systèmes de paiement fonctionnent normalement.

La Russie a d’ores et déjà assuré qu’elle allait « répondre » aux nouvelles sanctions prises contre des responsables et entreprises russes, comme l’a affirmé lundi 28 avril le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Ribakov.  « Nous sommes certains que cette réponse aura un effet douloureux pour Washington », a-t-il ajouté.

3 commentaires

  1. Monsieur Obama ne meritait pas le prix Nobel de la Paix. que fait- il pour cela ? Il met de l’huile sur le feu et veut faire de l’Europe une Zone anti Russe .Il est malheureusement écouté par quelques inconscients! Nous prépare t-il un nouvel Irak!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *