Ukraine : les députés de Svoboda renvoient de force le directeur de la première chaîne de télévision

Dans la soirée du 18 mars, un groupe de députés du parti nationaliste ukrainien Svoboda ont fait irruption dans le bureau du directeur par intérim de la première chaîne de télévision ukrainienne afin de l’obliger par la force à signer sa lettre de démission. La vidéo de cette intervention musclée a énormément fait réagir en Russie et en Ukraine, et notamment le Premier ministre du gouvernement provisoire, Arseni Iatseniouk.

« Espèce de Russkoff ! », c’est ainsi qu’Igor Miroshenko, député du parti Svoboda [Liberté] connu pour ses positions ouvertement anti-russes, s’est adressé au directeur par intérim de la première chaîne de télévision ukrainienne, Alexandre Panteleïmonov.

À l’origine de l’incident : la diffusion par la chaîne de l’intervention en direct de Vladimir Poutine, plus tôt dans la journée, lors de laquelle le président russe a officialisé le rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie.

Accompagné d’une petite dizaine d’hommes, le député a également accusé la première chaîne d’avoir menti à ses téléspectateurs tout au long du mouvement de contestation place Maïdan, et n’a ensuite pas hésité à user de la force pour faire signer à M. Panteleïmonov sa lettre de démission.

La vidéo, filmée par un des présents, a été rapidement publiée sur le compte du député de Svoboda Alexandre Aronets et sur le site de partage Ustream, avant d’être supprimée au bout de quelques heures. On la trouve toutefois, depuis, sur de nombreux sites internet.

Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk a vivement réagi à la conduite de Svoboda, jugeant ces méthodes « incompatibles » avec une société démocratique. « Ce ne sont pas nos manières. Notre pays, qui prend la voie de l’Union européenne, respectera les principes de base et les valeurs de la société européenne », indique un communiqué officiel publié sur le site du gouvernement ukrainien, tard dans la nuit du 18 au 19 mars. Le Premier ministre a également précisé que « seul le cabinet des ministres d’Ukraine a le droit de juger de la qualité du travail de la direction de la télévision nationale ».

Le ministre de l’intérieur par intérim Arsen Avakov s’est de son côté dit prêt à ouvrir une enquête contre ces députés.

Les activistes de Maïdan appellent à un rassemblement, mercredi 19 mars, devant le siège du Parquet général et de Svoboda, à Kiev, afin de protester contre les agissements de ce parti nationaliste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *