Revue du 14/04 – Le recours à l’armée ukrainienne pour calmer le Sud-Est

Vous êtes pressé et accroc à l’actu, vous ne lisez pas la presse russe et vous avez peur de rater une nouvelle importante ? Le Courrier de Russie la décortique pour vous chaque jour, en quelques lignes.

armée ukrainienne sud-est
L’armée ukrainienne est mobilisée. Crédits : gipoteza.net

Le recours à l’armée ukrainienne pour calmer le Sud-Est

Le Conseil de sécurité nationale de l’Ukraine a pris la décision, le 13 avril, de lancer une « opération anti-terroriste de grande échelle » dans le Sud-Est du pays, impliquant la participation de l’armée. Le bataillon envoyé sur place est composé de 350 soldats et de combattants de Maïdan ayant suivi une formation spéciale, précise le service de presse du département de l’Intérieur. L’objectif de ces troupes est de « localiser les foyers de séparatisme, prévenir des actions terroristes et reprendre le contrôle de la situation dans la région ».

Le président ukrainien par intérim Olexandre Tourtchinov a pour sa part déclaré que les autorités de Kiev étaient « prêtes à examiner la question de l’élargissement des pouvoirs des régions et d’une réforme structurelle des autorités locales accompagnée de leur renouvellement ».

Le ministère russe des Affaires étrangères a réagi le 13 avril en appelant le Conseil de sécurité de l’ONU à convoquer une réunion d’urgence. « Le développement de la situation dans le Sud-Est de l’Ukraine devient extrêmement inquiétant (…). Moscou condamne tout recours à la force contre les manifestants et les activistes impliquant la participation de combattants du Secteur droit et d’autres bandes armées illégales (…). La décision criminelle de Tourtchinov d’utiliser l’armée pour réprimer les protestations suscite d’autant plus d’indignation. Ces actions ont déjà eu des conséquences sanglantes dans le Sud-Est du pays », alerte le communiqué de presse du ministère russe.

Itar-Tass
Vesti.ua

La Russie échoue à convaincre le Conseil de sécurité de l’ONU

Le représentant russe à l’ONU, Vitali Tchourkine, a appelé le 13 avril « les sponsors occidentaux de Maïdan » à cesser d’utiliser l’armée contre le peuple ukrainien. « Les créatures de Maïdan qui ont usurpé le pouvoir à Kiev ont refusé le dialogue avec les régions et décidé d’employer l’armée après le passage des forces de l’ordre régionales du côté des protestataires », a-t-il déclaré.

M. Tchourkine a également annoncé que, en réponse à ce geste de Kiev, la Russie ne prendrait pas part aux pourparlers prévus pour le 17 avril à Genève sur le règlement de la situation en Ukraine aux côtés de l’UE, des États-Unis et des autorités ukrainiennes.

Les arguments du diplomate russe n’ont cependant pas convaincu les membres du Conseil de sécurité. La représentante américaine Samantha Power a notamment déclaré que les troubles dans les régions du Sud-Est ukrainien avaient été « orchestrés par Moscou ». « La Russie déforme les faits, les médias russes font de la propagande et racontent des mensonges. Nous savons qui se cache derrière les individus armés à Donetsk et dans d’autres villes (…). Il suffit de regarder les vidéos », a affirmé la diplomate américaine.

Kommersant

Le directeur de la CIA se serait rendu à Kiev

John Brennan, directeur de la CIA, aurait visité Kiev le 12 avril, a annoncé le 13 avril l’agence russe Interfax, citant une source anonyme au sein de la Rada (parlement ukrainien). John Brennan serait arrivé à Kiev incognito pour participer à une série de rencontres avec les autorités du pays, dont le président par intérim Olexandre Tourtchinov et le ministre de l’Intérieur par intérim Arsen Avakov. « Selon des données officieuses, c’est lui [John Brennan, ndlr] qui a conseillé de lancer une opération spéciale dans le Sud-Est, à Slaviansk », affirme la source d’Interfax.

Rappelons que les forces spéciales ukrainiennes ont mené à Slaviansk (région de Donetsk), le 13 avril au matin, une « opération anti-terroriste » sur ordre du ministre Arsen Avakov. Une à trois victimes sont à déplorer, selon différentes sources.

Le porte-parole de la CIA, Dean Boyd, a déclaré le 13 avril que l’agence « ne commente jamais les déplacements de son chef ». « Les affirmations selon lesquelles le directeur Brennan est à l’origine de cette opération relèvent du mensonge », a-t-il assuré.

Interfax

Kharkiv et Zaporijia : le Sud-Est ukrainien se révolte

Dimanche 13 avril, deux villes du Sud-Est ukrainien ont été le théâtre d’affrontements violents entre activistes pro-russes et partisans d’une Ukraine unie.
À Zaporijia, des activistes de Maïdan et des combattants du Secteur droit s’en sont pris aux quelques deux cent participants d’une manifestation pro-russe, en leur lançant des œufs et des fumigènes. La police a utilisé des grenades lacrymogènes afin de disperser la foule. Une dizaine de manifestants auraient été blessés, dont le procureur de la région, selon les autorités.

À Kharkiv, une manifestation a rassemblé près de mille activistes pro-russes, qui exigeaient la tenue d’un référendum sur le statut de leur région. Les manifestants portaient des drapeaux tricolores russes et scandaient des slogans tels que « Mort aux fascistes ! » et « Avakov, en prison ! ».

La situation a dégénéré dans la soirée, à proximité d’une station de métro, lorsqu’environ cinq cents personnes ont percé un cordon policier avant d’attaquer les manifestants pro-Maïdan qui quittaient un cortège en faveur de l’unité de l’Ukraine. Une cinquantaine de personnes ont été blessées, dont huit ont dû être hospitalisées.

Vesti.ua

Nouvelle conférence de presse de Ianoukovitch

Le président ukrainien déchu Viktor Ianoukovitch s’est prononcé pour l’organisation d’un référendum d’urgence sur le destin de l’Ukraine, lors d’une conférence de presse organisée à Rostov-sur-le Don, dimanche 13 avril. « Notre pays se trouve actuellement dans une situation radicalement différente. L’Ukraine a un pied dans la guerre civile. La junte kiévienne a donné un ordre criminel en demandant à l’armée d’employer la force contre la population pacifique du Sud-Est », a-t-il notamment déclaré.

Ianoukovitch a également demandé aux militaires et aux collaborateurs des forces de la sécurité intérieure ukrainiens de « ne pas obéir aux ordres criminels » et de ne pas tirer sur le peuple ukrainien « qui ne le leur pardonnera jamais ». « Je voudrais aussi dire que les États-Unis sont directement impliqués dans les récents événements par le biais de leurs canaux diplomatiques. Leurs services secrets ne se contentent pas d’intervenir dans le processus : ils dirigent la situation en donnant la marche à suivre », a-t-il affirmé.

Rappelons que la Rada suprême a destitué le président Viktor Ianoukovitch le 22 février dernier. Après sa fuite, il est resté un temps introuvable puis s’est réfugié à Rostov-sur-le-Don, en Russie, où il demeure toujours actuellement.

Lenta.ru

« Manifestation de la vérité » à Moscou. Source : unian.ua
« Manifestation de la vérité » à Moscou. Source : unian.ua

« Manifestation de la vérité » à Moscou

Une manifestation de l’opposition, baptisée Meeting de la vérité, s’est tenue sur l’avenue Sakharov à Moscou, dimanche 13 avril. Les participants défilaient « contre la censure, pour l’indépendance des médias, le respect de la liberté d’expression et du droit à l’information ».

Certains portaient également des drapeaux ukrainiens, en solidarité avec le pays voisin, tout en scandant « Honte à vous ! » et « La Russie sera libre ! ».
La manifestation a rassemblé plus de 5 000 participants selon les organisateurs, et moins d’un millier, dont les journalistes, d’après le ministère russe de l’Intérieur.

Vesti.ua

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *