Viktor Ianoukovitch : « Je tiens à dire que je suis en vie »

Ce mardi 11 mars, pour la deuxième fois depuis qu’il est réfugié en Russie, le président ukrainien déchu Victor Ianoukovitch s’est adressé à la presse à Rostov-sur-le-Don.

Viktor Ianoukovitch. Crédits: mignews.com
Viktor Ianoukovitch. Crédits : mignews.com

Ianoukovitch a dénoncé le fait que ces derniers jours, les médias ukrainiens ont propagé à son sujet « toute sorte de rumeurs » [Début mars, les médias ukrainiens avaient annoncé que le président ukrainien déchu avait été hospitalisé pour un infarctus et qu’il était même mort, ndlr]. « Je tiens à dire que je suis en vie » a déclaré Ianoukovitch, avant de le répéter quelques minutes plus tard.

Le président ukrainien déchu a qualifié d’illégitime l’élection présidentielle anticipée prévue pour le 25 mai. Il a assuré que ces élections allaient se dérouler sous le contrôle absolu des « forces extrémistes ». Il a par ailleurs rappelé qu’ayant été évincé du pouvoir illégalement, sans recours à la procédure constitutionnelle de mise en accusation [qui permet au pouvoir législatif de destituer un haut fonctionnaire du gouvernement, ndlr], il restait donc le président légitime de l’Ukraine. Et que, dans une telle situation, la constitution ne permettait pas d’initier des élections anticipées. Ianoukovitch a ajouté avoir l’intention de retourner à Kiev « dès que les circonstances le permettraient», espérant qu’il n’aurait pas à attendre trop longtemps.

« Une bande d’ultra-fascistes et de fascistes est à l’œuvre dans notre pays, qui prétend même au poste présidentiel. Le peuple ukrainien s’enfonce dans l’anarchie. Je veux demander à ces forces obscures de l’Ouest : Êtes-vous aveugles ? Avez-vous oublié ce qu’est le fascisme ? », a interpellé Ianoukovitch lors de cette conférence de presse. Il a également accusé le gouvernement ukrainien d’être « responsable de la séparation avec la Crimée ».

Le président ukrainien légitime a enfin exhorté la communauté internationale à cesser de soutenir le nouveau gouvernement ukrainien. Il s’est dit étonné de la promesse des États-Unis de prêter de l’argent à Kiev, alors que la loi américaine interdit le soutien financier aux pays dont le pouvoir a été remplacé de façon inconstitutionnelle. Ianoukovitch a encore déclaré avoir l’intention d’exiger du Congrès et de la Cour suprême des États-Unis une évaluation juridique des agissements du gouvernement provisoire ukrainien.

Ianoukovitch s’est exprimé face à une centaine de journalistes. Son discours a duré une dizaine de minutes. Il a ensuite quitté immédiatement la scène, ne laissant pas aux journalistes le temps de poser des questions.

Il s’agit déjà de la deuxième rencontre de Viktor Ianoukovitch avec la presse à Rostov-sur-le-Don. La précédente avait eu lieu le 28 février, peu de temps après le changement de pouvoir en Ukraine. Ianoukovitch avait alors déjà qualifié d’illégitimes les élections du 25 mai, et déclaré qu’il n’y participerait pas. Il avait en outre déjà souligné qu’en vertu de la législation de son pays, il restait le président légitime après ce coup d’État par la force.

Pour mémoire, le pouvoir a changé à Kiev le 22 février. La Rada suprême (parlement ukrainien) a démis le président Ianoukovitch de ses fonctions et réformé la Constitution. Ianoukovitch avait alors été forcé de quitter le pays du fait de « menaces pesant sur sa vie ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *