Revue du 21/03 – L’ Ukraine payera plus cher le gaz russe

Vous êtes pressé et accroc à l’actu, vous ne lisez pas la presse russe et vous avez peur de rater une nouvelle importante ? Le Courrier de Russie la décortique pour vous chaque jour, en quelques lignes.

Crédits: vetka.by
Crédits: vetka.by

L’Ukraine payera plus cher le gaz russe

La Russie a annoncé le 21 mars la suppression des rabais qu’elle accordait à l’Ukraine sur le prix du gaz, rapporte le quotidien russe Kommersant, citant le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. L’Ukraine devra ainsi payer 480 dollars les 1 000 m3 de gaz, un des prix les plus élevés d’Europe.

Avec le rattachement de la Crimée à la Russie, dont le traité a officiellement été promulgué par le président russe vendredi 21 mars, « le principe d’une baisse du prix du gaz accordée à l’Ukraine en échange de l’utilisation de la base navale en Crimée n’existe plus, a déclaré M. Peskov. Il ne peut plus s’appliquer, ni de jure ni de facto, vu que la flotte russe est à présent basée sur le territoire d’une région de Russie », a-t-il ajouté.

Un rabais de 100 dollars pour 1 000 mètres cubes avait été accordé à l’Ukraine par le président russe de l’époque, Dmitri Medvedev, en avril 2010, dans le cadre d’un accord sur le maintien de la présence de la flotte de la mer Noire en Crimée. En décembre 2013, après le refus des autorités ukrainiennes de signer l’accord de libre-échange avec l’Union européenne, Moscou avait accordé à Kiev un prêt de 15 milliards de dollars et une baisse supplémentaire de 30 % sur les prix du gaz. Cependant, le 4 mars 2014, Gazprom a décidé de revenir sur cette mesure à partir du mois d’avril 2014.

Kommersant

L’accord d’association UE-Ukraine à moitié signé

L’Union européenne et l’Ukraine ont signé vendredi 21 mars à Bruxelles le volet politique de leur accord d’association, rapporte Interfax.

Les dirigeants des Vingt-Huit et le Premier ministre ukrainien, Arseni Iatseniouk, ont paraphé le document que le président déchu Viktor Ianoukovitch avait refusé de signer en novembre 2013, précipitant la crise politique à travers le pays. L’accord prévoit une coopération avancée dans différents secteurs, dont la politique extérieure, la politique énergétique et nucléaire, et les domaines légal et judiciaire. Un chapitre entier est également consacré à la création d’une zone de libre-échange, comprenant la mise en place de normes communes. Ces différents dispositifs devront en outre être renforcés par des négociations sur la libéralisation du régime des visas.

Le volet économique ne devrait quant à lui être signé qu’à l’issue de l’élection présidentielle ukrainienne, le 25 mai prochain.

Interfax

Les sociétés d’État russes déménagent en Extrême-Orient

Les autorités fédérales ont établi la liste des compagnies d’État qui devront transférer leur bureaux dans l’est du pays. Selon Interfax, qui citait le 20 mars le vice-Premier ministre et ambassadeur de la région d’Extrême-Orient Iouri Troutnev, cette liste sera publiée après son approbation définitive par le Premier ministre et le président.

Rappelons que, début février, le Premier ministre Dmitri Medvedev a demandé au gouvernement d’étudier la question du transfert des grandes sociétés russes vers les régions d’Extrême-Orient, qualifiant l’extension de la région d’« une des priorités du développement économique ».

Expert

L’identité des snipers de Maïdan est connue

Le Parquet ukrainien a établi l’identité des snipers de Maïdan, rapporte l’agence de presse ukrainienne Unian le 21 mars. D’après le procureur général d’Ukraine, Oleg Makhnitski, cité par l’agence, « l’identité de tous les snipers ayant tiré sur la foule lors des troubles de masse à Kiev ne peut pas être révélée, mais il s’agit de citoyens ukrainiens ».

Plus tôt, les représentants de l’opposition ukrainienne avaient accusé le pouvoir d’avoir engagé des snipers contre les activistes, ce que le ministère ukrainien de l’intérieur avait fermement démenti.

Les affrontements entre les manifestants et les structures de maintien de l’ordre lors des actions de protestation qui ont agité Kiev (le mouvement « EuroMaïdan ») ont fait près de cent morts et des centaines de blessés.

Expert

La Russie suspend la vente des pommes polonaises

Le service fédéral russe de contrôle pour les droits des consommateurs (Rospotrebnadzor) va retirer du marché russe certaines variétés de pommes provenant de Pologne, à rapporté le service de presse de l’organisme le 20 mars.

La mesure est due à la découverte dans ces fruits, en Suède, d’une substance hautement toxique, la diméthoate. « Cette substance toxique est présente en quantité résiduelle notamment dans les pommes de variété Gala produites en Pologne », précise le département.

m24

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *